Le gouvernement irakien réprime les protestations anti-américaines

Par Jean Shaoul
29 janvier 2020

Le Premier ministre par interim de l'Irak, Adel Abdul Mahdi, a ordonné une répression brutale des manifestations pacifiques de masse qui ont éclaté vendredi. Les manifestants ont scandé «dehors, dehors, occupant» et ont demandé le retrait immédiat des troupes américaines du pays.

Au cours des trois derniers jours, les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles réelles, tuant au moins 12 personnes et en blessant des dizaines d'autres dans la capitale, Bagdad, et dans les villes de Bassora, Nasariyah, Dhi Qar et Diwaniya, au sud du pays, afin de disperser les manifestations.

Des manifestants protestent contre les actions américaines en Irak (Crédit: AP Photo)

Selon la Haute Commission irakienne des droits de l'homme, plus de 500 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations le 1er octobre. Plusieurs groupes de défense des droits accusent les forces de sécurité d'avoir fait un usage excessif de la force. On a signalé des enlèvements, des tortures, des tireurs embusqués sur les toits et des tireurs qui ont tiré sur des manifestants au volant de leur voiture.

Les protestations, déclenchées par le chômage, en particulier chez les jeunes, le manque d'électricité et d'eau, la médiocrité des services et la corruption rampante, se sont rapidement intensifiées, avec des appels à la démission du gouvernement, à un nouveau Premier ministre indépendant des principaux blocs politiques, à de nouvelles élections, à la fin du système politique à base sectaire et à la poursuite des personnes impliquées dans la corruption et dans le meurtre de manifestants.

Si les manifestations ont eu lieu principalement à Bagdad et dans neuf provinces à majorité chiite, elles ont généralement été soutenues par des Irakiens sunnites. Cependant, la plupart des politiciens sunnites sont restés silencieux face à ces manifestations.

Bien qu'Abdul Mahdi ait démissionné le mois dernier, il reste en fonction jusqu'à la nomination d'un nouveau Premier ministre. Les candidats proposés par le gouvernement ont été rejetés par les manifestants, qui les jugent trop proches de l'ancien système corrompu. Mais un nouveau premier ministre doit avoir le soutien du plus grand bloc, Sairoon, dirigé par le clerc chiite populiste Muqtadr al-Sadr, ainsi que du bloc du Fatah de Hadi al-Amiri, étroitement lié à la milice Hashd al-Shabi, ou Forces de mobilisation populaire (FMP), qui est alignée sur l'Iran. Ces blocs craignent de perdre leur pouvoir et leur influence, voire leur accès aux ressources pétrolières du pays, sous l'influence d'un homme politique plus indépendant.

La répression est intervenue quelques heures seulement après que Moqtada al-Sadr eut retiré son soutien à la «marche d'un million de personnes» à laquelle il avait appelé vendredi, par crainte que les manifestants n'attaquent le palais présidentiel ou la zone verte lourdement fortifiée qui abrite l'ambassade américaine et d'autres missions étrangères. Il a déclaré qu'il mettait fin à son soutien, toujours qualifié, aux manifestations anti-gouvernementales, dans le cadre de sa tentative de conserver le contrôle politique du gouvernement et du choix du premier ministre et d'éviter ainsi de nouvelles élections.

Al-Sadr compte des millions de partisans dans les quartiers les plus pauvres de Bagdad et dans le sud et dirige le plus grand bloc politique du parlement irakien, qui occupe plusieurs postes ministériels. Il cherche depuis longtemps à trouver un équilibre entre Washington et Téhéran, et a de plus en plus de mal à contenir l'hostilité de ses partisans envers les politiciens corrompus qui dirigent le pays depuis l'invasion de l'Irak par les États-Unis en 2003. Son soutien à la manifestation de vendredi visait à renforcer son propre soutien, tout en gardant sous contrôle le sentiment anti-américain.

La colère a été alimentée par la rencontre du président irakien Barham Salih avec le président américain Donald Trump à Davos la semaine dernière, signe évident que Salih veut que les troupes américaines restent dans le pays. Cette rencontre a eu lieu en dépit d'un vote du Parlement, en réponse à la pression de masse exercée pour l'expulsion de toutes les forces américaines d'Irak à la suite de l'assassinat du général iranien Qassem Suleimani par un drone, ainsi que d'Abu Mahdi al-Muhandis, membre éminent du gouvernement irakien et chef des Forces de mobilisation populaire, le groupe qui chapeaute les milices à prédominance chiite financées par le gouvernement irakien.

Le meurtre américain de Suleimani, qui avait été invité à Bagdad par Abdul Mahdi pour discuter de tentatives d'apaisement des tensions régionales entre l'Iran et l'Arabie Saoudite, et d'al-Muhandis, avec huit autres Irakiens et Iraniens, à l'aéroport international de Bagdad le 3 janvier, était un acte de guerre non provoqué contre l'Iran et l'Irak. Cet acte a provoqué une furieuse opposition du peuple irakien, par-delà la division sectaire, à toute ingérence extérieure en Irak - que ce soit de la part des États-Unis, de l'Iran, d'Israël ou de l'Arabie saoudite.

Malgré cela, la plupart des dirigeants des principaux blocs politiques, y compris les Kurdes, les sunnites et les dirigeants chiites al-Sadr et le Grand Ayatollah Ali al-Sistani, ont soutenu la rencontre de Salih avec Trump, qui a clairement indiqué que si l'Irak insistait pour que les États-Unis quittent le pays, alors Washington imposerait des sanctions punitives.

Samedi, peu après l'annonce d'al-Sadr, ses partisans, les mieux organisés des manifestants anti-gouvernementaux, ont immédiatement commencé à démonter leurs tentes et à quitter les lieux des manifestations, reconnaissant que les forces de sécurité, en l'absence de la couverture politique d'al-Sadr, utiliseraient ce fait comme un feu vert pour écraser leur mouvement. En quelques heures, la police anti-émeute a tenté de prendre d'assaut les camps de protestation installés à travers la capitale et dans le sud, enlevant les barrières de béton près de la place Tahrir où les manifestants anti-gouvernementaux campaient depuis des mois, et a utilisé des gaz lacrymogènes et des munitions réelles pour disperser les militants.

Cela a servi à alimenter les protestations où des milliers d'étudiants et de lycéens sont descendus dans les rues de Bagdad, Bassora et Nasariyah. À Bassorah, les manifestants ont fait circuler une lettre sur les médias sociaux pour demander à al-Sadr de reconsidérer sa décision de retirer son soutien aux manifestations. La décision d'al-Sadr a incité l'un de ses associés, Asaad Al-Nasiri, à se séparer du mouvement, annonçant son soutien aux manifestants anti-gouvernementaux, en disant: «Je vais enlever le turban pour l'amour de l'Irak et de la ville de Nasiriyah et des révolutionnaires, et je suis avec les Irakiens.»

Dimanche soir, on a rapporté que trois roquettes avaient «directement touché l'ambassade américaine» dans la zone verte très fortifiée de Bagdad, une roquette ayant touché une cafétéria à l'heure du dîner, blessant au moins trois personnes. Cinq autres roquettes se sont écrasées sur une rive près de l'ambassade, sans faire de blessés. Si cela se confirme, ce serait la troisième attaque contre l'ambassade ou les bases militaires irakiennes où les troupes américaines sont déployées ce mois-ci et la première frappe directe. Toutes les milices pro-iraniennes ont nié tout rôle dans cette attaque, affirmant qu'elles n'avaient pas visé l'ambassade.

Abdul Mahdi a condamné l'attaque, déclarant que si de tels actes se poursuivaient, ils pourraient «faire de l'Irak un champ de bataille». Le département d'État américain a déclaré: «Nous demandons au gouvernement irakien de respecter ses obligations en matière de protection de nos installations diplomatiques». Washington veut que le Premier ministre freine les milices pro-iraniennes, mais lui, et tout candidat qui lui succédera, dépend de leur soutien politique.

Selon Middle East Eye, c'est cette impatience croissante à l'égard du gouvernement irakien, ainsi que les appels à l'expulsion des troupes américaines du pays, qui sont à l'origine des discussions de Washington avec les dirigeants sunnites et kurdes sur la création d'une région autonome sunnite dans l'ouest de l'Irak, similaire à la région autonome kurde dans le nord du pays. Cette région comprendrait la province d'Anbar ainsi que les provinces de Ninive et de Salah al-Din, et une partie de Diyala.

Son but serait de couper le pont terrestre de l'Iran à travers l'Irak et la Syrie vers le Liban et la Méditerranée. Une proposition a été avancée pour la première fois par Joe Biden, qui cherche à devenir le candidat du Parti démocrate à la présidence, en 2007, comme moyen de limiter l'influence de l'Iran dans la région. On pense qu'elle bénéficie du soutien des États du Golfe, avec à leur tête l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

(Article paru en anglais le 28 janvier 2020)