Les profits avant les vies : le Parlement allemand adopte un train de mesures d'urgence pour les grandes entreprises et les riches

Par Johannes Stern
28 mars 2020

«Je ne vois plus de partis, seulement des Allemands», tel était le fameux dicton du Kaiser Wilhelm lorsque l'Allemagne est entrée dans la première guerre mondiale en 1914 et que le parti social-démocrate (SPD) a voté pour les crédits de guerre. La concorde nationale avec laquelle tous les groupes parlementaires du Bundestag (parlement fédéral) ont fait passer hier par le parlement le plan d'urgence de plusieurs milliards d'euros de la grande coalition pour le coronavirus s'inscrit dans cette tradition. Face à la propagation de la pandémie, qui menace la vie de millions de personnes et expose la faillite politique et morale de tout le système social, la classe dirigeante resserre les rangs.

Au cours du débat au Bundestag, les représentants de tous les groupes parlementaires se sont levés ensemble à plusieurs reprises et ont applaudi. «Il y a de nombreuses idées dans la politique gouvernementale que nous pensons être justes et que nous partageons», a déclaré le chef du groupe parlementaire d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), Alexander Gauland. La chef du Parti de gauche, Amira Mohamed Ali, a également soutenu la grande coalition: «Le programme d'aide du gouvernement allemand pour faire face à cette crise d'une gravité sans précédent contient de nombreuses bonnes réglementations avec lesquelles nous sommes d'accord. Les discussions que nous avons eues avec le gouvernement fédéral ces derniers jours ont été très constructives».

German parliament in session (Wikipedia Commons)

Le message est clair: tous les partis du Bundestag, du parti de gauche à l'AfD d'extrême droite, travaillent en étroite collaboration et s'accordent à défendre le capitalisme par tous les moyens et à faire porter le fardeau de la crise du coronavirus sur la population active. À la fin du «débat», 469 députés ont voté pour les mesures du gouvernement fédéral, avec seulement trois voix contre et 55 abstentions. Les mesures qu'ils ont approuvées visent finalement à poursuivre la politique d'enrichissement d'une petite élite super-riche aux dépens de la grande majorité des travailleurs.

Le caractère de classe des mesures adoptées est évident. Leur objectif principal est de sauvegarder et d'accroître la richesse et les profits des grandes entreprises et des oligarques financiers. Toutes les déclarations cyniques du ministre des Finances Olaf Scholz (SPD) dans son discours au Bundestag sur la «protection de la santé» et le «gagne-pain des citoyens» ne peuvent pas cacher ce fait.

Par exemple, la plus grande partie de l'argent fourni par le gouvernement – 600 milliards d'euros – profite aux grandes entreprises, et seuls 50 milliards d'euros profitent aux petites entreprises et aux indépendants, alors que ceux-ci représentent 58% de tous les salariés, un peu moins de 18 millions, qui doivent payer les cotisations de sécurité sociale en Allemagne. L'allocation de chômage partiel (60% du salaire précédent), dont Scholz fait l'éloge, sert principalement aux entreprises pour imposer aux travailleurs un salaire de misère et faire avancer les restructurations prévues depuis longtemps. Hier, le géant de l'acier Thyssenkrupp a annoncé la suppression de 3.000 emplois. Des licenciements massifs sont également en préparation dans l'industrie automobile.

Une grande partie des travailleurs précaires, comme les huit millions qui ont des «mini-jobs», n'ont même pas droit à l'allocation de chômage partiel, qui est financée par l'assurance chômage. Dans les semaines à venir, il ne leur restera plus, à eux et à de nombreux indépendants, que la visite humiliante au bureau d'aide sociale, la demande d'aide sociale de Hartz IV et le plongeon dans la misère. «Toute personne qui n'a actuellement aucun revenu, par exemple en tant qu'indépendant, devrait faire usage de cette disposition de base», a expliqué M. Scholz de manière provocante.

L'indifférence du gouvernement à l'égard du sort de millions de personnes met en lumière le caractère essentiellement fasciste de la bourgeoisie allemande. Alors que les travailleurs sont confrontés à une catastrophe sociale et médicale, les grandes entreprises, qui jettent chaque année des dizaines de millions de primes dans les griffes de leurs cadres supérieurs et de leurs actionnaires, sont submergées d'argent sans aucune condition. La somme de 600 milliards d'euros prévue pour le «Fonds de stabilisation économique» (FSE) dépasse même le fonds de soutien de la banque Soffin, qui a été utilisé pour sauver les banques lors de la crise financière de 2008/09.

Par rapport aux sommes gigantesques destinées aux grandes entreprises, qui devront être extraites de la classe ouvrière par de nouvelles mesures brutales d'austérité, les dépenses prévues pour les soins médicaux de la population sont une parodie.

M. Scholz s'est vanté que «maintenant, 3,5 milliards d'euros supplémentaires» seraient mis à disposition pour «l'achat d'équipements de protection et le développement de vaccins». En outre, il a déclaré qu'ils voulaient que «le nombre de lits de soins intensifs – en Allemagne, après tout, 28.000 – soit doublé». Sur le budget supplémentaire convenu de 122,5 milliards d'euros, un total de 55 milliards d'euros est prévu pour «la lutte immédiate contre la pandémie» et «ses conséquences». Au vu des coupes claires opérées dans le secteur de la santé ces dernières années et de la crise sociale et économique massive qui va bientôt frapper, il s'agit tout au plus d'une fameuse goutte d'eau dans l'océan.

En effet, le débat au Bundestag a montré que la classe dirigeante est prête à sacrifier non seulement la santé, mais aussi la vie, de millions de travailleurs sur l'autel du profit. Bien que la pandémie continue de se propager – hier, on a recensé plus de 4.300 nouveaux cas de la maladie et 47 décès rien qu'en Allemagne – il est ouvertement question de renvoyer des millions de personnes au travail le plus rapidement possible.

La situation actuelle est «un danger pour notre vie économique, car à un moment donné, les dommages économiques pourraient être irréparables», a déploré Christian Lindner, chef de la faction parlementaire du Parti démocrate libre (FDP). «A partir d'aujourd'hui», le gouvernement et les autorités des États fédéraux et des municipalités doivent donc «tout faire pour que les gens puissent retrouver la liberté le plus rapidement possible».

En d'autres termes, alors que la «liberté» de la population active consiste en la contrainte de travailler jusqu'à la mort, la classe dirigeante revendique la liberté de s'enrichir sans retenue et d'utiliser toutes les «possibilités étatiques» (Lindner) pour ce faire. Les représentants de tous les partis au Bundestag ont invoqué à plusieurs reprises l'«État fort» dans leurs discours. Sous les applaudissements du Parti de gauche et des Verts, le chef du groupe parlementaire SPD, Rolf Mützenich, par exemple, a exigé «un retour à l'État, oui, à l'État fort».

Il est évident que la lutte contre la pandémie de coronavirus et ses conséquences économiques nécessite une intervention massive de l'État. Comme le krach de 2008 et les crises précédentes du XXe siècle, elle a détruit le mythe de l'entrepreneuriat capitaliste libéral. Elle a montré que les banques et les entreprises ne peuvent pas exister sans une intervention massive de l'État. Cependant, cela soulève immédiatement la question suivante: qui détient le pouvoir d'État et qui contrôle les ressources disponibles – l'oligarchie financière, qui s'appuie de plus en plus sur la dictature et les méthodes fascistes pour défendre ses biens, ou la classe ouvrière?

Le Sozialistische Gleichheitspartei (Parti pour l'égalité socialiste, SGP) rejette fermement le plan d'urgence du gouvernement et toutes les mesures qui y sont associées. Dans notre déclaration «Pas de sauvetage des banques et des entreprises! Diriger les ressources financières vers les travailleurs, pas vers l’élite capitaliste!», nous exigeons «que les banques et les entreprises monopolistiques qui contrôlent des actifs valant des dizaines et des centaines de milliards d'euros soient transformées en organisations publiques et contrôlées démocratiquement. Les investissements des petits et moyens actionnaires, dont beaucoup ont investi leurs économies pour leur retraite, ainsi que les salaires et les emplois de millions de personnes, doivent être pleinement protégés».

La déclaration poursuit: «La priorité urgente et absolue de la réponse économique à la pandémie doit être un financement d'urgence pour couvrir entièrement la perte des salaires et des traitements de toutes les familles de la classe ouvrière et de la classe moyenne. Les paiements d'hypothèques et de loyers, les prêts automobiles, les frais médicaux, les primes d'assurance et les dépenses d'éducation et de formation doivent être suspendus pendant toute la durée de la crise sanitaire. Dans le même temps, les petites et moyennes entreprises doivent recevoir un soutien financier afin de pouvoir éviter la faillite et rouvrir leurs portes dès que les conditions sanitaires le permettront. De l'argent doit également être fourni pour assurer la survie des institutions éducatives, culturelles et autres institutions importantes sur le plan social».

La réalisation de ce programme, qui place les besoins et les intérêts de la classe ouvrière au-dessus de la recherche de profits des entreprises, nécessite la mobilisation politique indépendante de la classe ouvrière sur la base d'une perspective socialiste internationale. Ceci a été souligné une fois de plus par la frénésie capitaliste et nationaliste au Bundestag. Nous appelons tous les travailleurs et les jeunes qui ne veulent plus accepter les diktats mortels des banques et des marchés financiers à devenir membres du Parti pour l'égalité socialiste et à se joindre à la lutte nécessaire pour une transformation socialiste de la société.

(Article paru en anglais le 27 mars 2020)