Le fascisme et le militarisme caractérisent le débat au Bundestag allemand

Par Johannes Stern
14 septembre 2019

Ces derniers jours, deux cas sont apparus dans lesquels des représentants des partis de l'establishment ont soutenu des néonazis. A Altenstadt, dans le Land de Hesse, les démocrates-chrétiens (CDU), les démocrates libres (FDP) et les sociaux-démocrates (SPD) ont voté à l'unanimité pour Stefan Jagsch, membre du Parti national allemand néonazi (NPD), comme maire. A Hanau, le maire du SPD Claus Kaminsky a remis à Bert-Rüdiger Förster, un membre de Republikaner d'extrême droite, qui avait formé une faction avec le NPD, l'Ehrenbrief (lettre honorifique de reconnaissance) du Land de Hesse.

Dans les deux cas, les représentants locaux des partis établis ont justifié leurs actions et ont fait l'éloge des politiciens fascistes.

Le représentant de la CDU Norbert Szilasko, qui avait voté pour Jagsch au conseil consultatif local, a qualifié le nazi avoué d'«absolument collégial et calme». Kaminsky, qui avait personnellement honoré Förster, a déclaré: «Même si nous sommes fondamentalement divisés politiquement dans notre orientation de base, nous pouvons admettre que le conseil municipal de Hanau serait plus pauvre sans son humour, ses nombreuses années d'expérience en politique locale et son obstination à gérer les choses.»

Le débat qui s'est tenu mercredi au Bundestag (Parlement fédéral) a montré que de telles manifestations de sympathie pour les fascistes au niveau local ne constituent pas un oubli mais font partie d'une évolution beaucoup plus globale et dangereuse. Alors que l'opposition à la guerre et au fascisme est énorme parmi les travailleurs et les jeunes, même 80 ans après l'invasion allemande de la Pologne et le début de la Seconde Guerre mondiale, la classe dirigeante revient à ses traditions autoritaires, militaristes et racistes.

Au début du débat, Alice Weidel, leader parlementaire d'extrême droite de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), a prononcé l'un de ses tristement célèbres discours de haine fasciste. Elle a dénoncé une «idéologie essentiellement écologiste et socialiste qui ruine et prive notre pays de son avenir» et a prôné une agitation raciste contre les réfugiés et les immigrants. Entre-temps, «un bénéficiaire de l'aide sociale sur deux de Hartz IV a des antécédents immigrés» et les «migrants demandeurs d'asile» sont «impliqués de manière disproportionnée dans la criminalité». «Les crimes graves sexuels, des vols et des homicides commis par des immigrés» avaient «effroyablement augmentés.»

Personne au Bundestag ne s'est opposé à Weidel. Au contraire, quand il y avait des interjections, elles venaient de la droite. Plusieurs membres des Verts, de la CDU-CSU et du SPD ont accusé Weidel de ne pas vivre en Allemagne. «Mais tu vis en Suisse ! Pourquoi parles-tu de notre pays ici? s'est exclamée Britta Hasselmann, directrice principale du groupe parlementaire des Verts.»

En fait, tous les partis au Bundestag ont largement adopté la politique des réfugiés de l'AfD, participent à la campagne contre les immigrés et, où qu'ils soient au pouvoir au sein du gouvernement fédéral et des États, procèdent à des déportations brutales.

Les discours prononcés au Bundestag ont montré clairement pourquoi la classe dirigeante s'appuie à nouveau sur le racisme, le militarisme et le fascisme. Il s'agit de questions similaires à celles qui ont conduit à la catastrophe dans les années 1930. La bourgeoisie allemande réagit à la crise profonde du capitalisme européen et international et aux tensions croissantes entre les grandes puissances en revenant à une politique étrangère agressive et de grande puissance.

Dans la déclaration de son gouvernement, la chancelière Angela Merkel a présenté un programme militariste dont la mise en œuvre nécessite en fin de compte l'instauration d'une dictature fasciste. «Trente ans après la fin de la guerre froide, il existe des paradigmes complètement nouveaux dans la répartition du pouvoir au niveau mondial», a déclaré la chancelière, soulignant aux députés que l'Allemagne et l'Europe devraient améliorer massivement leur capacité militaire afin de défier les autres puissances et de se faire une place au soleil.

«Mesdames et Messieurs, la rivalité croissante entre les États-Unis et la Chine, et en même temps la résurgence géostratégique de la Russie, auront bien sûr des conséquences profondes pour nous en Europe», a déclaré Mme Merkel. «Nous, Européens, sommes affaiblis par la sortie de la Grande-Bretagne, mais c'est exactement le moment de développer de nouvelles forces.» La nouvelle Commission européenne de l'ancienne ministre allemande de la défense, Ursula von der Leyen, s'est orientée «précisément dans cette direction: une commission à vocation mondiale qui veut consolider le rôle de l'Europe dans le monde», a-t-elle dit.

L'Allemagne doit «jouer un rôle de premier plan dans ce domaine» et «tenir ses promesses» également dans le domaine militaire. La chancelière a déclaré qu'il s'agissait de «se rapprocher de l'objectif de consacrer 2% du produit intérieur brut à l'armée - comme tous les autres membres de l'OTAN de l'Union européenne». En même temps, l'Allemagne veut «construire son propre pilier de défense avec la politique de défense commune de PESCO [Coopération structurée permanente], en travaillant ensemble pour développer des projets d'armement et en unissant nos efforts». L'Europe doit «laisser une empreinte, comme on dit aujourd'hui, dans la résolution des conflits dans le monde.»

Mme Merkel a cité toute une série de conflits dans lesquels l'impérialisme allemand veut s'impliquer pour faire valoir ses intérêts économiques et géostratégiques. Entre autres choses, l'Allemagne et l'Europe devraient «devenir plus visibles dans la résolution de la situation en Syrie» et aussi «prendre leurs responsabilités» pour «résoudre les tensions entre la Russie et l'Ukraine». En Libye aussi, l'Allemagne «apportera sa contribution». Il était nécessaire de «restaurer un État en Libye, aussi difficile soit-il, car toute la région africaine sera déstabilisée si la Libye n'est pas stabilisée. Et c'est pourquoi c'est notre tâche.»

En d'autres termes, Berlin, qui n'avait pas participé au bombardement de la Libye par l'OTAN en 2011, réclame maintenant une intervention encore plus complète dans la région et au-delà. L'Allemagne a toujours voulu «résoudre les conflits internationaux» par une «approche en réseau», y compris la «politique de développement», la «politique de sécurité» et, «si nécessaire, la préparation à une action militaire», menace Mme Merkel. On attendait de l'Allemagne «que nous ne soyons pas seulement une nation économique forte, mais que nous contribuions également à la sécurité et à la paix dans le monde, dans tous les domaines.»

Merkel n'a laissé aucun doute dans son discours sur le fait que la nouvelle politique de grande puissance s'accompagnera d'une nouvelle série d'attaques sociales massives. Le budget de la grande coalition présenté par le ministre des Finances Olaf Scholz (SPD) a apporté des «réponses aux défis auxquels nous sommes confrontés», a-t-elle déclaré. En même temps, cela montre «que nos politiques étrangère, de défense et de développement sont dotées de budgets croissants.»

Le cours anti-ouvrier et militariste de la grande coalition est partagé dans ses caractéristiques de base par tous les partis au Bundestag. Fait significatif, outre les partis au pouvoir, Mme Merkel a été applaudie à plusieurs reprises par les députés du FDP, des Verts et du Parti de gauche. S'il y a eu des critiques, c'est qu'elles venaient de la droite. «Il y a plus d'argent pour la Bundeswehr, c'est bien», a déclaré Marie-Agnes Strack-Zimmermann du FDP. «Mais tant que le ministère de la défense n'est pas en mesure d'utiliser ces fonds à bon escient pour que le matériel arrive réellement chez les troupes», la «joie est gérable».

Pour le Parti de gauche, Michael Leutert a critiqué le manque de disponibilité opérationnelle de la Bundeswehr. «Nous avons toujours le problème que l'équipement ne vole pas, ne flotte pas ou ne se conduit pas», se plaignait-il. De plus, «un fou [siège] à la Maison-Blanche qui ne résout pas les problèmes à l'échelle mondiale, mais en suscite toujours de nouveaux.» Dans ces conditions, dit-il, «laisser stagner le budget du ministère des affaires étrangères, et même le réduire à partir de 2021, était fatal. Ce n'est pas ainsi que nous contribuons à la résolution des problèmes à l'échelon international.»

(Article paru en anglais le 13 septembre 2019)