Les feux de forêt en Amazonie révèlent le caractère frauduleux de la politique capitaliste «verte»

Par Miguel Andrade
2 septembre 2019

Alors que la déforestation et les incendies de forêt en Amazonie et leurs conséquences pour l’environnement mondial se font de plus en plus pressants, les classes dirigeantes brésilienne et internationales ont cherché à exploiter ces incendies pour tirer parti des conflits géopolitiques et commerciaux qui les divisent.

Les feux de forêt en Amazonie – qui couvrent environ un tiers de l'Amérique du Sud et s'étendent dans tous ses pays à l'exception du Chili, de l'Argentine, de l'Uruguay et du Paraguay – et dans l'écosystème contigu de la zone humide du Pantanal au Paraguay et en Bolivie ont augmenté en août. Des états d'urgence et des alertes simultanées ont été déclarés dans plusieurs régions du Pérou et du Brésil, tandis que les cendres sont descendues dans de vastes zones du sud du Brésil. Combinés à un front froid venant du sud, les cendres ont voilé le soleil dans le sud-est du pays.

Les incendies d'août sont l'aboutissement d'une longue attaque contre les réglementations brésiliennes en matière de protection de l'environnement et du travail. Ce processus s’est accéléré après que la crise économique mondiale a frappé de plein fouet l’économie brésilienne à partir de 2013, amenant les propriétaires terriens à utiliser des méthodes plus destructrices afin de réduire les coûts de production et de main-d’œuvre, notamment en défrichant de nouvelles terres à la lisière de la forêt tropicale ou le long de la côte, des routes et des voies navigables qui la traversent.

La déforestation a augmenté de pas moins de 278% en juillet par rapport à la même période en 2018, tandis que les incendies de forêt dans le pays ont augmenté de 84% par rapport à l'année dernière. De mai à septembre est la saison sèche dans tout le centre de l'Amérique du Sud. C'est aussi le moment des brûlages agricoles saisonniers pour les paysans et les plantations.

La déforestation amazonienne, cependant, n'est pas simplement un phénomène incrémental: après avoir perdu 17% de son extension initiale, la forêt devrait disparaître si cette perte atteint 25%, point auquel des dommages irréversibles entraîneraient sa désertification et sa transformation en une savane. La forêt amazonienne est un énorme puits de dioxyde de carbone, les experts estimant que sa biomasse contient l'équivalent de cent ans d'émissions actuelles de carbone aux États-Unis.

Avec la désertification de la forêt, la plupart de ces émissions seraient libérées dans l'atmosphère, rendant encore plus difficile la tâche déjà herculéenne de réduction des émissions actuelles pour contenir le réchauffement planétaire. Sur la base du taux de déforestation moyen des dernières années, les experts ont estimé qu'un tel effondrement se produirait dans 20 ans, mais l'escalade des taux de déforestation cette année pourrait ramener ce point à cinq ans.

Le réchauffement de la planète, qui allonge la saison sèche, joue certainement un rôle important dans l’augmentation des incendies. Son déclenchement le plus immédiat, cependant, a été la campagne concertée menée par le président d'extrême droite Jair Bolsonaro et les gouverneurs des États amazoniens pour faire adopter la déréglementation et fermer les yeux sur la destruction de la forêt.

Bolsonaro a doté son cabinet de personnes qui nient l’existence du changement climatique et qui considèrent la science du climat comme un «complot marxiste». Elles ont à plusieurs reprises attaqué des agences gouvernementales responsables de la défense de l'environnement. Au début du mois d’août, cela a conduit le président de l’Institut de recherche spatiale (INPE) à être licencié pour avoir rendu publiques, conformément à la législation brésilienne, les données relatives à la déforestation. Bolsonaro a affirmé que INPE mentait sur la déforestation et avait été publiquement interpellé par son chef, Ricardo Galvão, qui avait ensuite été remplacé par un colonel de l'armée de l'air, soupçonné d'être un loyaliste de Bolsonaro.

De leur côté, les gouvernements locaux sabotent le travail et la sécurité des rangers avec l’Institut national des ressources environnementales et renouvelables (IBAMA), les exposant ainsi aux violentes représailles des armées de mercenaires privées travaillant pour de grands propriétaires, bloquant efficacement les lois anti-déforestation.

Le gouverneur d’Acre, l’État le plus occidental du Brésil à la frontière avec la Bolivie, a demandé à ses partisans, lors d’un rassemblement fin mai, de ne pas payer d’amendes environnementales. En se frappant la poitrine, il a ajouté que les propriétaires terriens condamnés à une amende devraient le contacter personnellement. À la lisière orientale de la forêt, dans l'État de Pará, le gouverneur Helder Barbalho a promulgué début juillet une loi élargissant considérablement les conditions de la légalisation de la propriété privée des terres publiques.

Dans le but manifeste d'octroyer des droits de propriété aux paysans qui ont aménagé des terres publiques après avoir été déplacés d'autres régions par des pressions politiques ou économiques, ces lois sont utilisées au Brésil depuis près de deux siècles pour transférer frauduleusement des biens à de grands propriétaires. Barbalho a maintenant supprimé l'exigence selon laquelle le réclamant de la propriété la réglerait réellement, exigeant au lieu de cela que «l'intention» de la régler soit présentée. Selon les estimations, pas moins de 15% du territoire de l'État sera offert.

Le Pará domine la déforestation amazonienne et les journaux locaux ont annoncé le 5 août que les propriétaires de grandes exploitations situées le long de la route nationale BR-163 organisaient une «journée du feu» le 10 août, dans le but de «montrer à Bolsonaro qu'ils étaient prêts à travailler» et qu’ils sentaient son «soutien».

La nouvelle de la destruction accélérée de l’Amazonie a provoqué une colère et une répulsion légitimes au Brésil et dans le monde entier dans des conditions d’hostilité croissante à l’inaction des gouvernements mondiaux face au réchauffement de la planète. De grandes manifestations ont eu lieu dans les principales villes brésiliennes, ainsi qu’en Europe et dans le monde.

La colère populaire a été intensifiée par le fait que Bolsonaro accuse les populations indigènes opprimées d’être responsables des problèmes sociaux qui sévissent dans la région, dans des conditions où des activistes de l'environnement et des dirigeants paysans sont régulièrement assassinés par les armées de mercenaires privées incendiant maintenant la forêt.

Cependant, le débat sur la situation en Amazonie a également révélé les graves dangers pour les travailleurs et les jeunes du monde entier, liés à la tentative de lutte contre le réchauffement climatique derrière une nouvelle impulsion en faveur d'une réhabilitation «verte» du capitalisme.

Pendant des mois, l’administration Bolsonaro s’est disputée avec les gouvernements allemand et norvégien, principaux donateurs du prétendu «Fonds amazonien» créé sous le gouvernement du président du Parti des travailleurs (PT), Lula da Silva, en 2008. Le Fonds a été créé pour aider à réduire la déforestation et les incendies, mais en mai, Bolsonaro a dissout son conseil de surveillance par décret, en partie à titre de représailles contre les ONG qui en faisaient partie. Les deux pays ont alors annoncé la suspension du financement.

En réponse aux critiques des gouvernements norvégien et allemand, les responsables brésiliens ont déclaré qu'aucun des deux pays n'avait le droit de critiquer le Brésil. Ils ont cité les forages pétroliers prévus par la Norvège dans l'Arctique, affirmant qu'il était «hypocrite» de parrainer un tel projet tout en cherchant à bloquer les forages pétroliers à l'embouchure de l'Amazone.

Les rumeurs ont pris de l'ampleur après la publication par Foreign Policy d'un article supposant que des doctrines telles que «Responsibility to Protect» (R2P) pourraient être évoquées dans un proche avenir par les grandes puissances mondiales pour prendre le contrôle de l'Amazonie. Il a ajouté que le Brésil était «suffisamment fragile» pour céder aux pressions, son contrôle de la forêt tropicale étant uniquement dû à «des raisons purement historiques».

Enfin, le 22 août, le président français Emmanuel Macron a annoncé dans un tweet qu'il proposerait une «discussion internationale» sur l'Amazonie lors de la réunion du G7 ce week-end, ce qui a provoqué une réaction furieuse du gouvernement Bolsonaro. L'un de ses conseillers en renseignement, le général d'armée à la retraite Eduardo Villas Bôas, est allé jusqu'à citer Hô Chi Minh et a évoqué la dévastation des colonies françaises du Pacifique par des essais nucléaires afin de remettre en question «l'autorité morale» de la France. Bolsonaro, à son tour, a critiqué Macron pour avoir agi avec «un état d'esprit colonial qui n’a pas sa place au 21e siècle».

Lundi soir, le gouvernement brésilien a misé sur la rhétorique, refusant d'accepter les maigres 20 millions de dollars offerts par les pays du G7 pour lutter contre les incendies. Mardi, Bolsonaro a déclaré à la presse à Brasilia qu'il ne toucherait cet argent que si Macron retirait «les insultes qu'il a faites contre moi».

La principale préoccupation de Macron n'est pas la destruction de l'Amazonie, mais plutôt son propre appel nationaliste aux agriculteurs français opposés à l'accord de libre-échange UE-Mercosur qui est voté par les parlements des deux pays. Le président français a menacé d'opposer son veto à l'accord à moins que le Brésil ne prenne des mesures plus décisives pour protéger l'Amazonie.

À long terme, les puissances impérialistes ont des intérêts stratégiques bien définis vis-à-vis de l’Amazonie, qui contient 20% de l’eau douce de la planète, ainsi que certaines des plus grandes réserves de terres rares du monde, et est le site d’une véritable «ruée vers l’or» pour les droits de propriété intellectuelle sur les composés qui peuvent être extraits des 3 millions d’espèces de la forêt tropicale.

Comme son industrie pourrait bénéficier du pacte de libre-échange, l'Allemagne a exprimé des réserves quant à la rhétorique de Macron, tandis que d'autres pays de l'UE fortement dépendants de l'agriculture, tels que l'Irlande, ont pris le parti de Macron. La plupart des gouvernements de l'UE ont toutefois refusé d'adopter un ton agressif, craignant que l'accord ne soit mis en danger ainsi que les bénéfices attendus de la baisse générale des salaires qui suivra l'imposition de la concurrence féroce imposée aux travailleurs des deux continents avec l'approbation de l'accord.

Pour sa part, l’opposition politique brésilienne dirigée par le PT est passée à l’hystérie, résumée par le titre d’un éditorial du porte-voix du PT, Brasil247: «L’image dramatique de la destruction perpétrée par Bolsonaro sera le symbole de la lutte pour l’Amazonie – et pourrait la faire perdre au Brésil». Ce commentaire était en grande partie une réaction à la tentative des chefs de l’industrie agroalimentaire d’atténuer la rhétorique de Bolsonaro.

L'article donne toute la crédibilité aux références «vertes» des puissances impérialistes qui utilisent les incendies pour défendre leurs intérêts. Il déclare que «l'Amazonie étant vitale pour l'équilibre écologique mondial, elle peut être déclarée patrimoine mondial – et non plus brésilien – dès que le gouvernement agit délibérément pour le détruire».

Cette déclaration malhonnête et peu sérieuse révèle jusqu’où le PT est prêt à aller pour prouver sa fiabilité au capital financier mondial. L'hypothèse selon laquelle une intervention des principales puissances impérialistes sur l'Amazonie doit être acceptée naïvement comme légitime joue directement en faveur de Bolsonaro et de Villas Bôas, avec leurs postures «anti-impérialistes» et leurs citations récemment découvertes de Hô Chi Minh.

La politique du PT consiste essentiellement à déclarer Bolsonaro comme étant une menace pour les entreprises. Deux jours plus tard, un autre article a déclaré que «les propriétaires terriens ont subi le premier coup dur causé par la démence de Bolsonaro. La France vient de déclarer qu'elle s'opposerait à l'accord Mercosur, qui pourrait ouvrir de nouveaux marchés pour les produits nationaux». La voix par excellence de l'opposition néolibérale à Bolsonaro, le candidat à la présidence du PT en 2018, Fernando Haddad, a tweeté sur le compte du banquier devenu président Macron, l’un des chefs d’État les plus détestés d’Europe, que sa critique de Bolsonaro l’avait «réhabilité».

Les pseudo-gauches, dirigées par le groupe pabliste Insurgência, font de même et appellent à un «boycottage des produits brésiliens provenant de la prédation environnementale et des violations des droits des peuples autochtones».

Cette politique n'est rien de plus qu'une dissimulation «verte» des intérêts capitalistes et un appel moraliste aux cercles de la classe moyenne supérieure qui constituent la base sociale de la pseudo-gauche. Une autre déclaration du groupe Morenoite Resistência montre précisément comment ils entendent mener cette politique. Après avoir demandé aux pays impérialistes «quelque chose en échange» et «un financement pour une opération de transition économique vers une production propre», il précise que cela exigerait en soi «une alliance entre socialistes et verts».

Absents de cette «analyse» est toute opposition au capitalisme ou tout appel à la seule force sociale capable de lutter sans compromis pour œuvrer contre le réchauffement climatique: la classe ouvrière internationale. Au contraire, elle est perçue comme un obstacle à la «production propre», par opposition aux nababs du secteur agroalimentaire «inquiets» de la forêt et des élites financières mondiales déterminées à réduire la consommation en imposant à la classe ouvrière l'austérité et la pauvreté.

Une véritable lutte contre la destruction de l'Amazonie nécessite une lutte implacable contre ces forces, qui sont responsables de la croissance de l'extrême droite dans le monde entier.

La région amazonienne ne fait pas exception à ce processus politique. Dans le nord du Brésil, des États de gauche, comme Acre, ont mis fin à 20 années consécutives de victoire au PT, élisant Bolsonaro avec 70% des voix. Les travailleurs de la région ont subi une répression de masse tout en se rebellant contre les conditions de travail dignes du XIXe siècle imposées lors de la construction des énormes centrales hydroélectriques du gouvernement PT, parmi les plus destructeurs au monde en raison de la géographie plate du bassin amazonien.

Au cours des deux dernières décennies, ils ont en outre affronté toute la barbarie du capitalisme brésilien sous la forme d'un doublement des taux d'incarcération de la population en général, provoquant des émeutes de plus en plus horribles dans les prisons. En ce qui concerne les populations autochtones, la migration croissante vers les centres urbains a provoqué l’effondrement des cultures et la montée en flèche de l’hypertension, du diabète et de l’obésité.

Une réponse progressiste aux immenses dangers causés par l'incendie de la forêt amazonienne est impossible dans un système fondé sur une exploitation brutale et une inégalité sociale massive défendue par Bolsonaro et Macron. Cela ne peut venir que de la lutte de la classe ouvrière pour le renversement du capitalisme et l'abolition du système de profit.

(Article paru en anglais le 28 août 2019)