Les platitudes au G20 ne peuvent masquer un monde au bord de la guerre

Par Nick Beams
2 juillet 2019

Dans les années 1930, dites «décennie désastreuse», les relations entre les grandes puissances sur le front diplomatique et international ainsi que dans les domaines économique et commercial ont connu toutes sortes de revirements et d’embûches.

Cette activité frénétique, caractérisée par la conclusion d’accords un jour pour être rompue le lendemain, avait un contenu objectif essentiel. C’est la forme prise par les manœuvres frénétiques des puissances impérialistes avant le déluge de la guerre mondiale qui a éclaté en septembre 1939.

En changeant ce qui doit être changé, on trouve des parallèles directs avec la période actuelle. Les manœuvres de l’Administration Trump sur l’Iran, la Corée du Nord et la Chine — une guerre menaçante un jour, l’annonce d’un accord le lendemain, suivie d’autres menaces le lendemain — ont la même logique. Elles sont l’expression d’un ordre géopolitique axé sur la crise et tendant inexorablement vers un nouveau déclenchement de la guerre.

L’adoption jeudi dernier de l’énorme projet de loi d’autorisation du Pentagone, d’une valeur de 750 milliards de dollars, par le Sénat américain a souligné le tournant vers la guerre. Son adoption, lors d’un vote bipartisan dans le Senate de 86-8, démontre l’unanimité du tournant. Jim Inhofe, président de la commission sénatoriale des forces armées, a défini l’objectif du projet de loi.

Il a décrit le monde comme «plus instable et plus dangereux qu’à n’importe quel autre moment de ma vie». Il a souligné que la Stratégie de défense nationale définit la «concurrence stratégique» avec la Russie et la Chine ainsi que les menaces des «pays voyous» comme l’Iran et la Corée du Nord «nous ont démontré la vérité».

Les remarques d’Inhofe et le soutien bipartite à l’escalade massive des dépenses militaires soulignent la position essentielle de l’establishment politique américain et de ses agences militaires et de renseignement. Elle considère le reste du monde comme une menace existentielle.

Le déclin de leur puissance économique au cours des sept décennies qui se sont écoulées depuis qu’ils ont exercé une suprématie incontestée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, est clair. Les États-Unis cherchent à contrer la crise de leur hégémonie en recourant à la puissance militaire et menacent de plonger l’humanité dans la troisième guerre mondiale.

Les conflits et les tensions entre les grandes puissances — une guerre de tous contre tous — étaient au visible au sommet du G20 qui s’est tenu à Osaka, au Japon, ce week-end. Elle s’est jouée à peine plus d’une semaine après que Trump eut annulé une attaque contre l’Iran qui menaçait de déclencher un conflit militaire incontrôlable aux conséquences incalculables.

Le G20 a organisé des sommets du unanime à la suite de la crise financière mondiale de 2008. Ce qu’il cherché à faire était d’établir un mécanisme pour de réglementer les affaires de l’économie mondiale. Plus spécifiquement, ces sommets avaient comme but de prévenir l’éclatement des conflits du type qui ont ouvert la voie à la Deuxième Guerre mondiale. Il s’agissait notamment les mesures commerciales restrictives et le protectionnisme. La réunion au sommet actuelle a démontré que ces efforts se sont soldés par un échec total.

Comme l’a fait remarquer Martin Wolf, chroniqueur économique du Financial Times, le G20, créé pour élargir la base de la coopération mondiale, «est victime du désarroi général. Les membres du G20 sont des médecins qui ont besoin de se guérir eux-mêmes. Y arriveront-ils? "Pas aujourd’hui" est clairement la réponse.» En fait, la réponse est: non, jamais.

L’Administration Trump s’en prend à ses rivaux économiques, non seulement la Chine, mais aussi le Japon, l’Union européenne et l’Allemagne. Elle exigent que le monde se soumette à son programme «l’Amérique d’abord», le sommet n’a pas réussi à remplir son mandat fondamental.

En tant que président de la réunion, le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a averti que les tensions liées au commerce constituaient un risque pour l’économie mondiale et que l’on craignait que le système de libre-échange d’après-guerre «vacille», ce qui est bien peu dire.

Mais les participants au G20 ont abandonné les engagements antérieurs à «résister au protectionnisme». Le communiqué a simplement adopté une série de déclarations fades sur la nécessité de la liberté et de l’équité. Comme l’a dit Abe: «Plutôt que d’exagérer les différences entre les pays du G20, nous nous sommes efforcés de trouver un terrain d’entente.»

En d’autres termes, il s’agit de les dissimuler au fur et à mesure que les affrontements commerciaux et économiques et, derrière eux, les préparatifs pour les conflits militaires s’intensifient.

Sur la question cruciale de la guerre commerciale contre la Chine, on peut voir des parallèles directs avec le retrait de Trump sur les frappes sur l’Iran dix jours auparavant. Lors d’une réunion parallèle avec le président chinois Xi Jinping, Trump s’est abstenu d’imposer des droits de douane supplémentaires. Ces derniers peuvent aller jusqu’à 25 pour cent, sur 300 milliards de dollars supplémentaires de produits chinois, en plus des 200 milliards déjà assujettis à ces mesures.

Mais comme pour le conflit avec l’Iran et la Corée du Nord, rien n’a été résolu, et toutes les mesures dirigées contre la Chine restent «prêtes à tirer»..

Trump a seulement convenu que les nouvelles mesures dont il a agité la menace, qui couvriraient pratiquement toutes les importations chinoises aux États-Unis, seraient suspendues «pour l’instant» en attendant la reprise des négociations officielles. Mais aucun progrès ne s’est fait sur les questions essentielles, surtout en ce qui concerne l’insistance des États-Unis à affirmer qu’ils ont le droit de maintenir les tarifs douaniers existants. De surcroît, Trump insiste qu’il commencera à les supprimer seulement une fois qu’il aura déterminé unilatéralement que la Chine se conforme à tout accord obtenu, une exigence jugée inacceptable par Beijing.

Avant la réunion, la Chine avait insisté qu’on ne pourrait pas reprend des discussions tant que les États-Unis ne répondraient pas à leurs demandes de levée des restrictions imposées au géant chinois des télécommunications Huawei.

Le département de commerce américain avait placé Huawei sur la liste des «entités», ce qui signifie que les entreprises américaines qui cherchent à vendre des composants vitaux Huawei doivent obtenir la permission du gouvernement. Cette mesure visait à paralyser les activités mondiales de l’entreprise et a eu un impact important au cours des semaines qui ont suivi son annonce.

Cette menace qui plane sur Huawei demeure. L’atout n’a pas renversé la décision du département du Commerce — la question de la liste des entités ne sera tranchée qu’à la fin des négociations. Il n’a donné qu’un vague engagement pour permettre aux entreprises américaines d’expédier des marchandises à Huawei. Ce que cela signifie n’est pas très clair, car comme l’a dit Trump: «Nous parlons d’équipement pour lequel on n’a pas de grand problème d’urgence nationale.»

Mais en ce qui concerne l’appareil de renseignement et militaire, ainsi que ses porte-parole au sein des partis Démocrate et Républicain, l’existence même de Huawei pose problème. Car,elle signifie la volonté de la Chine de renforcer son développement industriel et technologique. C’est cela qui constitue «une grande urgence nationale» que les États-Unis sont décidés à contrer par tous les moyens nécessaires.

La «concession» de Trump sur Huawei fut immédiatement attaquée des deux côtés — Démocrates et Républicains.

«Huawei est l’un des rares leviers puissants dont nous disposons pour faire en sorte que la Chine joue franc jeu sur le commerce. Si Trump recule, comme il semble le faire, cela sapera considérablement notre capacité à changer les pratiques commerciales déloyales de la Chine», a déclaré Charles Schumer, leader du Sénat démocrate.

Marco Rubio, un éminent sénateur Républicain et faucon anti-Chine, est allé plus loin. «Si le président Trump a en fait négocié l’élimination des récentes restrictions imposées à Huawei, nous devrons faire en sorte que ces restrictions soient rétablies par voie législative. Et on va les adopter avec de larges majorités auxquelles on ne peut pas apposer un veto présidentiel», a-t-il tweeté.

La réunion du G20, l’instabilité totale des relations internationales, les accords qui se sont conclus, annulés et conclus encore sans cesse, conjugués à la montée des conflits économiques, constituent un avertissement clair pour la population mondiale: les conditions d’une nouvelle guerre mondiale sont en train de mûrir rapidement et elle frappe à la porte.

Ce danger clair et présent ne peut être vaincu que par le développement d’un mouvement anti-guerre de masse par la classe ouvrière mondiale, basé sur la lutte pour un programme socialiste international. En effet, il faut s’attaquer au problème à sa source en mettant fin au système de profit capitaliste et à la division du monde en des puissances impérialistes qui s’opposent ainsi que des États-nations rivaux.

(Article paru d’abord en anglais le 1er juin 2019)