Défendons les droits des immigrés! Pour l’unité des travailleurs d'Amérique du nord, du centre et du sud!

Résolution du troisième congrès national du SEP

10 septembre 2014

Cette résolution a été adoptée à l'unanimité le 6 août dernier par le troisième congrès national du SEP (Parti de l'égalité socialiste – Etats-Unis). Le Congrès a également adopté la résolution: «Il faut s'opposer à l’assaut d'Israël contre Gaza!».

* * *

1. Le Socialist Equality Party (SEP) défend sans équivoque les droits des travailleurs immigrés contre la surexploitation des employeurs capitalistes et contre la répression de la police et des services d'immigration. 

2. Nous rejetons les efforts des deux grands partis et des grands médias pour attiser le chauvinisme anti-immigrés en faisant croire que les Etats-Unis sont confrontés à une vague d'immigrés sans papiers traversant une frontière «poreuse». La réalité est qu'au cours des quatre dernières années, il y a eu plus d'immigrés à retourner au Mexique et dans les autres pays d'Amérique latine qu'à entrer aux Etats-Unis. C’est parce que leurs emplois, comme ceux de leurs confrères nés dans ce pays, ont été détruits par la crise financière qui a commencé en 2008. 

3. Néanmoins, les politiciens et les médias à la solde des grands patrons font systématiquement des immigrés des boucs émissaires, ils accusent cette partie opprimée de la classe ouvrière d'être responsable de la montée du chômage, du déclin du niveau de vie et des atteintes aux conditions sociales qui sont en fait le résultat de la crise capitaliste et de la tentative d'en faire peser tout le poids sur le dos de la classe ouvrière dans son ensemble. 

4. Ce type d'agitation a une longue et horrible histoire aux Etats-Unis. Elle fut utilisée contre les travailleurs irlandais et allemands au 19e siècle et contre les travailleurs italiens, européens de l'est et chinois au début du 20e siècle dans le but de diviser la classe ouvrière et de se débarrasser de ses couches les plus militantes. Ces mêmes tactiques sont employées aujourd'hui dans toute l'Europe, en Australie, en Afrique du Sud, et ailleurs. 

5. Le gouvernement Obama a mené les politiques anti-immigrés les plus brutales de tous les gouvernements américains. Il a déjà déporté plus de deux millions d'immigrés – plus que le nombre de déportés sous George W. Bush dans ses huit années d'exercice. Sa proposition de «réforme globale de l'immigration» consiste en la militarisation de la frontière américaine en doublant le nombre d'agents pour les patrouilles frontalières, en érigeant des centaines de kilomètres de nouvelles barrières, et en déployant des troupes de la Garde nationale et des drones. Le résultat est de pousser ceux qui franchissent la frontière vers le désert où beaucoup meurent chaque année. 

6. L'arrivée récente de dizaines de milliers d'enfants en provenance d'Amérique centrale à la frontière américaine est le résultat des conditions horribles créées par des décennies d'interventions impérialistes américaines. Washington a soutenu toute une série de dictatures sanglantes et soutenu des guerres contre-insurrectionnelles aux proportions quasi-génocidaires qui ont couté la vie à plus de 200.000 Guatémaltèques et 75.000 Salvadoriens. Plus récemment, au Honduras, le gouvernement a pleinement soutenu le coup d'état qui a fait tomber le gouvernement élu de Manuel Zelaya en 2009. 

7. La destruction de ces sociétés par les interventions militaires américaines et les dictatures et coups d’état soutenus par les Etats-Unis ont créé les conditions nécessaires à une violence sans nom associée à la «guerre contre la drogue» des Etats-Unis, qui a fait fuir de nombreuses personnes vers le nord. 

8. Au lieu d'accorder à ces jeunes le statut de réfugié que leur confère le droit international, le gouvernement Obama a tenté de les confiner dans des prisons de fortune et d'accélérer leur déportation en les privant de leur droit à un procès équitable. 

9. Le SEP soutient le droit des travailleurs de tous les coins du monde à vivre et travailler dans le pays de leur choix avec les pleins droits de citoyen, dont celui de retourner dans leur pays d'origine sans risquer de ne plus pouvoir entrer à nouveau aux Etats-Unis ou d'être séparés de leur famille. Le SEP se bat pour l'abrogation de toutes les lois anti-immigrés et le démantèlement des services d’immigration (Immigration and Customs Enforcement) et de police frontalière (Border Patrol). 

Construire le CIQI en Amérique latine ! 

10. La défense des travailleurs immigrés est inséparablement liée à la lutte pour unir les travailleurs d'Amérique du Nord, du centre et du Sud dans une lutte contre l'ennemi commune – l'impérialisme américain et le système capitaliste. 

11. Le Parti de l'égalité socialiste aux Etats-Unis doit prêter l'attention la plus étroite aux luttes des travailleurs au Sud du Rio Grande, lutter pour leur fournir une analyse marxiste de ces événements et les aider à construire une nouvelle direction révolutionnaire au Mexique et dans tous les pays d'Amérique centrale et du Sud et dans les Caraïbes. 

12. La région reste l'une des plus socialement polarisées et politiquement explosives au monde. Elle est également devenue une arène dans la lutte internationale pour l'hégémonie menée par l'impérialisme américain. Washington a subi un déclin relatif dans une région qu'il considérait comme son «arrière-cour», il se retrouve de plus en plus supplanté par l'Union européenne et la Chine en termes d'investissements et de commerce. 

13. La construction d’une nouvelle direction révolutionnaire en Amérique latine exige d'assimiler les leçons amères du 20e siècle, dans lesquelles une vague de luttes révolutionnaires qui a balayée la région fut trahie, ce qui entraîna des décennies de dictatures militaires. 

14. Le révisionnisme pabliste a joué un rôle critique dans cette trahison, y compris sa variante moréniste en Argentine. Les pablistes ont rejeté le rôle révolutionnaire de la classe ouvrière en faveur du castrisme, du nationalisme petit-bourgeois et de la guérilla, avec des conséquences désastreuses. 

15. De nos jours, ces mêmes forces continuent leurs efforts pour subordonner la classe ouvrière à la bourgeoisie nationale. Ces efforts vont de la participation des pablistes brésiliens au gouvernement du Parti des travailleurs (PT) au Brésil à la promotion d’illusions envers le régime nationaliste bourgeois de Chavez puis Maduro au Venezuela, ou des politiciens nationalistes bourgeois comme Lopez Obrador au Mexique. 

16. La question décisive dans la préparation de la prochaine vague de soulèvements révolutionnaires en Amérique latine est la construction d'une direction socialiste et internationale dans la classe ouvrière – c'est-à-dire des sections du Comité international de la Quatrième internationale dans chaque pays, luttant pour la perspective commune des Etats-Unis socialistes d'Amérique. Le SEP aux Etats-Unis doit apporter toute l'aide possible à l'émergence de ces nouveaux partis révolutionnaires.