Avec le Premier ministre pakistanais à ses côtés

Trump menace d'effacer l'Afghanistan «de la surface de la Terre»

Par Sampath Perera et Keith Jones
25 juillet 2019

Le président américain Donald Trump a menacé de «tuer 10 millions d'Afghans en une semaine» afin de remporter une victoire rapide dans la plus longue guerre d'Amérique, lors d'une conférence de presse conjointe de la Maison-Blanche lundi avec Imran Khan, premier ministre du Pakistan.

Le commandant en chef américain se vantait cavalièrement de pouvoir effacer l'Afghanistan «de la surface de la Terre» s'il le voulait. Mais il a déclaré qu'il préférait «sortir» les États-Unis de la guerre afghane qui dure depuis dix-huit ans et qu'il attendait du Pakistan qu'il facilite ce processus en aidant à trouver un «règlement» avec les taliban.

The “Mother of all bombs” dropped in Afghanistan

«Nous sommes comme des policiers», dit Trump. «Nous ne faisons pas la guerre. Si nous voulions faire la guerre en Afghanistan et la gagner, je pourrais la gagner en une semaine. Je ne veux pas tuer 10 millions de personnes.»
Pour souligner que ses remarques étaient censées être une menace, M. Trump a ajouté: «J'ai un plan pour gagner cette guerre dans un très court laps de temps» et il a répété le chiffre de 10 millions de morts. Il se tourna ensuite vers Khan et déclara: «Vous le comprenez mieux que quiconque.»

Le Premier ministre pakistanais n'a exprimé aucune objection à la menace de Trump de déclencher des violences génocidaires contre le voisin du nord du Pakistan. Au lieu de cela, Khan a salué servilement le président américain en tant que chef du «pays le plus puissant du monde». Plus tard, il a émis un tweet obséquieux remerciant Trump «pour son hospitalité chaleureuse et gracieuse» et «sa merveilleuse façon de mettre toute notre délégation à l'aise».

Le régime fantoche américain à Kaboul a été contraint de demander une «clarification» des propos de Trump, tout en protestant faiblement contre le fait que «les chefs d'Etat étrangers ne peuvent déterminer le sort de l'Afghanistan en l'absence des dirigeants afghans». En revanche, les Afghans de tout le pays ont réagi avec horreur et indignation, sentiments partagés par des dizaines de millions de personnes dans le monde.

Les médias américains ont minimisé les remarques glaçantes de Trump. Le New York Times en a fait mention à la fin d'un article intitulé «Trump tente de refroidir les tensions avec le Pakistan pour accélérer les pourparlers de paix en Afghanistan.»

Les remarques de Trump lundi ne sont que sa dernière menace d'annihiler un pays étranger et révèlent que le président américain - qui a ordonné la «modernisation» de l'arsenal nucléaire américain à hauteur de mille milliards de dollars et le retrait des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire avec la Russie - envisage activement de déchaîner la violence nucléaire pour empêcher l'effondrement de l'hégémonie mondiale américaine.

En août 2017, Trump a menacé de déclencher «un feu et une fureur que le monde n'a jamais vus» contre la Corée du Nord, une nation pauvre de 25 millions d'habitants. En juillet 2018, il dirigeait à nouveau une menace similaire contre l'Iran, tweetant que le pays «SUBIRAIT DES CONSEQUENCES DE LA SORTE QUE PEU DE PAYS AIENT JAMAIS SOUFFERTES DANS TOUTE L'HISTOIRE», si le pays osait «JAMAIS MENACER» Washington «ENCORE».

Les menaces grossières de Trump - qui rappellent bien les menaces d'Adolph Hitler à la veille de la Seconde Guerre mondiale - sont considérées comme peu politiques par une grande partie de l'élite de Washington. Mais l'appareil de sécurité militaire et l'establishment politique américain, démocrate et républicain, sont unanimes dans leur soutien à l'utilisation de la violence, de l'agression et de la guerre pour compenser le déclin économique de l'impérialisme américain.

La guerre d'Afghanistan n'est qu'une des nombreuses guerres que les États-Unis ont menées au Moyen-Orient, en Asie centrale et dans les Balkans depuis 1991. De plus, l'hégémonie mondiale des États-Unis s'est maintenant transformée en offensives stratégiques tous azimuts, y compris la menace de déploiements militaires, de guerres commerciales et de sanctions économiques, contre la Russie et la Chine, des puissances nucléaires.

Alors que l'Afghanistan était sans aucun doute au centre des discussions que Khan, le général Qamar Javed Bajwa, chef de l'armée pakistanaise, et le général Faiz Hameed, chef de la célèbre agence de renseignement du pays, l'ISI, ont tenues avec Trump et de hauts responsables de son administration, la campagne américaine contre le voisin occidental du Pakistan, a certainement aussi joué dans la décision d'inviter le premier ministre du Pakistan à Washington pour la première fois en cinq ans.

Le mois dernier, les avions de combat américains étaient à dix minutes seulement du largage de bombes sur l'Iran, lorsque Trump les a rappelés de peur que les forces américaines ne soient pas suffisamment prêtes pour un conflit militaire avec l'Iran qui engloutirait rapidement tout le Moyen-Orient et pourrait attirer d'autres grandes puissances.

Cédant aux sanctions américaines contre l'Iran, qui sont elles-mêmes synonymes de guerre, le Pakistan a une fois de plus mis en place un projet de gazoduc pour l'importation de gaz naturel iranien. Mais le Pentagone et la CIA feront également pression sur le Pakistan, qui entretient des liens étroits avec la monarchie saoudienne violemment anti-iranienne, pour qu'il utilise son territoire comme terrain d'intrigues, voire d'opérations militaires, contre l'Iran.


La débâcle de la guerre en Afghanistan par l'impérialisme américain

L'affirmation de Trump selon laquelle les États-Unis n'ont pas vraiment fait la guerre en Afghanistan est absurde. Au cours des 18 dernières années, les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN ont déployé des centaines de milliers de soldats en Afghanistan, des chars et des avions de combat, déclenché d'horribles violences et commis d'innombrables atrocités. Cela comprend, sous le gouvernement Trump, l'envoi en Afghanistan en 2017 de la bombe conventionnelle la plus puissante jamais déployée.

Cette guerre, selon des estimations prudentes, a fait 175 000 morts. Si l'on inclut les décès indirects, ce chiffre est probablement plus proche du million. Des millions d'autres ont été chassés de chez eux. A ce bilan, il faut ajouter la mort de près de 2300 militaires américains et de 1100 autres soldats étrangers.

Pourtant, aujourd'hui, les talibans contrôlent une grande partie du pays, plus qu'à tout autre moment depuis l'invasion américaine à l'automne 2001.

Si les talibans, malgré leur idéologie islamiste réactionnaire, ont réussi à maintenir leur insurrection face à la puissance de feu américaine, c'est parce que cette guerre est largement reconnue comme une invasion néocoloniale, visant à transformer l'Afghanistan en une dépendance et un avant-poste en Asie centrale de l'OTAN et des États-Unis; et le gouvernement de Kaboul est un régime de collabos, complètement corrompu et composé de profiteurs de guerre, de chefs tribaux et autres éléments de l'élite afghane traditionnelle.

La débâcle afghane - l'échec de Washington à soumettre l'Afghanistan après 18 ans de guerre et les dépenses de plus de mille milliards de dollars - a produit des divisions majeures au sein des établissements politiques et militaires stratégiques américains.

Trump cherche à pousser les talibans vers un règlement politique qui permettra au Pentagone de redéployer ses ressources pour poursuivre son agression ailleurs, que ce soit contre l'Iran, le Venezuela ou les rivaux plus importants de l'impérialisme américain.

Cependant, une grande partie de l'élite dirigeante américaine, en particulier dans l'appareil de sécurité militaire, soutient que tout règlement doit assurer une présence militaire continue en Afghanistan. C'est d'abord et avant tout en raison de son importance stratégique: L'Afghanistan se trouve au cœur de l'Asie centrale, riche en énergie, aux frontières de l'Iran et de la Chine et à proximité de la Russie.

L'effondrement des relations entre les États-Unis et le Pakistan

Washington exige depuis longtemps que le Pakistan «fasse plus» pour exercer des pressions militaires et politiques sur les talibans, afin d'obtenir un règlement de la guerre à des conditions favorables à Washington.
L'appareil de sécurité militaire pakistanais a joué un rôle clé dans le parrainage par la CIA de l'insurrection de la guérilla moudjahidine en Afghanistan dans les années 1980, dans le cadre de la campagne américaine contre l'Union soviétique, et il a ensuite soutenu la montée au pouvoir de sa branche talibane.

Après que Washington eut abandonné ses propres tentatives de parvenir à un accord avec le régime taliban et se soit emparé des événements du 11 septembre pour établir une présence américaine en Asie centrale, le Pakistan a fourni à Washington un soutien logistique essentiel et a ensuite mené une guerre anti-insurrectionnelle brutale contre les forces alignées sur les talibans dans ses propres zones tribales sous administration fédérale.

Mais l'armée pakistanaise, s'inspirant du manuel de la CIA, ne voulait pas couper tout lien avec les talibans, afin de s'assurer qu'Islamabad ait son mot à dire dans tout règlement politique visant à mettre fin à la guerre.

L'affaiblissement par Washington de ses relations avec Islamabad et sa promotion de l'Inde comme principal allié en Asie du Sud, pour le but d'en faire son principal allié contre la Chine, ont rendu Islamabad encore plus soucieux de protéger ses intérêts en Afghanistan et d'étendre son partenariat de longue date avec Beijing dans le domaine militaire et de sécurité. Ce dernier développement, illustré par le corridor économique Chine-Pakistan, d'une valeur de 60 milliards de dollars, a considérablement aggravé les tensions entre Washington et Islamabad.

Au cours de la dernière décennie, et en particulier depuis 2011, les liens entre les États-Unis et le Pakistan se sont affaiblis.

Khan, comme son prédécesseur Nawaz Sharif, avait longtemps insisté pour qu'on l'invite à Washington, afin de tenter de rétablir les relations avec les États-Unis. Pour des raisons à la fois économiques et géopolitiques, Islamabad espère désespérément trouver un moyen, comme par le passé, de parvenir à un équilibre entre la Chine et les États-Unis.

Le mois dernier, le FMI, dominé par les États-Unis, a accepté d'accorder des prêts d'urgence au Pakistan. Islamabad a également été secoué par le soutien que Washington a apporté aux frappes militaires «chirurgicales» menées par New Delhi en septembre 2016 et février de cette année, amenant les puissances nucléaires rivales de l'Asie du Sud au bord de la guerre.

Reste à savoir si le voyage de Khan aux États-Unis permettra effectivement d'arrêter la détérioration des liens entre les États-Unis et le Pakistan.

Trump a résisté aux exhortations de Khan pour le rétablissement immédiat des paiements de la Coalition pour la guerre en Afghanistan et d'autres formes d'aide, déclarant avec arrogance que les relations entre les deux pays sont meilleures que «lorsque nous payions cet argent». Il a ensuite suggéré que si Islamabad s'incline devant les diktats de Washington cela pourraient changer, ajoutant: «Mais tout cela peut revenir, en fonction de ce que nous allons faire.»

Trump a fait plaisir à Khan en disant qu'il «aimerait être» un «médiateur» ou l'«arbitre» du conflit indo-pakistanais au Cachemire. Pendant des décennies, le Pakistan a cherché à impliquer des puissances extérieures, en particulier Washington, dans le règlement de ses différends avec New Delhi.

Les remarques de Trump, dont l'affirmation selon laquelle le Premier ministre indien Narendra Modi aurait demandé l'aide des États-Unis pour trouver une solution au conflit du Cachemire, ont immédiatement déclenché une tempête politique en Inde, New Delhi niant avec colère que Modi ait jamais fait une telle suggestion.
L'élite dirigeante de l'Inde est également perturbée par le fait qu'elle a jusqu'à présent été exclue de tout rôle dans les négociations avec les talibans et des discussions sur un prétendu règlement politique de la guerre en Afghanistan. Mais comme Khan, Modi n'a rien dit sur les menaces de Trump d'anéantir dix millions d'Afghans, vraisemblablement par l'utilisation d'armes nucléaires.
(Article paru en anglais le 24 juillet 2019)