Canada: Les protestations des autochtones continuent à paralyser le réseau ferroviaire

Par Roger Jordan
19 février 2020

Les manifestants autochtones et leurs partisans continuent de bloquer plusieurs grandes lignes de chemin de fer pour exprimer leur soutien aux membres de la Première nation Wet'suwet'en qui s'opposent au projet de gazoduc Coastal Gas Link soutenu par le Parti libéral fédéral et le Nouveau Parti démocratique (NPD) de Colombie-Britannique.

Des manifestations ont éclaté dans tout le Canada après que des policiers lourdement armés aient démantelé une barricade bloquant l'accès au chantier de la Coastal Gas Link (CGL) dans le nord de la Colombie-Britannique et arrêté une vingtaine de manifestants Wet'suwet'en le 6 février.

Publiquement, le gouvernement libéral Trudeau reste déterminé à résoudre le conflit par le «dialogue». Mais les groupes de pression des grandes entreprises, de nombreux gouvernements provinciaux et une grande partie des grands médias demandent au gouvernement de garantir la reprise rapide d'un service ferroviaire complet et de «faire respecter l'État de droit»: c'est-à-dire d'ordonner à la police d'intervenir violemment pour démanteler les barricades.

Alors que les manifestants ont accepté de lever certains blocages de voies ferrées, plusieurs lignes de chemin de fer importantes en Ontario et au Québec sont restées bloquées. Jeudi dernier, CN Rail, la plus grande compagnie ferroviaire du pays, a déclaré que les blocages ne lui donnaient pas d'autre choix que de cesser ses activités à l'est de Toronto. VIA Rail, le service de transport de passagers appartenant au gouvernement fédéral, a suspendu la plupart de ses activités dans tout le pays. Une partie du trafic ferroviaire de banlieue a également été perturbée dans le Grand Montréal et à Toronto.

Les chefs héréditaires des Wet'suwet'en mènent depuis plusieurs années une campagne pour arrêter la construction du gazoduc Coastal Gas Link le long du tracé proposé actuellement, qui traverse le territoire traditionnel des Wet'suwet'en, écologiquement vierge et culturellement significatif.

Le gazoduc, qui amènera le gaz naturel du nord-est de la Colombie-Britannique au port de Kitimat sur la côte pacifique, est essentiel à un projet de 40 milliards de dollars visant à construire une usine de gaz naturel liquéfié (GNL) qui exporterait le GNL vers les marchés asiatiques. Le premier ministre Justin Trudeau s'est déjà vanté que le projet de GNL de Kitimat sera le plus grand investissement jamais réalisé au Canada.

Les gouvernements fédéral libéral et néo-démocrate de la Colombie-Britannique ont rejeté l'opposition au pipeline des chefs héréditaires et de leurs partisans Wet'suwet'en, en invoquant les accords signés par la CGL avec 20 conseils de bande élus et autorisés par le gouvernement.

Dimanche après-midi, un porte-parole de Trudeau a confirmé que le premier ministre avait consulté ses collègues du cabinet tout au long du week-end au sujet de la fermeture des chemins de fer. Parmi les personnes nommées figurent la vice-première ministre Chrystia Freeland, le ministre des Transports Mark Garneau, le ministre de la Sécurité publique Bill Blair, le ministre des Affaires autochtones Mark Miller et la ministre des Relations entre la Couronne et les autochtones Carolyn Bennett.

Miller aurait informé Trudeau des huit heures d'entretiens qu'il a eues samedi avec les représentants des militants mohawks, dont le blocus près de Belleville en Ontario, sur la ligne Montréal-Toronto du CN, paralyse les opérations du chemin de fer.

Miller a déclaré aux journalistes que des «progrès modestes» avaient été réalisés dans les pourparlers, mais a refusé de divulguer des détails. Dans ses commentaires de dimanche, il a ajouté qu'un règlement négocié était préférable à une intervention policière précipitée pour faire appliquer les injonctions des tribunaux déclarant les blocages illégaux et risquant de répéter l'affrontement d'Ipperwash de 1995. Le 6 septembre 1995, la police provinciale de l'Ontario a pris d'assaut un blocus autochtone et a tué un manifestant autochtone, Dudley George, dans le parc provincial d'Ipperwash. Cette confrontation mortelle s'est produite après que le premier ministre conservateur de l'Ontario, Mike Harris, désireux de démontrer que son gouvernement de droite ne s'inclinerait pas devant l'opposition publique, ait mis fin rapidement à une impasse déclenchée par le refus de la Couronne de restituer à la Première nation ojibwée de Stony Point des terres qui avaient été saisies pendant la Seconde Guerre mondiale pour y établir une base militaire.

La rencontre de Miller avec les manifestants mohawks a eu lieu le lendemain du jour où Trudeau a combiné un appel au «dialogue» avec une menace voilée de violence d'État. Dans ses commentaires en provenance d'Allemagne, où il assistait à la conférence de Munich sur la sécurité, Trudeau a affirmé: «Nous sommes un pays qui reconnaît le droit de protester, mais nous sommes dans un État de droit. Et nous veillerons à ce que tout soit fait pour résoudre ce problème par le dialogue et des résultats constructifs».

Trudeau a également attaqué le chef conservateur Andrew Scheer pour avoir exigé qu'il donne l'ordre au ministre de la Sécurité publique et ancien chef de la police de Toronto, Bill Blair, de démanteler les barricades.

La tirade de Scheer, notamment sa déclaration selon laquelle les manifestants devraient «évaluer leurs privilèges», a été dénoncée, même par certains médias, comme étant incendiaire. «Ces manifestants, ces militants», a déclaré le chef des conservateurs, «peuvent avoir le luxe de passer des jours entiers à une barricade, mais ils doivent évaluer leurs privilèges. Ils doivent... laisser les personnes dont l'emploi dépend du système ferroviaire, les petites entreprises et les agriculteurs faire leur travail».

Utilisant Scheer comme antagoniste, Trudeau cherche à adopter un ton plus conciliant. «Nous ne sommes pas le genre de pays où les politiciens peuvent dire à la police ce qu'elle doit faire en matière opérationnelle», a déclaré le premier ministre.

Personne ne devrait prendre au sérieux la position de Trudeau. La réalité est que les invocations répétées de Trudeau à «l'État de droit» sont un signal que si les négociations échouent, son gouvernement est prêt à utiliser toute la force de l'appareil d'État répressif pour mettre fin aux protestations. En 2016, Jim Carr, alors ministre des Ressources naturelles de Trudeau, a déclaré à huis clos aux chefs d'entreprise que le gouvernement avait des plans en main pour déployer l'armée envers les protestations «illégales» contre les pipelines.

Les gouvernements de toutes les tendances politiques au Canada ont de plus en plus tendance à criminaliser l'opposition sociale, notamment en criminalisant systématiquement les grèves. Il y a tout juste deux semaines, le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a ordonné à la police de briser violemment un blocus mis en place par les travailleurs de la raffinerie de pétrole FDL à Regina, sous prétexte de faire respecter «l'État de droit».

Ceux qui se font encore des illusions sur les intentions du gouvernement Trudeau et de l'élite dirigeante du Canada en général devraient examiner les «accords» secrets que la CGL a conclus avec les conseils de bande Wet'suwet'en du gouvernement. Elles contiennent un engagement juridique selon lequel les bandes «prendront toutes les mesures raisonnables» pour dissuader leurs membres de faire tout ce qui pourrait «entraver, gêner, frustrer, retarder, arrêter ou interférer avec le projet, les entrepreneurs du projet, les autorisations ou tout processus d'approbation». Cela inclut un engagement à dissuader les membres du groupe de prendre part «à toute campagne médiatique ou sociale». En d'autres termes, les conseils de bande ont signé pour servir de police politique au nom des entreprises canadiennes et du gouvernement Trudeau.

Le discours moralisateur de Trudeau sur le fait que le Canada n'est pas «le genre de pays où les politiciens peuvent dire à la police ce qu'elle doit faire en matière opérationnelle» est tout aussi malhonnête. C'est son gouvernement libéral qui a fait passer la législation (projet de loi C-59) au Parlement, accordant à la première agence d'espionnage du Canada le droit de «perturber activement» les «menaces» à la «sécurité économique ou nationale» du Canada. De plus, la définition fourre-tout du «terrorisme» élaborée dans le cadre de la batterie de lois sur la sécurité adoptées par les gouvernements libéraux et conservateurs successifs depuis 2001 est si large qu'elle pourrait être appliquée aux blocages ferroviaires et aux grèves politiques.

Avec une impatience croissante, des pans importants de l'élite au pouvoir demandent au gouvernement libéral de lever les blocages. En plus de l'appel de Scheer à une répression policière, le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, a qualifié les manifestations de «menace très sérieuse pour l'économie canadienne» vendredi. «Les Canadiens perdent patience», a-t-il déclaré.

Dans un article d'opinion pour Global News, Rob Breakenridge a évoqué le spectre de la crise du FLQ de 1970, lorsque le premier ministre de l'époque, Pierre Trudeau, le père de Justin Trudeau, a invoqué la Loi sur les mesures de guerre pour suspendre les libertés civiles et déployer l'armée dans les rues du Québec en prétendant faussement que deux enlèvements par le Front de libération du Québec avaient créé un état d'«insurrection appréhendée». Après avoir exhorté Trudeau à «emprunter une page du livre de jeu de son père et à faire preuve de détermination», Breakenridge a poursuivi: «Les Canadiens recherchent un certain leadership, une certaine clarté et un certain cran. Dites ce que vous voulez sur Pierre Trudeau, mais il était capable de démontrer ces qualités».

Pour montrer que la frustration et la colère croissantes des milieux dirigeants pourraient rapidement se retourner contre le premier ministre lui-même, le National Post, un journal de droite, a publié vendredi un éditorial accusant Trudeau d’être «absent» dans la gestion des manifestations et lui demandant de démissionner.

Un sondage Angus Reid a révélé que 39% des Canadiens soutiennent les blocus et autres manifestations lancées en solidarité avec les protestations du Wet'suwet'en. C'est un chiffre considérable compte tenu de l'hostilité universelle envers les protestations exprimées par l'establishment politique et les médias de la grande entreprise. Selon un rapport de la CBC, les partisans de la protestation «ont tendance à être des femmes plus jeunes, ainsi que celles qui se trouvent au bas de l'échelle des revenus et celles qui se trouvent à gauche de l'éventail politique».

Le soutien aux protestations reflète le désenchantement croissant à l'égard du programme bidon de «réconciliation autochtone» du gouvernement Trudeau. Il vise à «réconcilier» les autochtones – qui, pendant des siècles, ont été victimes de mauvais traitements, de violence et de négligence de la part de l'élite dirigeante du Canada – avec le capitalisme, en cultivant une élite autochtone petite-bourgeoise privilégiée, qui donnera une «licence sociale» aux projets d'extraction des ressources des entreprises canadiennes et utilisera une politique identitaire pour séparer les autochtones du reste de la classe ouvrière.

Le soutien aux protestations est révélateur de la colère populaire croissante face aux terribles conditions de vie de la plupart des populations autochtones, de l'indifférence de l'élite au pouvoir face au changement climatique et de sa volonté d'utiliser la répression de l'État pour imposer des politiques impopulaires et accroître encore ses richesses.

(Article paru en anglais le 17 février 2020)