Soudan: Les dirigeants des manifestations acceptent de collaborer avec le Conseil militaire de transition au Soudan

Par Jean Shaoul et
1 mai 2019

Le Conseil militaire de transition soudanais (CMT) a convenu avec les dirigeants du mouvement de protestation, qui a poussé l'autocrate de longue date Omar al-Bachir à quitter le pouvoir, de former un organe conjoint chargé de diriger une transition de deux ans vers un régime civil. L'armée a évincé Bachir le 11 avril dans une tentative infructueuse de mettre fin à des mois de grèves et de manifestations.

Ayman Nimir, un négociateur de l'opposition au sein de la coalition connue sous le nom de Déclaration des forces de la liberté et du changement, a déclaré: «Aujourd'hui, nous avons pris des mesures positives et nous espérons parvenir à un accord satisfaisant pour toutes les parties.»

Le CMT vise à mettre sur pied un gouvernement de «technocrates» dans lequel il conserverait les principaux portefeuilles de ministère de l’intérieur et de la défense, assurant ainsi un régime militaire derrière une façade civile.

Toute tentative visant à présenter un tel arrangement, dans un pays dominé par une petite clique de riches comme un pas en avant vers une véritable démocratie qui résoudrait les énormes problèmes sociaux et économiques auxquels sont confrontés les travailleurs soudanais, est un mensonge perfide. Cela révèle le fossé profond qui existe entre les Forces pour la Déclaration de liberté, dont l’Association professionnelle soudanaise (ASP) de médecins, avocats et enseignants, les Forces nationales de consensus (NCF), l’Appel du Soudan, le Rassemblement unioniste, le Parti Umma et le Parti communiste soudanais (PCS) et les millions de travailleurs et de jeunes qui se mobilisent.

Les travailleurs et les jeunes sont descendus dans la rue pour une transformation fondamentale de tout l'ordre social, et non d'un régime militaire à façade civile, d'un gouvernement technocratique ou d'un remaniement politique. Ils ont déjà exprimé leur colère face à l'accord conclu avec le CMT.

Conscients de ce qui est arrivé à la révolution égyptienne en 2011-13, les manifestants ont poursuivi les rassemblements de masse dans la capitale Khartoum dans les semaines qui ont suivi l'éviction d'Al Bachir par l'armée, le 11 avril, et ont exigé la fin du régime militaire.

Furieux de la nomination d’Awad Mohamed Ahmed Ibn Auf, chef militaire et proche collaborateur d'al-Bachir, comme chef par intérim d'un Conseil militaire de transition chargé de diriger le pays pendant deux ans et d'imposer un régime militaire, notamment un état urgence et couvre-feu, ils ont exigé une transition rapide vers un régime civil.

Quand Auf a affirmé qu'al-Bachir était en état d'arrestation, cela a suscité l'incrédulité généralisée. Personne n'a cru qu'il était en prison. La population a exigé qu'il soit emprisonné, dans l'attente de poursuites pour corruption, abus de pouvoir et crimes contre la population. Auf a cherché à apaiser les manifestants en affirmant que la période de transition pourrait ne durer qu'un mois si elle était gérée «sans chaos». Cela a été perçu comme une menace que les forces de sécurité serait enclines à provoquer un «chaos» afin de justifier une répression.

Les manifestations ont contraint le CMT à annoncer la démission d’Auf et à le remplacer par le lieutenant général Abdel Fattah Burhan dans les 48 heures suivant l'éviction d'al Bachir.

Le CMT a ensuite annoncé certaines mesures anti-corruption, la démission d'anciens fonctionnaires et le limogeage d'autres, ainsi que certaines arrestations.

Il a écarté de la scène politique le Parti du Congrès national (PCN), parti au pouvoir d’al-Bashir, affilié aux Frères musulmans, en partie du moins pour obtenir le soutien de son parrain saoudien. Les services de renseignements militaires affirment que le procureur général interrogera al-Bachir après son transfert dans la prison de Kobar, suite à la découverte de valises à son domicile bourrées de billets d'argent.

Tout cela a été accueilli avec mépris et méfiance. La semaine dernière, les manifestants de Khartoum ont été rejoints par des centaines de travailleurs ayant pris le train d'Atbara, avec des milliers d'autres venant de villes et de villages le long du chemin. Il y a eu de nouveaux appels à la grève générale.

***PUBLICITE***

Le 4 mai, meeting en ligne du Comité international de la Quatrième Internationale pour fêter la Journée internationale des travailleurs, avec la participation d’intervenants du monde entier. S'inscrire aujourd'hui

Atbara a longtemps été un centre de militantisme syndicaliste et politique du pays avant et après l'indépendance du Soudan en 1956. C'est là que les manifestations ont commencé le 19 décembre en raison de la suppression des subventions sur le pain qui ont triplé son coût, menant de la mise à feu des bureaux locaux du PCN par les étudiants. En quelques jours, les manifestations se sont transformées en un mouvement politique généralisé à travers le pays, dénonçant la hausse du coût de la vie et l'effet de la privatisation du port et des chemins de fer sur les emplois et exigeant l'éviction d'al-Bachir.

La décision prise la semaine dernière par l'Union africaine (UA), réunie au Caire sous la présidence tournante du dictateur militaire égyptien, le général Abdel Fattah al-Sissi, de donner trois mois au conseil militaire pour mettre en œuvre les réformes démocratiques a provoqué l'indignation. Cela a prolongé le délai de 15 jours précédemment fixé par l'UA pour que le CMT soudanais passe le pouvoir aux civils ou risque sa suspension de l’AU.

Al-Sissi a été l'un des premiers à exprimer son soutien au CMT.

Les manifestants sont conscients que c’est al-Sissi, chef de l’armée et ministre de la Défense du gouvernement des Frères musulmans dirigé par le président Mohammed Morsi, qui a renversé le gouvernement élu, a noyé dans le sang l’opposition à son coup d’état et a fait changer la loi lui permettant de rester au pouvoir dans jusqu'en 2030. Al-Sissi considère son voisin du sud comme le talon d'Achille de son pays.

Des milliers de personnes ont marché sur l'ambassade d'Égypte à Khartoum, brandissant des pancartes et scandant des slogans contre al-Sissi, demandant la fin de son ingérence dans les affaires de leur pays. Les autorités égyptiennes ont déporté des dizaines de militants soudanais qui s'étaient réfugiés en Égypte pour échapper au régime brutal d'al-Bachir et les avaient livrés au Soudan ces derniers mois.

Le CMT soudanais sait qu'il peut compter sur le soutien des principales puissances impérialistes et des dictateurs de la région, qui se détestent mutuellement mais craignent encore plus leur propre classe ouvrière et paysans pauvres et la menace qu'ils représentent pour leurs régimes fragiles.

Bien que les États-Unis et l'Union européenne s'opposent depuis longtemps à al-Bachir, soutenant son inculpation devant la Cour pénale internationale pour crimes de guerre, y compris le génocide au Darfour, et ne lui ont pas affiché un soutien ouvert lors des manifestations, il est hors de question qu’ils laissent l'instabilité s’installer au Soudan et une nouvelle vague de réfugiés se diriger vers l'Europe. Le pays occupe une position stratégique dans la Corne de l'Afrique, au bord de la mer Rouge et à l'entrée du canal de Suez par lequel transite une grande partie du pétrole de la région. Washington a publié une déclaration appelant le Soudan à passer rapidement à la démocratie.

Les pétromonarchies du Golfe, ainsi que la Turquie, la Russie et la Chine se disputent toutes une influence dans la Corne de l'Afrique. Leurs politiques divergentes et leurs clients locaux ne feront qu'accentuer les luttes de pouvoir au sein des milieux restreints qui dominent la vie économique et politique au Soudan.

L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis auraient offert une aide de 3 milliards de dollars sous forme d'argent, de produits alimentaires, de médicaments et de produits pétroliers au Soudan, qui est presque en faillite après la sécession du Sud-Soudan, sa région riche en pétrole, en 2012, à la suite de la guerre civile et la perte de revenus provenant du transport de pétrole par son pipeline du sud à Port-Soudan. La Russie et la Turquie, qui envisagent de construire une base militaire à Suakin, près de la mer Rouge, se sont engagées à fournir du carburant, du blé et d'autres aides, alors que des sous-traitants privés russes s’occupent de la formation des forces de sécurité soudanaises.

Les manifestants ont rejeté l'aide saoudienne, qu'ils considéraient comme un soutien à la contre-révolution, et ont scandé: «Nous ne voulons pas d'un soutien saoudien». Il existe une opposition farouche au soutien du gouvernement à la guerre menée par l'Arabie saoudite au Yémen, ainsi qu’à sa vente de vastes étendues de terres agricoles irriguées aux entreprises pétrolières du Golfe aux dépens des agriculteurs locaux.

La mobilisation de la classe ouvrière soudanaise fait partie d'une vague croissante de grèves et de manifestations de travailleurs à travers l'Afrique du Nord - en Algérie, en Tunisie et au Maroc - et dans le monde entier. La seule manière d'établir un régime démocratique au Soudan consiste à mener une lutte menée par la classe ouvrière, indépendamment de tous les partis bourgeois, syndicats et alliances pro-capitalistes pourris, pour prendre le pouvoir et exproprier la richesse mal acquise du régime dans le contexte d'une lutte généralisée internationale pour le socialisme.

(Article paru en anglais le 29 avril 2019)