Fusillade de masse à la synagogue de Pittsburgh

La violence antisémite éclate en Amérique

Par Joseph Kishore
30 octobre 2018

Le massacre antisémite de la Synagogue Tree of Life (Arbre de la vie) à Pittsburgh, en Pennsylvanie, a propulsé la crise de la politique et de la société américaines à un niveau supérieur. De plus en plus, la situation aux États-Unis a le caractère d’une guerre civile au cours de laquelle les forces les plus arriérées et réactionnaires sont encouragées et promues.

Onze personnes ont été tuées dans le massacre de Pittsburgh, qui a eu lieu samedi matin lors des offices religieux. Parmi les victimes à prédominance âgée se trouvaient deux frères et un mari et sa femme, âgés respectivement de 84 et 86 ans. Une autre victime était Rose Mallinger, une survivante de l’Holocauste âgée de 97 ans. Le tireur, Robert Bowers, a été inculpé de 11 chefs d’homicide criminel et de 13 chefs d’intimidation ethnique.

Si les États-Unis ne sont pas étrangers à l’antisémitisme, un acte de violence de masse de cette ampleur visant des juifs est sans précédent. Comme l’a écrit un commentateur du journal israélien Haaretz, « l’illusion que « cela ne peut pas se produire ici » a été brisée. Les Juifs américains se réveilleront le lendemain pour un avenir nouveau et beaucoup plus effrayant, sachant non seulement que cela s’est passé ici, mais aussi que l’attaque pourrait laisser présager des attaques semblables à l’avenir. »

Pour comprendre la portée de cet acte, il est nécessaire de le situer non seulement dans son contexte national, mais également dans son contexte international et historique.

L’attaque est un produit direct des appels ouverts à la violence fasciste lancés par l’Administration Trump. Bowers était évidemment motivé par une combinaison d’antisémitisme enragé et de chauvinisme anti-immigrés. Il a posté des commentaires sur les médias sociaux peu de temps avant l’attaque, reliant sa haine des Juifs aux efforts de la Société d’aide aux immigrants hébraïques (HIAS) à laquelle la synagogue, l’Arbre de la vie, est affiliée, pour aider les réfugiés fuyant l’Amérique centrale. « HIAS aime faire venir des envahisseurs pour tuer notre peuple », a-t-il écrit. « Je ne peux pas rester à côté et regarder mes gens se faire massacrer ».

Le langage qu’il a employé, y compris le recours à des « envahisseurs » pour désigner les migrants fuyant la pauvreté et la violence en Amérique centrale causée par l’impérialisme américain, est celui de l’Administration Trump. Dans un discours prononcé la semaine dernière, Trump a qualifié la caravane de migrants qui se dirigeaient vers la frontière américaine comme « une attaque sur notre pays ». Il a qualifié cette invasion de menace de détruire « vos quartiers, vos hôpitaux, vos écoles ». Dans des remarques pleines des lieux communs antisémites et fascistes, Trump a dénoncé ceux qui « veulent revenir en arrière et rétablir le pouvoir chez des mondialistes corrompus, assoiffés de pouvoir…»

L’attaque dans la synagogue fait suite à une série de bombes artisanales envoyées par un partisan de Trump à d’éminents démocrates.

Trump lui-même est un symptôme, cependant, pas une explication. Qu’est-ce qui a amené Trump au pouvoir ?

Les conséquences de la crise financière de 2008 et des politiques de l’Administration Obama en faveur de Wall Street, qui ont permis à la droite de se positionner en tant que défenseurs de « l’homme oublié ». L’effet de plus d’un quart de siècle de guerres sans fin, et de 17 années sous la bannière de la « guerre contre le terrorisme ». Le retour de la classe dirigeante et des Démocrates et des Républicains à des formes de pouvoir toujours plus autoritaires en réponse à la résistance croissante de la classe ouvrière.

Tandis que Trump cherche à cultiver un mouvement extraparlementaire d’extrême droite, les Démocrates promeuvent le FBI, la CIA et l’armée en tant que garants de la stabilité contre ceux qui sèment la division et le mécontentement.

Le contexte international souligne le fait que l’Administration Trump est bien plus impliquée. La croissance des mouvements et des gouvernements d’extrême droite et fascistes est un phénomène mondial.

Aux Philippines, il a produit Rodrigo Duterte, qui a applaudi et aidé à organiser des escadrons de la mort qui patrouillent dans les rues.

En Inde, le Premier ministre Narendra Modi est membre du RSS fasciste. En tant que ministre en chef du Gujarat, il a participé à l’organisation des émeutes de 2002 qui ont tué des centaines de musulmans.

Au Brésil, les élections tenues hier ont porté au pouvoir le candidat de l’extrême droite Jair Bolsonaro.

Partout en Europe, la classe dirigeante a systématiquement promu les partis d’extrême droite et fascistes. Les développements en Allemagne sont particulièrement significatifs. Dans le pays qui a produit Hitler et les crimes les plus horribles du XXᵉ siècle, y compris le massacre de six millions de Juifs dans l’Holocauste, le fascisme est redevenu une force politique majeure.

L’Alternative pour l’Allemagne (AfD) fasciste est le principal parti d’opposition, délibérément cultivé par les partis de l’élite politique, les démocrates-chrétiens et les sociaux-démocrates, qui se sont à chaque fois adaptés à son chauvinisme anti-immigrés.

Le mois dernier, le chef de l’AfD Alexander Gauland a publié une chronique dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung dans laquelle elle paraphrasait le discours de Hitler. Dans le même temps, l’État, en alliance avec l’AfD, a décidé de criminaliser l’opposition de gauche au fascisme.

L’importance de la montée du fascisme en Allemagne a été presque entièrement ignorée par les médias américains, y compris le New York Times. Les efforts des historiens réactionnaires pour réécrire l’histoire allemande et relativiser les crimes des nazis n’ont suscité aucune opposition de la part de l’élite libérale, y compris du milieu universitaire corrompu aux États-Unis.

L’universalité de ce processus est mise en évidence par le fait qu’Israël fait partie des pays où le fascisme est en hausse. La haine des Juifs est une forme spécifique d’un nationalisme virulent qui s’exprime en Israël dans une violence organisée et sanctionnée par l’État contre les Palestiniens. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a récemment supervisé l’adoption de « la loi État-nation » consacrant la suprématie juive, a fait cause commune avec les forces d’extrême droite et fascistes en Europe, dont le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

Enfin, la croissance internationale des mouvements fascistes doit être replacée dans son contexte historique. Quelle est le sens de la résurgence du fascisme, 85 ans après l’arrivée au pouvoir de Hitler et près de 80 ans après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale ?

Aujourd’hui, près de 30 ans après la dissolution de l’Union soviétique par la bureaucratie stalinienne, le caractère essentiellement réactionnaire de ce qui s’est passé en 1989-1991 est exposé au monde entier. La maladie fasciste, qui était quelque peu en rémission pendant la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, a puissamment réapparu. La fin de l’URSS n’a pas produit un épanouissement de la démocratie, comme le prophétisaient les propagandistes du capitalisme, mais une explosion d’inégalités, de guerre impérialiste, d’autoritarisme et un regain du fascisme.

Le fascisme est une expression politique de la crise capitaliste extrême. Trotsky a expliqué dans « Qu’est-ce que le national-socialisme ? » (1933) qu’avec la montée du nazisme, « la civilisation capitaliste vomit [sa] barbarie non digérée ». Le fascisme est, écrit-il, « la dictature la plus impitoyable du capital monopoliste ».

De même qu’aujourd’hui, le capitalisme vomit sa barbarie non digérée. Les cibles les plus immédiates sont les migrants et les réfugiés qui fuient les conséquences de la guerre impérialiste et de l’exploitation capitaliste. Aux États-Unis, des camps de concentration ont été érigés à la frontière américano-mexicaine pour retenir les immigrants – y compris les enfants – dans les conditions les plus barbares.

Dans l’un de ses derniers écrits majeurs, le « Manifeste de la Quatrième Internationale sur l’impérialisme et la guerre », publié en mai 1940, Trotsky écrivait : « la société capitaliste en déclin essaie de presser le peuple juif par tous ses pores : dix‑sept millions d’individus sur les deux milliards qui habitent la terre, c’est‑à-dire moins de un pour cent, ne peuvent plus trouver de place sur notre planète ! Au milieu des vastes étendues de terres et des merveilles de la technique qui a conquis pour l’homme le ciel comme la terre, la bourgeoisie s’est arrangée pour faire de notre planète une abominable prison ». Telle est la situation à laquelle font face des millions d’immigrants aujourd’hui.

Comme l’a démontré à nouveau le massacre de samedi, une période de réaction politique et de guerre est inévitablement associée au renouveau de l’antisémitisme, l’une des formes les plus anciennes de chauvinisme. Parmi les illusions qui doivent être dissipées, il y a la notion selon laquelle l’existence d’Israël constituerait une sorte de protection contre la persécution et la violence anti-juives.

La cible la plus fondamentale de la réaction de droite est la classe ouvrière. Tout comme le fascisme découle du capitalisme, il en va de même pour la lutte des classes. Le développement de la lutte de classe et l’intérêt croissant pour le socialisme terrorisent la classe dirigeante. Des masses de travailleurs se déplacent vers la gauche, pas vers la droite. Les inégalités sociales et la préparation de la classe dirigeante à la guerre sont profondément hostiles.

C’est le signe du désespoir de la classe dirigeante qui, au premier signe d’opposition sociale, appelle la violence fasciste. Dans les années 1930, si les mouvements fascistes acquéraient une base de masse, ce qui rendit vraiment possible leur accession au pouvoir en Allemagne, en Italie et en Espagne, ce furent les complots politiques des élites dirigeantes. Aujourd’hui, l’instigation délibérée du fascisme depuis en haut est un facteur encore plus dominant.

Le capitalisme propose à nouveau à l’humanité le choix entre révolution socialiste et barbarie capitaliste. Tous les discours dans les médias sur la nécessité de « restaurer la civilité » et de mettre fin à la « rhétorique politique conflictuelle » sont des platitudes vides qui esquivent toutes les questions critiques. Ce qui doit être aboli, c’est le système capitaliste lui-même.

Il y a 80 ans, en 1938, la IVᵉ Internationale était fondée pour résoudre la crise de la direction révolutionnaire dans la classe ouvrière en réponse aux trahisons du stalinisme et de la social-démocratie. Au centre même du programme politique de la nouvelle internationale se trouvait l’assimilation des leçons tirées de la victoire du fascisme en Allemagne en 1933, la plus grande défaite de la classe ouvrière de l’histoire.

La leçon la plus importante était l’impossibilité de combattre le fascisme si ce n’était sur la base d’un programme socialiste révolutionnaire et internationaliste. Alors que les horreurs des années 1930 réapparaissent, cette compréhension doit être introduite dans la classe ouvrière par la mise en place d’une direction socialiste, le Parti de l’égalité socialiste, qui associe la lutte contre le fascisme à l’opposition à l’inégalité, à la guerre et au système capitaliste.

(Article paru d’abord en anglais le 29 octobre 2018)