De Detroit à Ferguson: la face brutale du capitalisme américain

Par Jerry White
1 septembre 2014

Les récents événements survenus à Detroit, dans le Michigan et à Ferguson, dans le Missouri, ont révélé le caractère brutal du capitalisme américain.

Mardi, les coupures d’eau pour des dizaines de milliers de familles à faible revenu, dont les impayés ne dépassent pas les 150 dollars, ont repris à Detroit. Plus de 600 ménages ont eu leurs robinets fermés rien qu’au cours de ces quelques derniers jours, laissant des personnes âgées, des handicapés et des familles avec des enfants en bas âge sans eau potable, sans pouvoir se doucher, faire fonctionner la chasse d’eau ou faire la cuisine.

Ces coupures d’eau ont pour but de supprimer l’accès à ce service à des sections entières de la ville jugées non rentables, amorçant la privatisation du département de l’eau. Ceci fait partie d’une « restructuration » de la ville en général sous la direction d’un gestionnaire d’urgence et du tribunal fédéral des faillites.

Les procédures judiciaires débuteront cette semaine pour confirmer un projet qui va détruire les retraites et les prestations de santé des employés municipaux et céder à des entreprises privées les biens publics, dont le Detroit Institute of Arts. Des promoteurs immobiliers milliardaires sont en train de prendre le contrôle de pans entiers du territoire, aux frais de la population tandis que les quartiers ouvriers sont privés des services essentiels, dépeuplés et dans certains cas transformés en terres agricoles en milieu urbain.

Detroit est l’épicentre d’une contre-révolution sociale, effectuée par la classe dirigeante américaine et ses deux partis politiques et visant à revenir plus d’un siècle en arrière et à dépouiller les travailleurs des besoins les plus fondamentaux pour vivre.

Les événements survenus dans la banlieue de St Louis, à Ferguson, ont révélé au grand jour les formes politiques qui correspondent à ce processus social. Des méthodes de gouvernement d’Etat policier qui ont été établies pendant plus d’une décennie sous le nom de « guerre contre le terrorisme » ont été mises en œuvre pour écraser les troubles sociaux.

Le 9 août, la police à Ferguson a tué par balle Michael Brown, âgé de 18 ans et non armé. C'était un meurtre en forme d’exécution.

En réaction au déferlement de colère populaire, l’Etat et les responsables locaux, avec le soutien du gouvernement Obama, ont imposé des conditions de quasi loi martiale dans cette ville de 21.000 habitants. Les droits garantis par le Premier amendement ont été effectivement suspendus et l’« état d’urgence » instauré, la Garde nationale a été déployée et une force de police militarisée, armée de chars et de fusils d’assaut utilisés dans la guerre urbaine en Irak et en Afghanistan, a attaqué au gaz lacrymogène et arrêté des manifestants qui participaient à des protestations pacifiques.

Les coupures d’eau à Detroit et la répression de masse à Ferguson démasquent le vrai visage de la classe dirigeante américaine. Après les rébellions urbaines des années 1960, qui s'accompagnaient d'une brutale répression d’Etat, l’élite dirigeante avait réagi avec un programme de réformes sociales limitées. La phrase « des fusils et du beurre » avait été inventée pour décrire la politique mort-née dès le début du financement simultané de la guerre impérialiste au Vietnam et des programmes anti-pauvreté aux Etats-Unis.

Actuellement, aucune section de l’establishment politique américain ne demande l’application de mesures pour alléger la crise sociale. Dans toutes les déclarations officielles faites sur le meurtre policier à Ferguson, il n’a pratiquement pas été question des conditions sociales qui sous-tendent le chômage, la pauvreté et l’inégalité. Les représentants du patronat américain sont unis dans la décision de reprendre chacune des concessions sociales que la classe ouvrière ait jamais arrachées.

Pétrifiée par le spectre de la résistance ouvrière, l’oligarchie, qui dirige l’Amérique, réagit au moindre signe d’opposition sociale en cherchant à l’écraser. Elle n’a pas de réforme à proposer mais seulement davantage de répression.

Pour comprendre ces processus il faut commencer par reconnaître qu’ils proviennent du système capitaliste lui-même. Dans sa volonté de vouloir défendre ce système et de sauvegarder sa richesse, la classe dirigeante applique depuis des décennies une politique de guerre à l’étranger et de guerre de classe à l’intérieur du pays. Le déclin économique à long terme du capitalisme américain va de pair avec la montée d’une aristocratie financière impitoyable et qui se fonde sur le pillage et la criminalité.

C’est là un processus international comme en témoigne l’imposition de brutales mesures d’austérité en Europe, en Amérique latine et partout dans le monde afin de renflouer les institutions financières qui ont fait s’effondrer l’économie mondiale en 2008.

Les Etats-Unis et le gouvernement Obama ont été le fer de lance de cette contre-révolution sociale et ont supervisé le plus grand transfert de richesses de l’histoire, des masses vers le un pour cent le plus riche. Dans le même temps, Obama a étendu les opérations militaires américaines au monde entier. Il a intensifié l’attaque contre les droits démocratiques, allant de la propagation de l’espionnage de la NSA à la militarisation de la police.

Dans le système politique actuel , les intérêts de la vaste majorité de la population ne trouvent leur expression nulle part. Parallèlement, les vieilles institutions qui auparavant assurait la médiation dans les relations de classe se sont effondrées.

Les syndicats, qui sont gérés par de riches cadres recevant une part des bénéfices obtenus par l’exploitation des travailleurs qu’ils prétendent représenter, peuvent difficilement diriger une protestation pour la forme au moment où à Detroit des millions de personnes sont privées de l’un des besoins les plus fondamentaux de la vie. Ils sont, de fait, pleinement intégrés dans le processus en faillite, octroyant leur soutien en échange d’une part des milliards qui sont volés aux retraites et aux prestations de santé des travailleurs municipaux et provenant de la liquidation des biens publics.

En ce qui concerne Ferguson, le président de l’AFL-CIO, Richard Trumka, a publié une déclaration de pure forme disant aux manifestants de s’en remettre au Département de la Justice et au FBI, ces forces mêmes qui ont approuvé l’espionnage sur le plan intérieur et qui ont organisé des coups montés contre les manifestants anti-guerre et anti-Wall-Street en les qualifiant de « terroristes. »

Après la transformation de Ferguson en camp armé, les soi-disant figures de l’opposition au sein de l’establishment politique conduites par le politicard millionnaire Al Sharpton ont mis en avant la politique identitaire raciale dans le but de camoufler les questions sociales et les questions de classe les plus fondamentales à Ferguson. Ils ont accusé les manifestants de provoquer eux-mêmes la violence. Ces mêmes forces sont associées à la faillite de Detroit.

En alliance avec les Sharpton et les Jesse Jackson qui opèrent dans l’orbite du Parti démocrate et du gouvernement Obama, il y a une foule d’organisations de pseudo-gauche et de professionnels de la politique identitaire qui considèrent que leur tâche essentielle est d’empêcher que la classe ouvrière ne se libère de l’establishment politique.

L’accroissement de l’opposition de masse ne peut rester confiné à ce cadre et ne le sera pas. Les événements à Ferguson sont un signe que la classe ouvrière est en train de changer de trajectoire. Lors des interviews données aux journalistes du World Socialist Web Site les manifestants ont interprété leur situation comme faisant partie d’un problème systémique plus large. Un grand nombre d’entre eux ont souligné l’hypocrisie de l’affirmation selon laquelle l’Amérique est en train de mener outre-mer des guerres en faveur des droits humains et de la démocratie tout en réprimant les droits démocratiques aux Etats-Unis mêmes. Nombreux sont ceux qui ont dénoncé l’allocation de milliards de dollars aux guerres et à la militarisation de la police alors qu'il n'y a pas d'argent versé pour des emplois convenablement rémunérés, le logement, l’éducation ou les soins de santé.

La question la plus urgente est la construction d’une nouvelle direction révolutionnaire, le Socialist Equality Party (Parti de l’Egalité socialiste, SEP), afin de donner une voix politique consciente à la résistance de la classe ouvrière qui est en train de naître.

Le SEP lutte pour l’unité de tous les travailleurs, au-delà des lignes raciales, nationales et ethniques, en opposition aux partis Démocrate et Républicain, et de tous leurs agents politiques. Nous appelons les travailleurs aux quatre coins du pays à former des organisations indépendantes de luttes et à préparer des manifestations de masse, des grèves et des actions sur leur lieu de travail, contre la catastrophe qui est en train d’être créée par la classe dirigeante.

Mais par-dessus tout le SEP insiste sur le fait que la lutte contre l’inégalité sociale, la guerre et la dictature doit être menée en tant que lutte internationale contre le système capitaliste. Qui va organiser la société, les grands groupes et les banques sur la base du pillage et du profit ou bien la classe ouvrière luttant pour une société socialiste fondée sur l’égalité et le contrôle démocratique des forces productives ? Telle la question fondamentale soulevée par les expériences faites à Ferguson et à Detroit.

(Article original paru le 30 août 2014)