Guerre, censure et invention des « fausses nouvelles »

Par André Damon
23 octobre 2018

Face à la montée de l’opposition sociale et à l’intensification des projets de conflit militaire, l’establishment politique américain s’emploie de plus en plus effrontément à appliquer la censure sur Internet.

Samedi, les deux principaux journaux de l’establishment politique, le New York Times et le Washington Post, ont publié des éditoriaux exigeant une intensification de la censure politique sur les médias sociaux. Le Times, dans « Le poison sur Facebook et Twitter est toujours en train de se répandre », a cité une prolifération supposée de « désinformation » sur les médias sociaux, y compris « des campagnes made in the USA qui répandent des mensonges partisans aux États-Unis », pour exiger une action beaucoup plus agressive.

Le Times félicite les journalistes (c’est-à-dire eux-mêmes) ainsi que les « justiciers autodidactes » pour avoir forcé les entreprises de médias sociaux à agir pour supprimer du contenu. Cependant, des actions beaucoup plus fondamentales sont nécessaires, conclut-il. « À ce stade de l’évolution d’Internet, la modération du contenu ne peut plus être réduite à des messages individuels vus de manière isolée et hors contexte. Le problème est systémique et se manifeste actuellement sous la forme de campagnes coordonnées à la fois étrangères et aux États-Unis. »

La solution : les entreprises de médias sociaux doivent « réaliser en interne » les procédures de censure de manière beaucoup plus systématique. « Le rôle que jouent actuellement les tiers, en tant que défenseurs des droits des consommateurs et filtreurs de contenu, peut facilement être rempli en interne. » Les entreprises de médias sociaux doivent elles-mêmes devenir les « gardiens » de l’information, comme l’a déjà mentionné l’ancien rédacteur en chef du Times, Bill Keller. à propos de son journal.

Le Washington Post, pour sa part, a mis en garde contre la prétendue menace de « désinformation nationale ». Twitter et Facebook sont, a écrit le Post, « en train de commencer à énoncer leur responsabilité de ne pas faciliter la manipulation, peu importe qui tire les ficelles. »

Quelle est la « désinformation nationale » contre laquelle Facebook et Twitter se battent, avec le soutien total du Times et du Post ? Cette question a reçu une réponse positive plus tôt ce mois-ci, lorsque Facebook a supprimé, au nom de la lutte contre les « fausses informations », une série de comptes-rendus de médias populaires de gauche, comprenant des organisations opposées à la guerre et à la violence policière.

Le terme « fausses nouvelles », « fake news » en anglais, (ou « désinformation ») a été introduit très délibérément et consciemment dans la langue vernaculaire de la politique américaine et internationale en tant que justification fourre-tout de la censure. Les médias utilisent ce terme sans jamais expliquer exactement ce que cela signifie, dans l’espoir que la population acceptera simplement qu’il s’agisse de quelque chose de répréhensible qui doit bien sûr être bloqué.

Lorsque la plupart des gens pensent au terme « fake news », ils évoquent les gros titres des journaux tabloïds de supermarchés sur les invasions extraterrestres et les grand-mères à deux têtes donnant naissance à des quintuplés. Mais lorsque le New York Times et les principales agences de renseignement américaines utilisent ce terme, il a une tout autre signification : des reportages qui entravent les efforts de l’État pour promouvoir la guerre, et les points de vue politiques qui défient l’establishment.

Cet amalgame journalistique comprend des affirmations telles que : les États-Unis se préparent à une guerre totale ; ils ont organisé le coup d’État en Ukraine en 2014 en alliance avec les forces fascistes ; ils ont organisé des attaques à l’arme chimique en Syrie pour justifier leur campagne de changement de régime ; les deux partis aux États-Unis fonctionnent comme des serviteurs rémunérés de l’élite des entreprises et des finances – ce sont toutes des « fake news ». En ce qui concerne le fait que des politiques, y compris des personnalités telles que le sénateur démocrate Mark Warner et le député démocrate Adam Schiff, conspirent avec les médias de l’establishment visant à censurer Internet sous prétexte de lutter contre les « fake news » – sans aucun doute, il s’agit bien là de « fausses informations ».

Dans son mémoire, Hillary Clinton – dont la défaite en 2016 a été l’occasion d’introduire largement le terme « fake news » – a expliqué que ces « fausses nouvelles » étaient constituées de déclarations véridiques qui avaient servi à la discréditer aux yeux du public. Comme elle l’a dit, « WikiLeaks […] a contribué à accélérer le phénomène qui a fini par être connu sous le nom de fake news ». Des « histoires folles » ont été diffusées sur les « choses terribles que j’ai dû dire à huis clos et sur la façon dont en tant que présidente je serais à jamais dans la poche des banquiers ténébreux qui avaient payé mes frais de conférence. »

Les seuls « histoires » diffusés par WikiLeaks étaient les transcriptions des discours payés de Clinton chez Goldman Sachs, où elle s’était engagée à accroître l’influence des riches dans la politique, ainsi que des copies d’e-mails de personnalités du Comité national démocrate conspirant pour truquer les primaires démocrates. en faveur de Clinton.

Julian Assange, éditeur de WikiLeaks, paye toujours le prix fort pour son rôle dans cette brèche intolérable dans les portes du mensonge et de la propagande des médias. Mardi, Eliot Engel, le principal démocrate au sein de la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés, a écrit une lettre à Lenin Moreno, président de l’Équateur, faisant du chantage à tout le pays pour le fait qu’il continue à abriter le journaliste dissident et exigeait qu’il soit remis aux autorités.

En mars, les forces spéciales américaines ont organisé une conférence sur la censure de l’État, dont les travaux ont été consignés dans un rapport du Conseil de l’Atlantique. « La technologie a démocratisé la capacité pour les groupes et les individus en dehors de l’État de diffuser un récit avec des ressources limitées et une portée pratiquement illimitée. » En revanche, « par le passé, le public en général disposait de sources d’information limitées, gérées par des gardiens professionnels. »

En d’autres termes, la montée en puissance des médias sociaux non censurés a permis aux petits groupes ayant des idées correspondant à celles de la population en général de contester le discours politique des intérêts acquis sur un pied d’égalité, sans les « gardiens professionnels » de la presse écrite et audiovisuelle grand public.

L’objectif principal de la campagne de censure est de rétablir ces « gardiens » et de limiter l’accès du public aux avertissements du danger imminent de guerre.

L’année dernière, lorsque Google a initié une modification de son algorithme de classement des pages au nom de la lutte contre les « fake news », la couverture de la menace de guerre par le WSWS en a été la plus durement touchée. Les termes de recherche associés au danger de guerre mondiale qui avaient précédemment renvoyé le WSWS dans les 10 meilleurs résultats n’a plus orienté les visiteurs vers le WSWS.

Selon l’adage attribué au sénateur américain Hiram Jonson, « la vérité est la première victime de la guerre ». Ce dicton s’applique aujourd’hui, mais avec une exception : la vérité est étranglée en prévision de la guerre. Et tout cela au nom de la lutte contre les « fausses nouvelles » ! Nous sommes vraiment entrés dans le royaume de 1984 d’Orwell.

Rien ne fait plus peur à la classe dirigeante que la classe ouvrière soit informée. L’escalade de la campagne pour la guerre et la censure exprime la crise profonde à laquelle fait face l’élite dirigeante. Face à une opposition sociale croissante et à une vague de luttes de la classe ouvrière, l’élite dirigeante voit dans la guerre et son attaque concomitante contre les droits démocratiques le moyen de défendre son règne par une répression décomplexée.

(Article paru en anglais le 22 octobre 2018)