Unifor annonce un plan bidon de «sauvegarde d'emplois» alors que GM s'apprête à fermer son usine d'Oshawa

Par Carl Bronski
25 mars 2019

Dans une annonce du 19 mars, le président d'Unifor, Jerry Dias, a déclaré que son syndicat suspendra sa campagne publicitaire «Save Oshawa GM» («Sauvez Oshawa GM») pendant que Dias explore des avenues avec General Motors pour ajuster légèrement le calendrier de fermeture de l'usine en 2019.

General Motors a fixé la fermeture de l'usine d'assemblage d'Oshawa au cours du deuxième semestre de 2019 dans le cadre d'un programme de restructuration qui entraînera la perte de 2,600 emplois syndiqués à Oshawa et la fermeture de 12,500 autres emplois de col blanc et de production, et de quatre usines aux États-Unis.

Toutefois, les discussions ne modifieront pas le projet de GM de fermer son usine d'assemblage d'Oshawa en Ontario. Comme l'a écrit Dias: «Bien qu'il soit clair pour le syndicat que GM n'a pas l'intention de prolonger la fabrication de véhicules au-delà de décembre 2019, nous examinons la possibilité de transformer les opérations afin de maintenir un niveau de base d'emploi horaire. Les parties ont convenu de poursuivre les pourparlers au cours des prochaines semaines et la priorité d'Unifor est de sauver autant d'emplois que possible à Oshawa.»

Jeudi, le vice-président des affaires corporatives de GM Canada, David Patterson, a expliqué que les discussions avec Unifor sont en grande partie liées aux ajustements récemment annoncés dans le calendrier de fermeture de l'usine d'assemblage Hamtramck de Detroit. Plus tôt ce mois-ci, l’entreprise GM a déclaré qu'elle «équilibrait le calendrier de production» de la Cadillac CT6 construite à l'usine de Hamtramck et qu'elle poursuivra également temporairement la production de la Chevrolet Impala. L'usine resterait ouverte jusqu'en janvier 2020 au lieu de fermer ce mois-ci comme prévu. La production de la Buick LaCrosse et de la Chevrolet Volt à Detroit a déjà pris fin alors que l'usine d'assemblage de GM à Lordstown, en Ohio, a fermé ses portes le 8 mars.

Il y aura «de modestes travaux à Oshawa et des travaux à la hausse au cours du deuxième semestre de cette année parce qu'Oshawa effectue des travaux d'emboutissage à l'usine Hamtramck de Detroit», a déclaré M. Paterson. On estime que plusieurs centaines de travailleurs d'Oshawa pourraient être touchés par cette prolongation, laissant plus de 2.000 travailleurs sans emploi à l'usine d'assemblage et des milliers d'autres au chômage permanent dans l'industrie ontarienne des pièces d'automobile. Parallèlement à la prolongation temporaire des travaux d'emboutissage, M. Dias espère conclure des accords avec une petite équipe pour l'entretien des installations et des baies de camions ainsi que pour des rachats d'entreprises à la retraite anticipée.

L'extension de certains travaux d'assemblage à Hamtramck est entièrement liée aux préparatifs de GM pour les négociations contractuelles de cette année avec les TUA. Face à l'opposition croissante de la base aux plans de fermeture de l'entreprise et à la vague de revendications des travailleurs qui réclament des améliorations significatives dans les misérables contrats qu'ils ont maintenant du mal à conclure, GM et les TUA recalibrent leurs actions. La légère extension d'une partie de la production à Hamtramck place maintenant la date de fermeture après ce que les deux parties espèrent être la négociation sans grève d'une nouvelle entente pour remplacer les contrats de travail de quatre ans, qui expirent le 14 septembre. Le maintien possible d'une partie du travail à Hamtramck ou dans d'autres usines vulnérables basées aux États-Unis sera utilisé comme une carotte pour exiger une nouvelle série brutale de concessions contractuelles de la part des travailleurs.

Le président américain Trump presse les TUA de rouvrir immédiatement le contrat afin d'imposer des concessions draconiennes aux travailleurs pour rouvrir ou trouver un autre acheteur pour l'usine de Lordstown. M. Trump a ajouté à cela des appels renouvelés pour que GM ferme des usines mexicaines, chinoises et autres à l'extérieur des frontières des États-Unis. Quant aux TUA, ils n'ont guère besoin d'être encouragés à utiliser la menace de fermetures d'usines pour arracher des concessions à leurs membres.

Les travailleurs d'Oshawa connaissent parfaitement cette tactique. Au cours des négociations contractuelles canadiennes de 2016, Unifor a choisi GM pour établir le modèle, puis a accepté l'institutionnalisation du système détesté à deux vitesses, les concessions sur les règles du travail et un misérable règlement des salaires et des avantages sociaux en échange de «garanties» que l'usine d'Oshawa resterait ouverte pendant la durée de la convention collective. Lors des réunions de ratification, Dias a estimé qu'il était prudent de ne pas mentionner les clauses de l'accord qui donnaient à l'entreprise le droit de modifier ses plans de production en fonction des «conditions changeantes du marché».

La possibilité d'une légère prolongation de certains travaux d'emboutissage à Oshawa rappellera aux travailleurs chevronnés d'Oshawa un exercice semblable mené par GM lors de la mise en réserve de son usine de camions en 2009, qui a connu un retard dans le plan de fermeture initial qui a maintenu certains travailleurs au travail pendant quelques semaines supplémentaires. Cela a permis aux dirigeants des Travailleurs canadiens de l'automobile (le prédécesseur d'Unifor) de prétendre, sans la moindre honte, qu'ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour aller à l'encontre du plan initial de l'entreprise.

Au cours des derniers mois, les travailleurs de l'automobile ont été témoins de démonstrations de militantisme de Dias. Unifor, criait-il, n'acceptera pas la fermeture de l'usine d'Oshawa. Le syndicat lancerait «une lutte majeure» qui obligerait GM à renoncer à son plan. Mais en quoi consistait cette «lutte» ?

Unifor s'est fermement opposé à toute lutte de la base pour faire grève ou occuper l'usine et se battre pour étendre la grève à tout le Canada et aux autres pays d'Amérique du Nord. Lorsque les travailleurs ont spontanément cessé le travail dans l'usine après l'annonce initiale de la fermeture en novembre et se sont ensuite rassemblés dans la salle du syndicat, Dias et le président Unifor de l’usine, Greg Moffat, ont demandé aux travailleurs de se présenter pour leur prochain quart et de poursuivre la production. De même, lorsque les travailleurs ont spontanément arrêté la production le 8 janvier après que GM a confirmé qu'elle ne modifierait pas sa décision de fermeture, M. Moffat s'est empressé de revenir de Detroit pour s'assurer que l'action ne deviendrait pas une occupation et a fait sortir les travailleurs de l'usine après que la direction de GM, craignant également la possibilité d'une occupation, ait ordonné la fin anticipée du quart de travail.

Plus tard en janvier, une simple manifestation pacifique aux portes des bureaux de GM a été rapidement démantelée. Deux arrêts de production de quelques heures chez des fournisseurs de pièces à proximité ne devaient pas se prolonger au-delà de la durée d'un quart de travail. Au lieu de cela, Unifor a lancé une campagne médiatique, imprégnée de poison nationaliste anti-mexicain, appelant au boycottage par les consommateurs de tous les véhicules GM vendus au Canada qui ont été assemblés au Mexique. Pour Unifor, ce sont les emplois des travailleurs mexicains qui devaient être supprimés, poursuivant ainsi la tactique du syndicat, vieille de plusieurs décennies, qui dresse les travailleurs d'un pays contre ceux d'un autre et ouvre la voie à une course sans fin vers le bas pour des emplois et des salaires toujours pires.

La campagne anti-mexicaine a été lancée alors que plus de 70.000 travailleurs des maquiladoras de Matamoros, au Mexique, menaient une grève courageuse contre les entreprises étrangères de pièces d'automobile et contre les syndicats corrompus, entraînant une pénurie de volants et d'autres pièces, un ralentissement de la production en Amérique du Nord et un message de solidarité des travailleurs canadiens et américains GM, Ford et Fiat Chrysler.

Les actions spontanées à Oshawa démontrent la détermination des travailleurs de l'automobile à se battre. Pour réussir dans leur lutte, les travailleurs de l'automobile doivent organiser des comités d'usine de la base, indépendants d’Unifor et des TUA, pour prendre en charge leur lutte. Ces comités devraient lancer un appel urgent pour que les travailleurs de GM et d'autres travailleurs de l'automobile au Canada, aux États-Unis, au Mexique et ailleurs dans le monde se battent ensemble pour défendre les emplois et le niveau de vie de tous les travailleurs.

(Article paru en anglais le 22 mars 2019.)