L’UE crée un centre de commandement militaire commun et un fonds de défense européen

Par Johannes Stern
10 juin 2017

Dans les conditions de tensions transatlantiques croissantes et le départ de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, les 27 autres États membres de l’UE poursuivent rapidement la mise en place d’une politique militaire indépendante.

Le jeudi au Luxembourg, l’UE a finalement décidé d’établir un centre de commandement conjoint pour les opérations civiles et militaires. Il sera initialement utilisé pour diriger les missions de l’UE « sans pouvoir exécutif », telles que des missions d’entraînement au Mali, en Somalie et en Afrique du Sud. À moyen terme, des opérations militaires « exécutives » de l’UE pourraient également suivre, c’est-à-dire des opérations de guerre complètes telles qu’en Syrie ou Irak, qui ont été dirigées jusqu’ici depuis les quartiers généraux des États membres respectifs.

La veille, la Commission européenne avait lancé un fonds de défense européen de 5,5 milliards d’euros par an. Cette année, l’UE fera « pour la première fois des subventions pour la recherche collaborative dans les technologies et produits innovants de la défense, entièrement et directement financées par le budget de l’UE », a annoncé le communiqué de presse officiel. En 2018, la Commission proposera alors « un programme complet de recherche pour la défense de l’UE avec un budget annuel estimé à 500 millions d’euros, ce qui fera de l’UE l’un des plus grands investisseurs en recherche de défense en Europe. »

La deuxième partie du fonds concerne le « développement et l’acquisition d’équipements et de technologies de défense ». Quelque 500 millions d’euros seront dépensés directement dans ce domaine, par exemple, pour « investir conjointement dans le développement de la technologie des drones ou de la communication par satellite ou l’achat en gros d’hélicoptères pour réduire les coûts ». Après 2020, « Cela pourrait donc générer un investissement total dans le développement de capacités de défense de 5 milliards d’euros par an ».

L’objectif des mesures est le développement de l’UE en tant que grande puissance agressive, capable d’intervenir militairement et faire la guerre indépendamment de l’OTAN et les États-Unis.

Dans un « Document de réflexion sur l’avenir de la défense européenne », également publié par la Commission européenne mercredi, on trouve la déclaration suivante : « La responsabilité de l’amélioration de la sécurité européenne réside avant tout dans les mains des Européens. Les ressources devraient être là : collectivement, les pays européens représentent la deuxième plus grande dépense militaire dans le monde […] Bien que notre action avec nos partenaires soit la préférence et la norme de l’UE, nous devrions pouvoir agir seuls le cas échéant. »

L’objectif déclaré de la Commission est le réarmement massif de l’Europe afin de « contribuer à suivre les nouvelles tendances et générer des capacités technologiques et industrielles dont l’Europe a besoin pour assurer son autonomie stratégique ». En 2016, les budgets de défense avaient déjà été augmentés, « mais la route devant est encore longue », prévient le document. « Avancer vers l’autonomie stratégique de l’Europe exige de dépenser davantage sur nos défenses, de mieux dépenser et de dépenser ensemble. »

Les États-Unis, la Chine et la Russie sont maintenant les repères de l’UE : « Les États-Unis investissent déjà plus de deux fois plus en matière de défense que tous les États membres réunis et augmenteront leur budget de près de 10 pour cent en 2018. La Chine a augmenté son budget de 150 pour cent au cours de la dernière décennie, avec une nouvelle hausse de 7 pour cent prévue en 2017, alors que la Russie a investi 5,4 pour cent de son PIB dans la défense l’année dernière. »

Le message est on ne peut plus clair. L’Europe doit également participer à la course aux armements afin d’affirmer ses intérêts mondiaux militairement contre les autres grandes puissances. Dans la section « L’Europe en 2025 – en direction d’une Union de sécurité et de défense », le document donne un aperçu de trois scénarios de réarmement qui sont préparés dans le dos de la population européenne, qui visent à construire un véritable état militaro-policier.

« Dans ce scénario, les États membres renforceraient la coopération et l’intégration vers une défense et une sécurité communes », indique le document. En conséquence, l’UE « pourrait mener des opérations complexes pour mieux protéger l’Europe, y compris des opérations contre les groupes terroristes, des opérations navales dans des environnements hostiles ou des actions de cyberdéfense ».

Le nouveau fonds de défense fournirait « des capacités dans des domaines tels que l’espace, la surveillance aérienne et maritime, la communication, le transport aérien stratégique et le cyber […] pour assurer des réponses immédiates. » En outre, l’Europe aurait « les capacités de cyber détection et attaque », et une « Agence de recherche européenne de défense dédiée à cet effet [mènerait] une innovation de défense pour en fait les capacités militaires de demain. »

Les élites européennes savent qu’une politique européenne de guerre plus indépendante et plus agressive nécessite également la militarisation interne du continent. « Les menaces sur la sécurité seraient systématiquement surveillées et évaluées conjointement, en étroite coopération avec les services nationaux de sécurité et de renseignement », a déclaré la Commission. « La planification d’urgence serait réalisée au niveau européen, rapprochant la sécurité interne et externe. L’interconnexion des intérêts de sécurité nationale conduirait à de véritables intérêts de sécurité européens. »

Comme il fallait s’y attendre, les applaudissements les plus forts pour les plans de la Commission européenne sont venus de Berlin. Le gouvernement allemand considère le Brexit et le désengagement des États-Unis comme une opportunité de réorganiser l’UE pour en faire une alliance militaire sous direction allemande et le point de départ de sa propre politique de grande puissance.

« Je salue expressément la proposition de la Commission sur l’avenir de la politique européenne de défense. C’est ambitieux et montre à quel point nous sommes allés vers une union de sécurité et de défense au cours des douze derniers mois », a déclaré la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen (CDU). Nous devons « maintenant profiter de l’élan pour atteindre les prochains jalons, tels que le Fonds européen de défense et PESCO [Coopération structurée permanente] avec nos partenaires européens au second semestre de l’année ».

Plus précisément, la ministre allemande de la Défense travaille à établir la Bundeswehr (forces armées) comme une « armée d’ancrage » pour les États européens de l’OTAN, pour les améliorer et les subordonner progressivement aux structures de commandement de la Bundeswehr. Il faudrait penser « à nouveau en termes de fédérations à plus grande échelle », a écrit von der Leyen il y a quelques semaines dans un commentaire paru dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung, où elle a expliqué sa stratégie.

Dans son nouveau livre, de Nouvelles évaluations, le ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel (Parti social-démocrate, SPD) ne laisse aucun doute que le gouvernement cherche à construire une armée européenne sous la direction de l’Allemagne. « Il s’agit d’intégrer plus étroitement l’industrie de l’armement en Europe et de concentrer les forces. Il s’agit de créer une identité de sécurité européenne commune qui ouvre la voie à une armée européenne à travers des structures de plus en plus intégrées », dit-il dans le chapitre « la Politique étrangère après l’élection de Trump ».

En plus du SPD, le parti de gauche en particulier joue un rôle clé dans la transformation du dégoût répandu contre la politique de droite du président Donald Trump en un soutien pour une politique autonome européenne et allemande de grande puissance. Jeudi, le journal Neues Deutschland (ND), pro-Parti de gauche, a publié un commentaire soutenant le ministre allemand des affaires étrangères dans sa critique de l’offensive de l’Arabie saoudite contre le Qatar, qui est soutenu par Trump. « Sa persévérance [de Gabriel] est souhaitable dans ce domaine », a écrit ND. « Ce dont l’Allemagne a le moins besoin, et Gabriel a parfaitement raison en cela, c’est une Trump-isation de sa politique étrangère. »

La tentative du parti de gauche de vendre Gabriel et l’impérialisme allemand comme une alternative plus pacifique à l’impérialisme américain et Trump est une pure propagande. En réalité, les élites dirigeantes en Allemagne et en Europe ont longtemps égalé le milliardaire de droite à la Maison-Blanche. Ils réarment et intensifient les pouvoirs de l’État à l’intérieur et se préparent à la guerre.

Le Parti de l’égalité socialiste en Allemagne (SGP) et ses partis frères au Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI) sont les seuls partis en Europe à rejeter la militarisation du continent et à promouvoir un programme socialiste. Le manifeste du SGP pour les élections fédérales de septembre affirme : « Nous rejetons toutes les alliances et blocs militaires impérialistes. Nous sommes pour la dissolution de l’OTAN et de l’Union européenne et nous nous battons à la place pour les États socialistes unis d’Europe. Notre allié dans la lutte contre le militarisme allemand est la classe ouvrière européenne, américaine et internationale. »

(Article paru en anglais le 9 juin 2017)