Augmentation du nombre de décès dus au coronavirus dans les maisons de retraite au Canada

Par Penny Smith
10 avril 2020

Dans tout le Canada, les établissements de soins pour personnes âgées sont dévastés par la propagation mortelle de COVID-19. Plus de 600 maisons de retraite et de soins infirmiers dans tout le pays ont signalé un nombre croissant d'infections et de décès, le Québec et l'Ontario dans le centre du Canada et la province de la côte ouest de la Colombie-Britannique étant les plus touchés.

L'échec abject de tous les niveaux de gouvernement à se préparer à cette pandémie virale prévisible et prévue, leur incompétence criminelle dans la lutte contre le virus et les ravages causés depuis des décennies au système de santé publique ont rendu les établissements de soins particulièrement vulnérables à la COVID-19 et permis au virus de se propager comme un feu de forêt. Il faut ajouter à cela le fait que de larges pans des soins aux personnes âgées ont été privatisés, ce qui a entraîné une course vers le bas en matière de conditions de travail et la gestion des établissements avec des budgets serrés afin d'augmenter les profits des entreprises.

En Ontario, au moins 40 résidents de foyers pour personnes âgées sont morts de la COVID-19, et près de 80 foyers pour personnes âgées dans toute la province ont signalé des infections. À la maison de retraite Seven Oaks de Toronto, huit résidents sont décédés et 69 résidents et membres du personnel ont été répertoriés comme des cas présumés de coronavirus. À la maison de retraite Pinecrest à Bobcaygeon, quatorze résidents ont péri. «C'est une zone de guerre. Je n'ai jamais rien vu de tel en toutes mes années de soins infirmiers», a déclaré Sarah Gardiner, infirmière à Pinecrest, aux médias locaux. «Ils sont si effrayés ... et je n'ai rien pour les rassurer.»

Le Lynn Valley Care Centre de North Vancouver, en Colombie-Britannique – foyer de l'épidémie initiale dans la province – a enregistré 51 résidents infectés, 26 membres du personnel infectés et 15 décès. À ce jour, au moins 21 maisons de retraite de Colombie-Britannique, situées principalement dans la région métropolitaine de Vancouver, ont signalé des cas. Au total, la province a enregistré 39 décès liés à la COVID-19, dont la grande majorité est survenue dans des maisons de soins pour personnes âgées.

La situation est encore pire au Québec, où, à la semaine dernière, près d'un quart des quelque 2.200 foyers pour personnes âgées et établissements de soins de longue durée de la province avaient signalé au moins une infection.

Le taux de mortalité chez les personnes âgées dû à la COVID-19 est estimé à environ 15%, ce qui est beaucoup plus élevé que dans la population générale. La vulnérabilité à la maladie et les problèmes de santé existants, en plus des conditions de vie en communauté et de l'exposition à une main-d'œuvre itinérante, les rendent particulièrement vulnérables à la propagation du virus mortel.

Les travailleurs sociaux sont également extrêmement vulnérables, même s'ils sont considérés comme faisant partie du groupe d'âge des jeunes en bonne santé. En raison des bas salaires et des conditions de travail précaires, ils sont souvent obligés de travailler dans plusieurs maisons de soins, ce qui augmente la probabilité de propagation de la maladie. En outre, le manque d'équipements de protection individuelle (EPI), notamment de masques et de gants, est encore plus prononcé dans le secteur des soins que dans les hôpitaux, où les équipements de protection individuelle sont déjà sévèrement rationnés. Le personnel soignant est donc plus susceptible d'être infecté et a autant de mal à se faire dépister et traiter que les autres catégories de travailleurs.

Dans des conditions horribles, semblables à celles d'une prison, où une épidémie mortelle a placé de nombreuses personnes âgées sous des ordres de quarantaine stricts, les résidents confus et effrayés sont contraints de s'isoler indéfiniment sans contact avec leurs amis et leur famille. Des restrictions draconiennes en matière de dépistage les empêchent de savoir qui est ou n'est pas infecté, y compris eux-mêmes. Dans de nombreux cas, les responsables des établissements n'ont pas informé les membres de la famille et les résidents de la présence du virus.

Les terrifiantes épidémies virales sont aggravées par le manque de prestataires de soins pour répondre aux besoins quotidiens de base des personnes âgées dans les maisons de retraite, comme se nourrir et se laver: l'issue tragique de décennies de réduction des salaires et des services, et de la privatisation du système de santé publique. Les absences des travailleurs pour cause de maladie et la crainte d'une infection due à des conditions de travail dangereuses n'ont fait qu'aggraver le manque de personnel.

L'annonce par le premier ministre de droite de l'Ontario, Doug Ford, que son gouvernement crée un «anneau de fer» de protection autour des personnes âgées est une fraude odieuse. L'engagement pathétique de son gouvernement de 243 millions de dollars pour protéger les travailleurs et les résidents des établissements de soins de longue durée ne commence même pas à s'attaquer aux politiques d'«efficacité» qui ont ravagé le système de santé de la province, réduit fortement les heures hebdomadaires des travailleurs de soutien et des thérapeutes dans les maisons de soins, et dans un geste scandaleux, réduit même le nombre minimum de bains autorisés pour les résidents.

Après avoir annoncé que la santé et la sécurité des personnes âgées en résidence «est une question de vie ou de mort», le premier ministre québécois de droite François Legault a promis la modique somme de 133 millions de dollars en aide d'urgence, tandis que son gouvernement de la CAQ (Coalition Avenir Québec) a sournoisement exigé d'autres concessions encore de la part des 550.000 infirmières et autres travailleurs du secteur public de la province qui sont actuellement en première ligne de la crise de COVID-19.

Ce n'est que la semaine dernière, et après de nombreux décès dans des maisons de soins en Colombie-Britannique, que le gouvernement provincial du Nouveau Parti démocratique, soutenu par les Verts, a pris la peine d'inclure des tests quotidiens pour les travailleurs des maisons de soins dans son «plan d'action» COVID-19. Les travailleurs sociaux dont le test de dépistage du virus est négatif seront désormais affectés à un seul établissement de soins, une mesure qui aurait dû être prise il y a des années au lendemain de la crise du SRAS de 2002-2003, lorsque le lien entre les déplacements des travailleurs sociaux et la propagation de la maladie a été reconnu pour la première fois.

La réponse du gouvernement fédéral n'a pas été moins désordonnée. Tout en offrant un financement dérisoire de 3 milliards de dollars au système de santé, dont la majorité sera dirigée par des entreprises à but lucratif, le gouvernement libéral de Justin Trudeau, avec le soutien unanime des conservateurs «d'opposition», du NPD, du Bloc Québécois et des Verts, achemine promptement plus de 650 milliards de dollars dans les poches des banques et des grandes entreprises.

La dévastation de COVID-19 qui a pris place dans les maisons de soins souligne le besoin immédiat de tests méticuleux, de recherche systématique des contacts et de l'achat urgent de respirateurs et d'équipements de protection individuelle pour tout le personnel médical. Pourtant, comme c'est le cas partout en Amérique du Nord et en Europe, ces ressources essentielles ne sont pas mises à disposition.

L'indifférence criminelle de l'élite dirigeante à l'égard du sort des résidents des maisons de retraite et des travailleurs mal payés est encore soulignée par leurs efforts méprisables pour faire porter la responsabilité des décès en masse sur les épaules de la population en général. Certains parents de personnes âgées résidant dans des maisons de soins reçoivent des lettres de prestataires de soins affirmant qu'il n'y aurait «aucun avantage» pour leur proche atteint de la COVID-19 à être hospitalisé. À la maison de soins Pinecrest, le directeur médical a envoyé des courriers électroniques préparant les membres de la famille au choix dévastateur de permettre ou non à leurs proches âgés d'utiliser un respirateur. La lettre disait: «Un patient frêle qui est placé sous respirateur risque de souffrir beaucoup et de ne pas survivre... Je vous demande à tous de bien réfléchir à ce qui serait dans le meilleur intérêt de vos proches».

Cette campagne visant à laisser effectivement les personnes âgées mourir est soutenue par la classe dirigeante et, il faut malheureusement le noter, par une grande partie de l'establishment médical dans tout le pays. Dans le Globe and Mail, le «journal officiel» du Canada, un commentaire intitulé «Le coronavirus est l'occasion d'avoir les conversations de fin de vie dont nous avons besoin», un certain Gordon Rubenfeld, professeur de médecine à l'université de Toronto, a déclaré: «Le coronavirus est une occasion de parler à vos parents, grands-parents, tantes, oncles et proches atteints de maladies chroniques au sujet de la réanimation. Car si vous ne leur parlez pas de cela maintenant, vous risquez d'avoir une conversation beaucoup plus difficile avec moi plus tard».

Presque toutes les provinces ont mis en place des comités dits «d'éthique médicale» pour déterminer qui doit être privé de soins et effectivement abandonné à la mort, lorsque le nombre inadéquat de respirateurs, de lits de soins intensifs et d’autres équipements sera totalement épuisé.

Les médias d'entreprise font la promotion de ces comités d'«éthique médicale» comme un moyen rationnel d'attribuer les maigres ressources et de soulager la détresse psychologique des travailleurs de la santé de première ligne. Mais quand il est question des actions en bourse des banques et des grandes entreprises, qui font maintenant la queue pour se gaver des largesses de l'État alors que les secteurs de la santé et des soins sont privés de ressources, les médias n'ont pas le temps de discuter d'éthique – ce qui démontre que leur «moralité» est entièrement déterminée par les intérêts mercenaires de leur classe.

(Article paru en anglais le 7 avril 2020)