50ᵉ anniversaire de la fondation du PES (Sri Lanka)

Les leçons de la grande trahison du parti Lanka Sama Samaja

Par Rohantha De Silva et Vilani Peiris
25 septembre 2018

Voici le premier d’une série d’articles publiés par le « Parti de l’égalité socialiste » (SEP) du Sri Lanka à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa fondation en juin 1968. Fondée sous le nom de « Ligue communiste révolutionnaire » (RCL), la section sri lankaise du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI), le parti a été renommé le Parti de l’égalité socialiste (SEP) en 1996. Une déclaration a déjà été publiée pour marquer l’anniversaire du congrès fondateur de la RCL du 16 au 17 juin 1968.

Ces articles élaboreront les fondements de principe de la RCL et tireront les leçons politiques essentielles de la lutte pour ces principes au cours des 50 dernières années. La RCL a été fondée sur le programme et la perspective de l’internationalisme socialiste selon lequel le Parti Lanka Sama Samaja, qui prétendait être un parti trotskyste, avait trahi en entrant dans le gouvernement bourgeois de Madame Sirima Bandaranaike en 1964.

Une partie centrale du travail du SEP a été la lutte pour la théorie de la révolution permanente de Trotsky, qui a établi que dans les pays à développement capitalistes tardif, seule la classe ouvrière est capable de mener la lutte pour les droits démocratiques et sociaux fondamentaux des travailleurs et des travailleurs agricoles, dans le cadre de la lutte pour le socialisme international. Ces leçons sont essentielles pour les luttes émergentes de la classe ouvrière, non seulement au Sri Lanka, mais dans toute l’Asie et le monde.

La Ligue communiste révolutionnaire (RCL) a été créée en 1968 dans le cadre de la lutte politique contre la trahison du Parti Lanka Sama Samaja (LSSP) qui, en juillet 1964, a rejoint le gouvernement de coalition du Premier ministre Sirima Bandaranaike dirigé par son parti, le Sri Lanka Freedom Party (Parti de la liberté du Sri Lanka). Ce faisant, le LSSP a saboté le mouvement de masse de la classe ouvrière qui menaçait la domination bourgeoise sur l’île. Sa trahison a semé la confusion politique parmi les travailleurs au Sri Lanka, dans toute la région et au niveau international.

Au milieu de cette désorientation, un groupe de jeunes, radicalisés par la guerre du Vietnam et des crimes impérialistes prédateurs ailleurs, ont cherché à comprendre pourquoi le LSSP avait trahi. Mais ce n’est que lorsqu’ils sont entrés en contact avec des représentants de la Ligue socialiste du travail (Socialist Labour League – SLL), la section britannique du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI), qu’ils ont pu trouver la réponse.

La « grande trahison » n’était pas simplement une affaire de trahison ou de politique erronée des dirigeants du LSSP. Il s’agissait plutôt de la politique opportuniste du Secrétariat unifié pabliste auquel le LSSP était affilié. Une lutte pour le trotskisme au Sri Lanka a nécessité la création d’une section du CIQI dans le cadre de la lutte contre le pablisme et toutes les formes d’opportunisme. C’était la seule voie vers la classe ouvrière.

Cinquante ans plus tard, le RCL, maintenant le Parti de l’égalité socialiste (SEP), est le seul parti au Sri Lanka à défendre la perspective socialiste internationale du trotskisme. Le LSSP a fonctionné pendant des décennies comme le principal soutien politique de la bourgeoisie sri lankaise et, à ce titre, est responsable de tous ses crimes, y compris des atrocités commises pendant la guerre prolongée de 30 ans contre la minorité tamoule de l’île. Aujourd’hui, elle n’a aucune base de soutien significative et n’est rien de plus qu’un appendice électoral du Parti de la liberté du Sri Lanka (SLFP), un parti bourgeois.

Toutes les factions du LSSP (R) qui se sont séparées du LSSP en 1964, mais non pas du Secrétariat unifié pabliste, se sont effondrées. Les deux descendants de pseudo-gauche du LSSP – le Parti Nava Sama Samaja et le Parti socialiste unifié – fonctionnent sans vergogne comme des satellites de l’establishment politique de Colombo et ont aidé à établir l’actuel gouvernement « d’unité nationale » de droite.

L’évolution de ces tendances a été annoncée dans la trahison du LSSP. Dans une conclusion remarquablement perspicace, le CIQI a expliqué en 1964 : « L’entrée des membres du LSSP dans la coalition de Bandaranaike marque la fin de toute une période de l’évolution de la Quatrième Internationale. C’est dans le service direct à l’impérialisme, dans la préparation d’une défaite pour la classe ouvrière, que le révisionnisme [pabliste] du mouvement trotskyste mondial a trouvé son expression. »

James P. Cannon

Le Comité international de la IVᵉ Internationale a été créé en 1953 dans la lutte contre la tendance opportuniste menée par Michel Pablo et Ernest Mandel, après que James P. Cannon, dirigeant du Parti socialiste ouvrier (SWP) aux États-Unis, eut publié un « Open Lettre » au mouvement trotskyste mondial, appelant à la défense du trotskisme orthodoxe.

Les pablistes se sont adaptés au rééquilibrage du capitalisme mondial après la Seconde Guerre mondiale et ont rejeté la lutte pour l’indépendance politique de la classe ouvrière. Au lieu de cela, ils ont appelé à la liquidation des partis trotskystes de la Quatrième Internationale dans les divers partis socialistes sociaux-démocrates, staliniens et bourgeois qui ont dominé la classe ouvrière, sous prétexte de faire pression sur eux pour qu’ils soient plus à gauche.

Dans des pays comme le Sri Lanka, le pablisme a abandonné la théorie de la révolution permanente et a promis l’illusion fatale que divers partis et dirigeants bourgeois et petits-bourgeois « de gauche » pouvaient répondre aux aspirations sociales et démocratiques des masses. À chaque étape, les pablistes ont encouragé et facilité le retour en arrière du LSSP, qui a abouti à son entrée dans le gouvernement de Bandaranaike.

La coalition du LSSP avec le SLFP représentait une acceptation des structures d’État réactionnaires établies en 1947-1948 sur le sous-continent indien, à la suite des accords conclus par la Grande-Bretagne avec les bourgeoisies locales. Le LSSP a abandonné la lutte pour unifier la classe ouvrière, accepté le populisme cinghalais du SLFP qui divise la classe ouvrière et encourage l’illusion dangereuse que son programme de nationalisations et de protection sociale limitée constituait le chemin du socialisme. C’était l’antithèse de la révolution permanente de Trotsky, qui démontrait l’incapacité organique de toute partie de la bourgeoisie à promouvoir les aspirations démocratiques et sociales des masses et insistait sur le fait que la classe ouvrière devait rallier la paysannerie dans la lutte révolutionnaire pour abolir le capitalisme dans le cadre de la lutte pour la révolution socialiste mondiale.

La LSSP a été fondée d’abord dans les années 1930 en tant que mouvement national radical. Il s’opposa à la domination coloniale britannique, mais une couche d’intellectuels qui avaient été gagnés au trotskisme était proéminente dans ses rangs. Avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, ils ont mené une lutte contre une faction stalinienne au sein du parti, qui, conformément aux diktats de Moscou, a soutenu la Grande-Bretagne et les prétendus impérialistes démocratiques contre l’Allemagne nazie et ses alliés. Les staliniens ont été expulsés du parti et les dirigeants du LSSP, en préparation du vaste mouvement contre le régime colonial britannique qui devait éclater dans la région au cours de la Seconde Guerre mondiale, a établi le Parti bolchevique léniniste de l’Inde (BLPI) comme section de la Quatrième Internationale, pour unifier la classe ouvrière à travers le sous-continent indien, y compris le Sri Lanka.

Colvin R. de Silva

Les dirigeants du BLPI tels que Colvin R. de Silva et Leslie Goonawardene ont acquis une énorme stature politique à la suite de leur lutte courageuse et de principe, à la fois pendant la guerre et immédiatement après. En opposition à une tendance opportuniste qui a rétabli le LSSP après la guerre, le BLPI a dénoncé la « fausse indépendance » accordée par la Grande-Bretagne au Sri Lanka en 1948 et la partition sanglante du continent entre l’Inde et le Pakistan.

Cependant, la prétendue indépendance a créé de nouvelles pressions sur le parti à mesure que des opportunités se présentaient dans les affaires et la politique pour des sections de la classe moyenne. Encouragé par Michel Pablo, le BLPI s’est fracturé selon des lignes nationales. Au Sri Lanka, il a fait une fusion précipitée avec le LSSP opportuniste en 1950, sans aucune discussion des différences politiques fondamentales entre les deux partis.

En novembre 1953, James Cannon, dirigeant du Parti ouvrier socialiste (SWP) aux États-Unis, publia une lettre ouverte afin de regrouper tous les trotskystes orthodoxes au sein de la Quatrième Internationale contre l’opportunisme pabliste. Le LSSP avait critiqué Pablo et son adaptation au stalinisme, mais il avait rejeté la lettre ouverte sur laquelle le CIQI avait été fondé pour lutter contre le pablisme. Le fait d’avoir soutenu la position de principe du CIQI aurait dépassé les préoccupations de plus en plus opportunistes du LSSP quant au nombre de sièges parlementaires et de membres de leurs syndicats.

Leslie Goonawardene

L’abandon par le LSSP d’une orientation révolutionnaire était déjà évident en août 1953, quand un mouvement massif de grèves, de fermetures de magasins et de manifestations, connu sous le nom de hartal, a éclaté et a conduit le gouvernement au bord de l’effondrement. Cependant, le LSSP, conjointement avec le Parti communiste stalinien, a annulé la lutte après une journée, laissant les manifestants à la merci de la répression étatique et cherchant à canaliser l’opposition de masse vers de nouvelles élections. L’incapacité du LSSP à fournir une direction révolutionnaire a permis au SLFP, formé en 1951, de se positionner comme un défenseur des masses rurales. Dans le même temps, le SLFP a été soutenu par une partie de la bourgeoisie choquée par le soulèvement et cherchant une base plus solide pour sa domination.

La décision du LSSP de ne pas soutenir le CIQI plus tard dans l’année a marqué le début d’une relation opportuniste « Vivre et laisser vivre » avec Pablo, Mandel et leur secrétariat international (SIQI). Comme l’a expliqué le SEP dans son document sur les fondations historiques et internationales : « Le LSSP pourrait revendiquer une accréditation trotskyste pour sa politique réformiste sur la scène nationale, tandis que le Secrétariat international pourrait se targuer d’avoir un « parti trotskyste de masse » en Asie. Le soutien du LSSP au pablisme a porté un coup terrible au trotskisme et donc à la classe ouvrière, en particulier en Asie. »

Au cours de la prochaine décennie, aidée et encouragée par les pablistes, la régression du LSSP s’est accélérée. Cela a pris la forme d’une adaptation de plus en plus nue au SLFP, qui combinait le discours socialiste avec le populisme cinghalais et le chauvinisme anti-tamoul. Les principaux tournants ont été :

* Lors des élections générales de 1956, le SLFP a consciemment attisé le sentiment anti-tamoul de diviser la classe ouvrière. Sa campagne communaliste consistait à faire du cinghalais l’unique langue officielle et à attribuer au bouddhisme, religion de la majorité cinghalaise, un statut spécial au sein de l’État. Autrement dit, cela signifiait que les minorités de l’île – les Tamouls et les musulmans en particulier – devaient être considérées comme des citoyens de seconde zone.

Alors que le LSSP s’opposait à la politique d’exclusion des Tamouls, il le faisait sur la base qu’elle divisât la nation et non la classe ouvrière. Loin de chercher à unir les travailleurs cinghalais et tamouls, le LSSP s’est adapté à la campagne populiste cinghalaise et a conclu un pacte « sans contestation » avec le SLFP. Lorsque le SLFP a remporté les élections, le LSSP a adopté une position de « coopération réactive » envers le gouvernement et a voté en 1957 pour le « discours du trône » (un vestige de l’impérialisme britannique) qui définissait la politique du gouvernement.

* Le virage du LSSP vers la droite s’est accéléré lors des deux élections de 1960. En mars, le LSSP a explicitement abandonné une perspective révolutionnaire et adopté la voie parlementaire vers le socialisme, contestant 100 sièges et appelant pour « un gouvernement samasamajiste ». Le Secrétariat international pabliste a soutenu avec enthousiasme le LSSP, qualifiant ridiculement sa campagne électorale de « lutte décisive pour le pouvoir ».

Lorsque le LSSP a gagné moins de sièges qu’en 1956, son dirigeant, N.M. Perera, a ouvertement plaidé pour un gouvernement de coalition avec le SLFP. Dans un premier temps, il a appelé à un « pacte de non-concurrence » avec ce parti de la bourgeoisie sri lankaise, suivi d’un « accord de programme avec le SLFP en vue de la formation d’un gouvernement commun ».

N.M. Perera

Une fois de plus, le Secrétariat international a donné sa bénédiction politique en déclarant qu’il était possible « d’apporter un soutien critique à un gouvernement non ouvrier » dans les pays coloniaux et semi-coloniaux. Bien que le parti n’ait pas adopté la proposition de Perera de former une coalition avec le SLFP, il a signé un pacte de non-concurrence lors des élections de juillet 1960 et a de nouveau voté pour le discours du Trône.

* En juin 1963, le SWP américain abandonne la position de principe adoptée dans la lettre ouverte de 1953 et se réunit avec les pablistes. Leur adulation de la victoire du mouvement de guérilla petit-bourgeois dirigé par Fidel Castro à Cuba, qui avait déclaré avoir établi un « État ouvrier », a clairement montré que le SWP avait pleinement adopté la perspective pabliste. Le nouveau Secrétariat unifié (USec) a déclaré que, dans des pays comme Cuba, il était possible d’obtenir le pouvoir par « un instrument émoussé », c’est-à-dire sans un parti léniniste luttant pour la mobilisation indépendante de la classe ouvrière.

Le congrès de la réunification a également salué le projet du LSSP de former un Front de la gauche unitaire avec le Parti communiste, stalinien, et le MEP (Mahajana Eksath Peramuna – Front uni du peuple) communautaristecinghalais. En formant l’ULF, le LSSP a abandonné sa demande antérieure de parité des langues cinghalaise et tamoule comme une concession au MEP et s’est adapté à la législation existante basée sur l’exclusion des Tamouls et des musulmans, refusant d’appeler à son renversement, mais en demandant seulement que la loi soit rendue moins discriminatoire. Avec la bénédiction des pablistes, l’ULF est devenue le tremplin de la trahison du LSSP.

Depuis 1961, le Socialist Labour League (SLL) britannique s’est opposé aux initiatives du SWP en faveur de la réunification. Le SLL a rejeté l’affirmation du SWP selon laquelle « la logique de la révolution elle-même » pourrait obliger les directions petites-bourgeoises à conduire la classe ouvrière au pouvoir, et a souligné que la tâche centrale de la IVᵉ Internationale restait la résolution de la crise de la direction prolétarienne, à travers la construction de partis de type bolchevique.

Gerry Healy

Dans une lettre adressée au Comité national du SWP en juin 1963, le dirigeant de la SLL, Gerry Healy, a condamné sa réunification avec les pablistes et a spécifiquement critiqué son incapacité à avertir la classe ouvrière que le LSSP préparait une trahison. Après avoir noté que le MEP s’était opposé à la représentation des travailleurs des plantations tamouls lors d’un rassemblement commun du 1ᵉʳ mai, Healy a déclaré : « Le LSSP, à sa grande honte, a accepté cette farce. Il faut se rappeler que dans le passé, le LSSP était le seul parti au Ceylan (Sri Lanka) à se présenter sans condition pour l’égalité de la classe ouvrière indienne et tamoule. »

La lettre mettait en garde que la capitulation du LSSP devant le MEP entraînerait un soutien à un gouvernement bourgeois. « Il est maintenant librement admis dans le LSSP que les dirigeants sont prêts à faire des concessions réelles et importantes sur la question de la parité de statut entre les Tamouls et les Cinghalais. C’est la logique de la capitulation qui l’a amené à soutenir le gouvernement capitaliste de Mme Bandaranaike », a écrit Healy.

* Au milieu des troubles de la classe ouvrière, le Comité mixte des syndicats (JCTUO) a été formé en 1963 autour de 21 revendications communes qui, pour la première fois, unissaient les travailleurs des plantations de langue tamoule avec les travailleurs urbains. En septembre 1963, plusieurs centaines de délégués, représentant un million de travailleurs, ont lancé le mouvement des 21 revendications, provoquant une grave crise pour le gouvernement du SLFP.

Madame Bandaranaike, qui est devenue la dirigeante du SLFP après l’assassinat de son mari, a entamé des pourparlers avec les dirigeants de l’ULF en mars 1964. Lorsque le dialogue est devenu public, le Premier ministre a justifié sa décision en déclarant qu’aucune des autres options proposées, y compris l’établissement d’une dictature qui forcerait les travailleurs en grève « à travailler à la pointe d’une arme à feu et d’une baïonnette », ne mènerait « où nous voulons aller ». Les dirigeants du LSSP ont pour leur part accepté l’offre de Bandaranaike, prétendant que c’était un virage à gauche.

Colvin R. de Silva assis à côté de Bandaranaike

Afin de ratifier la décision de former une coalition avec le SLFP, N.M. Perera a convoqué un congrès du parti du 6 au 7 juin. Alors que l’USec pabliste s’opposait en mots à cet abandon total des principes de l’internationalisme socialiste, elle avait ouvert la voie, à chaque pas, à la trahison.

La majorité, dirigée par Perera, était contrée par un « centre » – dont la seule critique était que d’autres partis de l’ULF devraient également être incluses dans le gouvernement de coalition – et une faction minoritaire dénonçant sans ambiguïté l’entrée dans le gouvernement du SLFP comme une « trahison à la révolution prolétarienne ». Après le vote – 501 pour la résolution de Perera, 75 pour le « centre » et 159 pour l’opposition – ceux qui s’opposaient carrément à la coalition quittèrent le congrès, ils se réunirent séparément, et fondèrent le parti Lanka Sama Samaja (révolutionnaire) ou LSSP (R).

Healy s’est rendu à Colombo pour intervenir au congrès du LSSP. Bien qu’il lui soit interdit de pénétrer sur le site, il s’est adressé aux travailleurs et aux jeunes qui s’opposaient à la coalition. À travers ces discussions politiques, il a établi des contacts importants, qui allaient jouer un rôle crucial dans la formation de la Ligue communiste révolutionnaire en 1968. L’appel de Healy et du CIQI à former des partis révolutionnaires contre la trahison pabliste s’est donc réalisé au Sri Lanka à travers la formation de la RCL.

À suivre

(Article paru d’abord en anglais le 24 septembre 2018)