L’IYSSE obtient 7 pour cent des voix aux élections étudiantes à l’université Humboldt

Par nos correspondants
24 janvier 2017

L’organisation des Étudiants et Jeunes internationalistes pour l’égalité sociale (International Youth and Students for Social Equality – IYSSE) a obtenu cette semaine 7 pour cent des voix lors des élections au parlement étudiant (StuPa) de l’université Humboldt de Berlin. Le meilleur score réalisé par le groupe à ce jour.

L’IYSSE, l’organisation des Etudiants et Jeunes internationalistes pour l’égalité sociale du Parti de l’égalité sociale (Partei für Soziale Gleichheit, PSG), a obtenu 192 voix, contre 147 recueillies l’année dernière. Au vu des résultats préliminaires, l’IYSSE sera en droit d’occuper quatre sièges au parlement étudiant.

L’IYSSE est arrivée en cinquième position sur les 19 listes en lice en obtenant davantage de voix que les organisations étudiantes de la CDU (RCDS, 5,61 pour cent), des Verts (Grünboldt, 4,7 pour cent) et du parti Die Linke (SDS, 4,5 pour cent). Parmi les associations étudiantes qui sont affiliées à des partis politiques représentés au Bundestag (parlement allemand), seule celle des Jusos, l’organisation étudiante du SPD, a recueilli plus de voix que l’IYSSE (8 pour cent). Ces organisations sont connues du public et disposent de ressources financières considérables.

L’IYSSE a expliqué dans sa déclaration électorale qu’elle participait à l’élection « dans le but de construire un mouvement contre le militarisme et la guerre, contre la croissance des inégalités sociales et la montée de la droite. Nous voulons empêcher que l’Université Humboldt se transforme en un centre favorisant l’idéologie de droite militariste comme ce fut le cas pendant la Première et la Seconde guerre mondiale.

Sven Wurm, le porte-parole de l’IYSSE à l’Université Humboldt, a dit : « Ces résultats électoraux représentent l’aboutissement réussi de notre travail. Ils montrent que notre lutte contre le militarisme et contre les professeurs de droite suscite de plus en plus l’intérêt des étudiants. De nombreux étudiants s’inquiètent du virage vers la droite qui a lieu à l’Université Humboldt. Et nous avons été la seule liste [de candidats] à avoir pris position contre cela. »

La déclaration de l’IYSSE prévient que les classes dirigeantes d’Europe, et de l’Allemagne en particulier, réclament le retour du militarisme et de la répression interne. « Les universités jouent un rôle central dans la préparation idéologique de cette politique », a-t-il déclaré.

À l’université Humboldt, se sont tout particulièrement les professeurs Jörg Baberowski et Herfried Münkler qui sont très étroitement liés à cette campagne militariste. « Alors que ce dernier exige que Berlin assume à nouveau le rôle de puissance « hégémonique » et de « maître de discipline » en Europe, le premier est un partisan avoué de Ernst Nolte, l’historien apologiste des nazis, et minimise les crimes du national-socialisme (le nazisme). La déclaration précise qu’il attise les haines contre les réfugiés et qu’il s’adonne à un pilonnage médiatique en faveur de l’’ordre public’.

L’IYSSE a débattu de ces développements lors de plusieurs réunions électorales bien suivies. En décembre dernier, lors de la première réunion qui avait réuni 250 personnes, David North, le président du comité de rédaction international du World Socialist Web Site, avait passé en revue les causes et les conséquences de l’élection de Donald Trump. Le 4 janvier, lors de la deuxième réunion, l’IYSSE avait évoqué les répercussions de l’élection de Trump en Europe et avait expliqué que la bourgeoisie allemande utilise les résultats des élections américaines pour promouvoir son propre programme agressif, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Lundi dernier, 16 janvier, lors de la troisième et dernière réunion électorale, l’IYSSE a mis en évidence le rôle particulier que joue l’université Humboldt dans la préparation et la justification idéologique de la guerre et de la dictature. Plusieurs représentants de l’IYSSE ont expliqué l’importance d’une perspective internationale et socialiste.

« La campagne électorale et la série de réunions que nous avons tenues au cours de ces dernières semaines ont été très significatives, » a déclaré Wurm. « De nombreux étudiants ont été choqués par l’élection de Donald Trump mais ne savaient pas toujours à quel point la bourgeoisie allemande y réagissait agressivement et quelle était la portée du rôle que jouaient les universités dans les préparatifs en vue d’une politique droitière. »

« À la fin de nos réunions, de nombreux participants ont emporté du matériel de campagne pour le distribuer à leurs amis et sur le campus de l’université. Plusieurs d’entre eux ont directement soutenu la campagne électorale et souhaitent adhérer à l’IYSSE. »

La déclaration électorale de l’IYSSE a souligné : « Que nous le voulions ou non, nous sommes en train de revenir à une période qui sera tout aussi turbulente et affectée par des crises que l’était celle de la première moitié du vingtième siècle. Tout dépend maintenant de la construction d’un nouveau mouvement international contre la guerre. Celui-ci devra s’appuyer sur la classe ouvrière, être anticapitaliste et disposer d’une perspective socialiste internationale. »

Wurm a ajouté : « Nos résultats électoraux montrent qu’un nombre croissant d’étudiants ne sont plus prêts à accepter l’évolution vers la guerre et la dictature mais commencent au contraire à se tourner vers une perspective révolutionnaire ».

(Article original paru le 20 janvier 2017)