Crise scientifique et sociale en 2019

Par Bryan Dyne
21 janvier 2019

Dans les premiers jours de la nouvelle année, une série de percées scientifiques majeures ont démontré l’immense capacité de l’humanité à comprendre le monde et à utiliser cette connaissance pour résoudre les nombreux maux sociaux de la vie moderne :

• Le 1ᵉʳ janvier, le vaisseau spatial « New Horizons » de la NASA a survolé l’objet « Ultima Thule » de la ceinture de Kuiper. C’était le deuxième corps astronomique observé par New Horizons, après Pluton [lien en anglais], et l’astéroïde le plus éloigné jamais observé par un explorateur-automatisé lancé depuis la Terre. Les données envoyées par la sonde, grâce aux efforts combinés d’une équipe internationale de centaines de scientifiques et d’ingénieurs, ont déjà commencé à éclairer la recherche décrivant l’histoire des débuts de notre système solaire.

• Le 3 janvier, la mission d’exploration lunaire « Chang’e 4 » de l’Administration spatiale nationale chinoise (ASNC) a effectué le premier atterrissage en douceur de l’autre côté de la Lune et a déployé avec succès son véhicule, « Yutu-2 ». Les Chinois ont développé et exploité les charges utiles scientifiques en tandem avec des chercheurs en Chine, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Arabie saoudite et en Suède. Le véhicule a renvoyé les premières images en gros plan de cette moitié moins explorée de la Lune à travers un satellite-relais positionné de manière à pouvoir communiquer simultanément avec la Terre et l’atterrisseur. New Horizons et « Chang'e 4 » font partie des dizaines d’engins spatiaux, d’atterrisseurs et de véhicules qui étudient actuellement la Terre, le Soleil, la Lune, Mars, Vénus, Jupiter, les astéroïdes, les comètes et même les régions qui se trouvent immédiatement en dehors de notre système solaire.

• Le 4 janvier, des chercheurs du département de l’agriculture des États-Unis et de l’Université de l’Illinois ont montré qu’il est possible de produire des plantes génétiquement modifiées qui fixent un « problème » de photosynthèse. Ce défaut entraîne parfois la production de toxines à l’intérieur des plantes qui doivent être éliminées. Les cultures cultivées sans ce défaut pourraient améliorer leur productivité de 40 pour cent, ce qui pourrait contribuer à atténuer les changements climatiques et à éliminer la faim dans le monde.

• Le 14 janvier, les scientifiques de « Chang’e 4 » ont annoncé la germination réussie des cultures sur la Lune, sous la très faible gravité de ce corps et après avoir été baignées par le rayonnement solaire. Le coton, la pomme de terre et le colza ont tous été cultivés dans un environnement miniature, artificiel et autosuffisant qui a été lancé dans le cadre de la charge utile scientifique du vaisseau spatial. Bien que l’expérience ait atteint la fin de sa durée de vie, il s’agissait d’une étape cruciale pour établir et maintenir la vie humaine sur la Lune, sur Mars et au-delà.

• Parallèlement, l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle sont de plus en plus intégrés aux aspects de la vie moderne, notamment la médecine, le transport et la fabrication. Les informaticiens explorent constamment de nouvelles façons d’utiliser cette technologie et ils n’ont rencontré jusqu’à présent aucune limite. Des villes entières sont de plus en plus alimentées par l’IA. Les voitures sans chauffeur sont sur le point d’être mises en œuvre en masse.

Chacune de ces avancées démontre le potentiel de réduire le besoin des travaux épuisants, de réduire considérablement le temps et les ressources humaines nécessaires pour construire des maisons, des écoles et des hôpitaux, de robotiser l’agriculture et le transport et de développer des percées en médecine et en santé humaine. Ce sont de puissants reproches à la glorification contemporaine incessante de l’irrationalisme, que ce soit par l’encouragement du sous-développement culturel et des préjugés religieux ou par la promotion du postmodernisme et son rejet de la vérité objective. Ils sont une puissante justification de la compréhension matérialiste du monde, du fait qu’il existe des lois objectives de la nature et que les humains peuvent les comprendre et, grâce à la pratique fondée sur cette compréhension, façonner le monde pour améliorer la vie humaine.

Ces percées, d’autre part, contrastent fortement avec des développements similaires dans la société qui ont annoncé 2019 :

• Les données les plus récentes recueillies auprès de l’UNICEF, de l’Organisation mondiale de la Santé et de la Banque mondiale montrent qu’un être humain sur neuf, soit 815 millions de personnes, souffre de malnutrition ou de faim et 9,1 millions meurent de faim chaque année. Ces chiffres incluent 150 millions d’enfants qui ont faim et 3,1 millions d’enfants qui meurent de faim chaque année.

• Actuellement, 68,5 millions de personnes fuient la guerre, la persécution et l’oppression. L’ONU estime que 210 millions de personnes supplémentaires ont été déplacées en raison du changement climatique.

• Les idéologies fascistes et d’extrême droite sont une fois de plus promues par les institutions politiques de chaque pays. Les partis d’extrême droite font partie des gouvernements d’Italie, d’Autriche, du Brésil, de Pologne, de Hongrie, du Japon, de Finlande, de Bulgarie, de République tchèque, de Slovaquie, des Philippines et de Grèce. L’Alternative pour l’Allemagne (AfD) a été bien accueillie au sein des commissions parlementaires allemandes et leurs politiques sur les réfugiés et la sécurité intérieure ont été adoptées par l’État allemand. En France, le président Macron a ouvertement fait l’éloge du maréchal Philippe Petain, dictateur fasciste de l’époque de la Seconde Guerre mondiale.

• Des milliers de scientifiques de la NASA, de la NOAA, de la NSF, de l’USDA et des Instituts nationales de la santé sont actuellement en congé sans solde à la suite de la fermeture gouvernementale. Des dizaines d’expériences à long terme qui sont essentielles à la surveillance du climat, de l’agriculture et de la santé publique sur Terre sont de plus en plus perturbées. Ce désastre pour la recherche scientifique survient alors que les démocrates et les républicains s’accordent à dire que les derniers développements de la technologie moderne, y compris les drones et divers moyens de détection, devraient être déployés contre les réfugiés désespérés fuyant l’oppression et la pauvreté soutenue par les États-Unis en Amérique centrale.

Ce ne sont là que quelques-unes des contradictions de la vie au XXIᵉ siècle. Même si on utilise la technologie pour sonder l’espace lointain, développer des formes supérieures de coordination mondiale et libérer le potentiel des processus biologiques clés, on l’utilise pour accroître la militarisation, la censure et l’oppression au pays et à l’étranger. Tous les progrès réalisés dans le domaine de l’exploration spatiale sont liés à une militarisation accrue à l’échelle internationale et à la menace croissante d’une guerre mondiale. Pour chaque fusée destinée à étudier le cosmos, on en construit et développe beaucoup d’autres pour détruire une partie ou la totalité de l’humanité. On n’utilise pas la science des plantes pour nourrir les dizaines de millions d’êtres humains affamés sur les six continents, mais pour accroître les profits et la domination commerciale de quelques conglomérats agricoles et pour développer la guerre biologique et chimique. On utilise la science sous le capitalisme pour augmenter, et non pour diminuer, les inégalités sociales.

L’intelligence artificielle (IA) joue un rôle particulièrement sinistre. Les entreprises telles qu’Amazon, Uber et Lyft l’utilisent pour suivre tous les mouvements des employés et les forcer à travailler plus longtemps et plus durs. Sous le capitalisme on utilise l’IA et l’automatisation croissants pour éliminer des dizaines de milliers d’emplois. Actuellement, Google, Facebook, et d’autres sociétés de technologie utilisent l’IA, en collaboration avec l’armée et les agences du renseignement américain, pour imposer la censure aux publications de gauche, anticapitalistes et socialistes, traquent les immigrés avec la reconnaissance faciale, espionnent pratiquement chaque être humain et font la guerre à la population mondiale à une échelle toujours croissante.

Les deux factions de l’élite dirigeante américaine font la guerre contre la science. Trump et les Républicains nient le changement climatique et encouragent ouvertement l’obscurantisme religieux. Le libéralisme officiel et l’académisme sont sous l’emprise des postmodernistes qui rejettent toute conception de la vérité objective et l’application de la science à la pensée humaine, à la société et à la culture, niant en particulier le rôle révolutionnaire de la classe ouvrière.

En revanche, les marxistes insistent sur le fait que la science peut et doit s’appliquer à la société elle-même, et surtout aux structures socio-économiques dont l’humanité est actuellement piégée. Il faut trancher avec la domination idéologique de l’élite patronale et étudier le déroulement des événements du point de vue des forces de classe à l’œuvre. Il faut entreprendre une étude marxiste, qui fonde sa politique révolutionnaire sur une analyse de la réalité objective et des intérêts de classe, et se tourner vers la classe ouvrière, la seule force sociale progressiste, révolutionnaire et internationale de la planète.

La classe ouvrière offre à l’humanité une alternative à la guerre, à la pauvreté et à la misère sociale qui sont endémiques au capitalisme. Il convient de noter que, dans le cadre de la grève des enseignants de Los Angeles, les éducateurs réclament non seulement de meilleurs salaires et des classes moins nombreuses, mais aussi la défense de l’éducation publique contre une oligarchie capitaliste qui veut la vider de sa substance. Alors que l’élite dirigeante est déterminée à faire reculer la société, la classe ouvrière, dans la lutte pour le socialisme, lui offre une voie à suivre.

Ce n’est que dans une société socialiste que les vastes réalisations scientifiques et technologiques de l’humanité peuvent être transformées, n’étant plus des gourdins pour imposer l’exploitation de classe et mener des guerres, mais des instruments permettant d’assurer une vie prospère et satisfaisante à tous les peuples.

(Article paru d’abord en anglais le 19 janvier 2019)