Un public élogieux lors du lancement australien de Why Are They Back?

Par nos journalistes
16 décembre 2019

Why Are They Back? et d'autres publications sont actuellement en vente à moitié prix chez Mehring Books.

Le 9 décembre, une salle comble d'une centaine de personnes chez Gleebooks, une grande librairie de Sydney, a réagi chaleureusement au lancement australien de Why Are They Back?, l’ouvrage de Christoph Vandreier qui examine les facteurs à l'origine de la réémergence du fascisme et du militarisme en Allemagne et à l'international.

Ce fut un événement politique et intellectuel unique. Vandreier, vice-président du Sozialistiche Gleichheitspartei (SGP) ou Parti de l'égalité socialiste, la section allemande du Comité international de la Quatrième Internationale, a été présenté par David North, président du comité de rédaction international du World Socialist Web Site et président du SEP aux États-Unis.

Linda Tenenbaum, David North et Christoph Vandreier

North, l'auteur de The Heritage We Defend, Défense de Léon Trotsky, et The Russian Revolution and the Unfinished Twentieth Century, parmi de nombreuses autres œuvres, a joué un rôle central dans le mouvement socialiste international pendant 45 ans. Vandreier a été un leader clé pour dénoncer et s'opposer à la résurgence d'éléments fascistes en Europe, y compris les efforts de professeurs éminents pour relativiser et légitimer les crimes historiques du troisième Reich d'Adolf Hitler.

North et Vandreier ont mené un dialogue d'une heure sur la plateforme, qui comprenait des réponses aux questions des participants. Présidente de l'événement, Linda Tenenbaum, représentant Mehring Books, un éditeur international de littérature marxiste et socialiste, a expliqué que North et Vandreier avaient parcouru de longues distances pour lancer cette œuvre vitale en Australie, après des lancements très réussis en Allemagne, à Londres et dans plusieurs villes à travers les États-Unis.

En débutant sa conversation avec Vandreier, North a commencé par raconter la genèse du livre, qui s'est déroulée lors d’événements extraordinaires en février 2014. Jörg Baberowski, professeur d'histoire à la prestigieuse Université Humboldt de Berlin (HU), avait invité Robert Service, l’historien britannique et auteur d'une biographie malveillante et discréditée de Léon Trotsky, pour s'adresser à un colloque public à l'université.

David North

Baberowski a alors interdit à North, ainsi qu'aux étudiants et historiens de la HU, d'assister au colloque, où ils avaient l'intention de poser une série de questions à Service. North avait auparavant mis à nu les falsifications contenues dans le livre de Service, déclenchant une lettre ouverte d'éminents historiens s'opposant à la décision d'une grande maison d'édition allemande de publier le livre en allemand.

Le même jour où North a été exclu du colloque, Baberowski a déclaré son soutien, dans Der Spiegel, un hebdomadaire allemand de premier plan, à l'apologiste nazi Ernst Nolte, précédemment discrédité, et a affirmé une série de mensonges: Hitler n’était ni psychopathe ni cruel et n'aimait pas parler à table du massacre de Juifs dans l'Holocauste.

North a expliqué que le livre de Vandreier résultait d'une discussion qui posait la question: quelles étaient la logique politique et l'importance d'une telle campagne pour légitimer la barbarie du régime nazi, et pourquoi celle-ci n'avait-elle suscité aucun mot de protestation de la part des establishments médiatiques, politiques et universitaires en Allemagne?

Dans ses remarques, North a souligné l'importance plus grande du livre pour répondre à la falsification de l'histoire. Il a évoqué les révélations décisives de falsifications telles que les accusations de trahison de 1894 contre l'officier militaire français Alfred Dreyfus, les «protocoles de Sion» antisémites et les procès staliniens de Moscou et, plus récemment, les allégations d’«armes de destruction massive» utilisées pour justifier l'invasion criminelle de l'Irak en 2003 et les calomnies selon lesquelles Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks emprisonné, était un «violeur».

Ouvrant la conversation avec Vandreier, North a demandé à l'auteur du livre de parler du climat politique qui avait conduit au silence de la classe dirigeante à propos des excuses de Baberowski pour le fascisme. Vandreier a répondu que la montée de l'extrême droite, non seulement en Allemagne, mais au niveau international, représentait à nouveau «un virage fondamental de toute l'élite dirigeante vers l'autoritarisme».

Malgré le manque de soutien de masse pour la néo-fasciste Alternative für Deutschland (Alternative pour l'Allemagne) (AfD), le grand gouvernement de coalition des démocrates-chrétiens et sociaux-démocrates menait essentiellement les politiques de l'AfD, a déclaré Vandreier. Il a triplé les dépenses militaires, mis en place des camps de concentration de réfugiés et imposé des destructions massives d'emplois, en particulier dans l'industrie automobile.

Vandreier a expliqué que la politique de militarisme et d'inégalité sociale était profondément impopulaire en Allemagne. La grande majorité des travailleurs disait: «Plus jamais!»

Christoph Vandreier

Pour approfondir la question, North a fait référence au célèbre montage photo sur la couverture de Why Are They Back?: Une illustration de John Heartfield dans les années 30 de l'industriel allemand Friedrich Thyssen manipulant Hitler comme une marionnette. North a demandé à Vandreier d'élaborer sur l'un des principaux thèmes du livre, que la réémergence du fascisme n'était pas une «vague de fond d'en bas», mais une «conspiration d'en haut».

Vandreier a expliqué que Hitler a été installé en tant que chancelier par la classe dirigeante, via «une conspiration au sommet des États en 1933», dans des conditions où les nazis avaient une base de soutien de masse. Aujourd'hui, la situation est très différente: la population nourrit une énorme hostilité envers l'AfD, et cela est reflété par des manifestations de centaines de milliers de personnes. Pourtant, les partis au pouvoir ont fait de l'AfD l'opposition officielle et lui ont confié des postes très importants au Parlement.

Dans ce contexte, North a demandé à Vandreier de parler de la réaction des étudiants aux révélations concernant Baberowski et d'autres universitaires de droite par le SGP et l'International Youth and Students for Social Equality (IYSSE). Vandreier a expliqué comment les étudiants avaient été choqués par les remarques de Baberowski et beaucoup étaient venus aux réunions pour s'opposer à la réponse des autorités universitaires, des grands médias et des partis parlementaires, qui ont tous dénoncé le SGP et les étudiants pour s'être opposés à ces universitaires.

Cristoph Vandreier discutant de son livre

Avec Vandreier, North a souligné «un élément essentiel de la réponse de l'État» - la décision de l'agence de renseignement intérieure allemande, Verfassungsschutz, de placer le SGP sur sa liste d'organisations «subversives», a permis des méthodes extraconstitutionnelles de surveillance contre le parti, comme l'écoute de téléphones et de résidences. Vandreier a déclaré qu'un long rapport du gouvernement, défendant cette liste contre une contestation judiciaire par le SGP, était «fondamentalement un document fasciste», affirmant que les idées socialistes elles-mêmes étaient inconstitutionnelles. North a expliqué que le rapport ne prétendait pas que le SGP menait des activités illégales, mais cherchait à «criminaliser la pensée socialiste».

Répondant à une question d'un membre du public sur l'importance du retour du fascisme en Allemagne, North a déclaré que le phénomène ne se limitait pas à ce pays. «Nous voyons partout dans le monde la résurgence de la droite», a-t-il déclaré, faisant référence à Trump aux États-Unis, à Duterte aux Philippines, à Bolsonaro au Brésil et aux gouvernements de Hongrie et de Pologne, entre autres.

Why Are They Back?

«La question est: pourquoi?», a déclaré North. Surtout, il y avait une absence presque totale de toute opposition au militarisme et à l'inégalité sociale de la soi-disant gauche, la «pseudo-gauche», qui permettait à l'extrême droite de se présenter comme des populistes – des opposants de l'establishment.

North a déclaré que les luttes de masse qui éclataient maintenant dans le monde reflétaient un changement politique, mais le facteur le plus décisif était le rôle intellectuel et politique des marxistes, les partis de l'égalité socialiste, pour fournir à ce mouvement une perspective claire. Il a conclu en exhortant les membres du public à «tirer les conclusions politiques nécessaires et à devenir actifs dans le SEP».

Vous pouvez vous procurerWhy Are They Back? sur Mehring Books.

(Article paru en anglais le 10 décembre 2019)