La Banque centrale européenne annonce un revirement de politique majeur

Par Nick Beams
9 mars 2019

La Banque centrale européenne a renversé sa politique de léger resserrement monétaire et a annoncé un nouveau plan de relance face à des données qui montrent un net ralentissement de la croissance dans la zone euro. La décision unanime a été prise lors de la réunion du Conseil des gouverneurs de la BCE qui s'est tenue jeudi à Francfort.

Cette décision a été prise à peine trois mois après que la banque centrale eut annoncé qu'elle mettait fin à son programme d'achat d'actifs. La banque a indiqué qu'elle maintiendrait les taux d'intérêt à des niveaux historiquement bas au moins jusqu'à l'année prochaine et potentiellement indéfiniment, et a lancé un nouveau programme pour offrir des prêts bon marché aux banques de la zone euro.

Elle a également indiqué qu'elle continuerait à réinvestir le produit des obligations arrivant à échéance dans le cadre de son programme d'assouplissement quantitatif de 2,6 billions € pendant une «période prolongée», avec des réinvestissements s'élevant à environ 20 milliards € par mois.

Cette décision est la première prise par une grande banque centrale à inverser le resserrement monétaire face aux signes croissants d'un ralentissement de l'économie mondiale. La Fed américaine a indiqué qu'elle avait suspendu les hausses de taux d'intérêt, mais n'a pas encore pris de mesures pour assouplir sa politique monétaire.

La décision de la BCE fait suite à ce que la présidente Marion Draghi a qualifié de révision à la baisse «substantielle» des estimations de croissance pour la région. Selon lui, les nouvelles perspectives de croissance annuelle du produit intérieur brut sont de 1,1 % pour 2019, 1,6 % pour 2020 et 1,5 % pour 2021.

En décembre dernier, les estimations étaient de 1,7 % pour 2019 et de 1,7 % et 1,5 % pour les deux années suivantes. Cela signifie que la chute de l'activité économique a été si forte que la BCE a réduit de plus d'un tiers son estimation de croissance pour cette année.

Une projection similaire a été faite par l'Organisation de coopération et de développement économiques. Mercredi, elle a réduit ses prévisions de croissance pour la zone euro à 1 %, contre 1,8 % en novembre dernier.

Ces nouveaux résultats sont publiés après que la zone euro ait connu sa plus forte augmentation de croissance en 2017 depuis une décennie. Cette croissance avait été accompagnée d'affirmations selon lesquelles l'économie mondiale connaissait une croissance synchronisée et qu'elle commençait enfin à tourner la page après la dévastation économique provoquée par la crise financière mondiale de 2008-2009.

Mais à partir du début de 2018, la dynamique de croissance a commencé à ralentir et le ralentissement s'est accentué tout au long de l'année. L'Allemagne, la plus grande et la plus importante économie de la région, a échappé à peine à une récession durant les deux derniers trimestres.

La croissance en Chine a également ralenti et a atteint l'an dernier son plus bas niveau en trois décennies, et une nouvelle baisse est prévue en 2019. Les États-Unis ont réussi à inverser la tendance, en grande partie grâce aux mesures de relance prises par l'administration Trump. Mais il y a des signes que cela commence à s'estomper, les États-Unis ayant enregistré une croissance plus faible que prévu au quatrième trimestre de l'année dernière.

Passant en revue les facteurs qui avaient conduit à la décision d'inverser la tendance, M. Draghi a mis en évidence des faiblesses, en particulier dans le secteur manufacturier, «reflétant le ralentissement de la demande extérieure», aggravé par certains facteurs propres à certains pays et industries.

«Les risques entourant les perspectives de la zone euro sont toujours orientés à la baisse, en raison de la persistance des incertitudes liées aux facteurs géopolitiques, de la menace de protectionnisme et de la vulnérabilité des marchés émergents», a-t-il déclaré.

La BCE a également sensiblement réduit ses prévisions en matière d'inflation, indiquant que son objectif d'environ 2 % pour la zone – considéré comme le signe d'une économie en croissance constante – est plus improbable que jamais. Il a ramené l'inflation prévue pour 2019 à 1,2 %, en baisse par rapport à la projection de 1,6 % prévue en décembre, avec des réductions similaires pour les deux années suivantes.

D'autres données économiques indiquent également des problèmes profondément enracinés. Selon Eurostat, la productivité s'est contractée au second semestre de 2018 pour la première fois depuis la crise financière. La production horaire a diminué de 0,4 % par rapport à l’année précédente au dernier trimestre de 2018, soit le plus fort taux de contraction depuis 2009. Cela fait suite à une contraction de 0,1 % au troisième trimestre.

La contraction a été entraînée par l'Allemagne, qui a enregistré un déclin annuel de 0,9 % de production par heure travaillée. Au troisième trimestre de l'année dernière, l'économie allemande s'est contractée pour la première fois depuis 2015 et la croissance est restée stable au dernier trimestre.

En Italie, la production horaire a baissé de 0,3 % au dernier trimestre, soit sa troisième baisse consécutive.

Selon Andrew Harker, directeur associé chez IHS Markit, qui publie des indices de directeurs d'achats qui reflètent le sentiment des entreprises, ses données suggèrent que «le secteur manufacturier a été la principale source de la dernière réduction, la productivité industrielle ayant diminué dans la plus grande mesure en presque une décennie».

La décision de la BCE a fait chuter les marchés européens – une tendance qui s'est étendue aux États-Unis – indiquant les inquiétudes du marché quant à la croissance mondiale. Le Dow Jones a chuté de 200 points, le S&P 500 de 0,8 pour cent et le Nasdaq de 1 pour cent, des actionnaires soulignant que la décision indiquait un ralentissement de l'économie de la zone euro et ajoutait à «l'incertitude».

Dans un commentaire publié sur Bloomberg, le principal conseiller économique du géant mondial de l'assurance et de la finance, Allianz, Mohamed El-Erian, a déclaré que la décision de la BCE était aussi dramatique que la «volte-face» de la Fed en janvier. Il a montré que dix ans après que les actions aient atteint leur plus bas niveau à la suite de la crise financière mondiale, les investisseurs pouvaient encore s’attendre à «un soutien exceptionnel en liquidité des banques centrales d'importance systémique».

Il a écrit que le «grand espoir» était qu'après «une période prolongée de politiques monétaires non conventionnelles (qui, par définition, n'offrent pas de solutions durables, mais permettent simplement de gagner du temps au risque de dommages collatéraux et de conséquences négatives involontaires), les banques centrales seraient en mesure de passer le relais aux gouvernements. Au lieu de cela,» a-t-il poursuivi, «comme le démontre la décision de la BCE «les banques centrales restent coincées dans un marasme».

(Article paru en anglais le 8 mars 2019)