Alors que les luttes sociales s'intensifient face à la pandémie de coronavirus

Bernie Sanders met fin à sa campagne et appelle ses partisans à soutenir Biden

Par Joseph Kishore – candidat du Socialist Equality Party à la présidence américaine
10 avril 2020

Mercredi, le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, a mis fin à sa campagne pour la présidence dans les primaires du Parti démocrate et a appelé ses partisans à soutenir l'ancien vice-président Joe Biden.

«Aujourd'hui, je félicite Joe Biden, un homme très respectable, avec qui je vais travailler pour faire avancer nos idées progressistes», a déclaré Sanders dans une vidéo de quinze minutes publiée sur Twitter. Lorsque Biden sera sélectionné comme candidat à la convention du Parti démocrate, a ajouté Sanders: «alors ensemble, unis, nous allons vaincre Donald Trump.»

En expliquant sa décision d'abandonner la course, Sanders a déclaré qu'il ne voyait aucun chemin vers la victoire aux primaires. La motivation de Sanders, cependant, n'est pas que sa campagne est sans espoir au sens électoral. Il répond plutôt à la situation sociale et politique explosive aux États-Unis.

Vermont Senator Bernie Sanders and former Vice President Joe Biden during Democratic primary debate in South Carolina (AP Photo/Patrick Semansky)

Sanders abandonne et appelle à «l'unité» derrière Biden dans des conditions où la crise politique du Parti démocrate et de l'ensemble du système politique atteint un point de rupture.

La pandémie de coronavirus révèle le conflit irréconciliable entre les intérêts de la classe ouvrière et de la classe dirigeante. Alors que le nombre de morts augmente, que les hôpitaux sont débordés et que des dizaines de millions de personnes ont été licenciées, la classe dirigeante utilise la situation de crise pour faire un cadeau financier massif à l'élite des entreprises et des finances, unanimement soutenue par les démocrates et les républicains. En outre, les responsables politiques et les médias appellent de plus en plus à une reprise rapide du travail, ce qui se butera à une opposition de masse.

Déjà, la demande de la classe dirigeante pour un retour rapide au travail a favorisé une vague de grève à l'échelle nationale, y compris les travailleurs de la santé, les travailleurs du bâtiment, ainsi que les employés de Whole Foods, Amazon et Instacart.

La décision de Sanders de se retirer dans ces conditions est conforme à ce qui a toujours été l'objectif central de sa campagne: faire en sorte que la colère sociale et politique ne sorte pas des limites du Parti démocrate.

De manière significative, Sanders a fait son annonce le même jour que le chroniqueur du New York Times Thomas Friedman, l'une des voix les plus enthousiastes des médias pour une reprise rapide du travail, a appelé à une nomination Biden et à la sélection d'un «type de cabinet totalement différent – un cabinet d'unité nationale – des démocrates de gauche de Bernie Sanders aux républicains de droite de Mitt Romney». Un tel gouvernement viserait à unir les factions dominantes de l'establishment politique en tant que rempart contre l'opposition sociale croissante de la classe ouvrière.

Selon certaines informations, Sanders s'est entretenu à plusieurs reprises avec l'ancien président Barack Obama au cours de la semaine dernière. Sanders officiellement éliminé, Obama sera en mesure d'intervenir plus directement dans les élections afin de renforcer la candidature d’un Biden à moitié sénile et en perte de vitesse.

En même temps, Sanders doit savoir qu'il existe d'énormes doutes au sein de la classe dirigeante quant à la viabilité d'une campagne Biden. Une des conséquences de l'abandon de Sanders maintenant est qu'il ouvre la voie au Parti démocrate pour se tourner vers un autre candidat de droite, peut-être le gouverneur de New York Andrew Cuomo, qui est largement promu dans les médias.

Au cours des dernières semaines et des derniers mois déjà, Sanders a réagi à l'aggravation de la crise de l'appareil d'État en se tournant vers la droite. Alors que le Parti démocrate a agi de manière agressive pour bloquer une nomination Sanders en février et mars, Sanders a publié un certain nombre de déclarations déclarant qu'il était prêt à faire la guerre contre l'Iran, la Corée du Nord, la Russie et la Chine.

Son dernier acte politique en tant que candidat a été de voter pour la loi d’aide et sécurité économique du coronavirus (CARES), qui fournit des centaines de milliards de dollars aux entreprises et soutient les programmes de plusieurs milliards de milliards de dollars de la Réserve fédérale pour acheter des actifs auprès des banques et des entreprises.

Dans ses propositions pour une nouvelle mesure du Congrès en réponse à la pandémie de coronavirus, Sanders a abandonné toute référence à l'augmentation des impôts sur les riches. Il a proposé des renflouements supplémentaires de plusieurs milliards de dollars aux grandes entreprises, sans contester en aucune façon leur propriété privée sur la base du profit.

Rien de ce que Sanders a fait n'est pas surprenant, loin de là. Depuis le début de son mandat en tant que politicien bourgeois, il avait clairement indiqué le rôle qu'il jouerait. De plus, sa campagne s'inscrit dans un phénomène international. Que ce soit Jeremy Corbyn en Grande-Bretagne, Syriza en Grèce, le Parti de gauche en Allemagne ou le Parti des travailleurs au Brésil, tous remplissent la même fonction.

La véritable trahison est venue d'organisations telles que les Socialistes démocrates d'Amérique (DSA), Socialist Alternative et d'autres qui ont oeuvré pour présenter un politicien bourgeois opportuniste comme une sorte de véhicule pour réaliser le socialisme.

Dans un événement profondément démoralisé mercredi soir organisé par Jacobin, Bashkar Sunkara, le rédacteur en chef du magazine, et d'autres membres bien en vue des DSA ont dénoncé non pas Sanders mais la «gauche sectaire», par laquelle ils désignent le Socialist Equality Party (SEP, Parti de l’égalité socialiste) et le World Socialist Web Site. Pour ces couches, «sectaire» est un terme utilisé pour décrire toute personne ayant des principes, c'est-à-dire ceux qui ne se prosternent pas devant le Parti démocrate.

Sunkara a déclaré que le retrait de Sanders signifiait que «notre campagne pour un début de socialisme et une moitié de social-démocratie s'est pour ainsi dire essoufflée». Ce qui s’est «essoufflé» – en fait, ce qui a été complètement démasqué – est la version de pseudo-socialisme des DSA qui prétend que tout peut être accompli au sein du Parti démocrate.

En opposition à ces organisations de la classe moyenne supérieure, le WSWS et le SEP ont anticipé la trajectoire de la campagne Sanders. En février 2016, au début de sa première élection présidentielle, le WSWS a expliqué que «Sanders n'est pas le représentant d'un mouvement ouvrier. Il est plutôt le bénéficiaire temporaire d'une vague croissante d'opposition populaire qui ne traverse que ses étapes initiales de différenciation sociale et de classe.»

Lorsqu'il a annoncé sa campagne présidentielle de 2020 en février de l'année dernière, le WSWS a écrit: «La fraude fondamentale encouragée par Sanders, ainsi que des individus comme Alexandria Ocasio-Cortez, est que le Parti démocrate peut être poussé vers la gauche et servir de levier pour un changement progressiste.»

Une fois de plus, une analyse politique basée sur le marxisme, sur les expériences historiques du mouvement trotskyste, et non sur des espoirs et des manœuvres pragmatiques, s'est avérée correcte.

Il y a sans aucun doute de nombreux travailleurs et jeunes sincères qui seront dégoûtés par ce que Sanders a fait. Ils doivent tirer les conclusions nécessaires.

La seule campagne présidentielle qui cherche à développer un véritable mouvement socialiste est la campagne du Socialist Equality Party. Le SEP a lancé sa campagne électorale pour lutter pour un véritable socialisme, pour développer au sein de la classe ouvrière et parmi les jeunes une direction socialiste, pour lutter contre la guerre, les inégalités et l'autoritarisme, en opposition aux partis démocrate et républicain, les partis de la classe dirigeante.

Nous appelons tous les travailleurs et les jeunes à rejoindre cette campagne et à soutenir cette lutte.

Pour soutenir et rejoindre la campagne électorale du SEP, visitez https://www.socialism2020.org/

(Article paru en anglais le 9 avril 2020)

À lire aussi:

Bernie Sanders met fin à sa campagne: les leçons politiques [20 mars 2020]

Sanders et la feinte vers la gauche de la politique capitaliste [8 février 2020]

Qu'est-ce que la pseudo-gauche? [31 juillet 2015]