Selon des experts médicaux canadiens, il y aura une flambée de cas de COVID-19 en raison de la relance du travail

Par Roger Jordan
27 mai 2020

Toutes les provinces canadiennes, y compris celles où la transmission communautaire généralisée de COVID-19 se poursuit, sont maintenant en bonne voie de lever les mesures de confinement qui ont contribué à ralentir la propagation de la pandémie. Et ce malgré le fait que le COVID-19 a déjà fait un terrible bilan de 6424 décès.

La campagne gouvernementale de retour au travail est mise en œuvre au mépris flagrant des avertissements répétés de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) selon lesquels il faut développer les capacités de dépistage de masse et de recherche des contacts et renforcer considérablement les systèmes de santé avant tout assouplissement des restrictions à la vie économique et sociale normale.

Au Québec, l'épicentre de la pandémie au Canada, les activités de construction et de fabrication sont en cours depuis au moins deux semaines. Les écoles et les garderies de l'extérieur de Montréal ont rouvert le 11 mai, ainsi que les magasins de détail. Les commerces de détail de Montréal doivent rouvrir aujourd'hui [lundi], et les garderies le 1er juin.

Dans l'Ontario voisin, les magasins de détail avec un accès à la rue ont été autorisés à rouvrir à partir du 19 mai, le jour même où toutes les restrictions restantes sur l'industrie de la construction ont été levées.

De nombreuses installations de fabrication et mines de l'Ontario sont restées ouvertes pendant toute la durée du confinement, en raison de la définition extrêmement large que le gouvernement provincial donne à ce qui constitue un «service essentiel». Bien que le premier ministre Doug Ford ait souhaité la réouverture des écoles à la fin du mois de mai, la propagation rapide du virus et l'opposition du public ont forcé le gouvernement à annoncer la semaine dernière que les écoles publiques ne rouvriront pas pendant l'année scolaire en cours.

En Alberta, où le gouvernement du Parti conservateur uni a permis au pétrole et à la plupart des autres installations de production de rester ouvertes pendant la fermeture de la province, la limite pour les rassemblements en plein air a été portée à 50 personnes. Le 14 mai, les magasins, les restaurants et les salons de coiffure ont rouvert dans toute la province. Le premier ministre Jason Kenney a indiqué que les cinémas et les spas seront autorisés à ouvrir à la mi-juin.

Le gouvernement du Nouveau Parti démocratique de la Colombie-Britannique a autorisé la réouverture des entreprises et des magasins de détail mardi dernier, et s'est engagé à lever l'interdiction des hôtels et des centres de villégiature en juin. Les parents auront également la possibilité «volontaire» d'envoyer leurs enfants à l'école à partir du 1er juin.

Le caractère téméraire de la campagne de réouverture est mis en évidence par la propagation rapide et continue de la pandémie, avec plus de 1000 nouveaux cas et 100 décès signalés chaque jour.

Avec plus de 84.650 cas confirmés de COVID-19, le Canada a désormais dépassé la Chine, où le virus est apparu pour la première fois, tant en termes de nombre total d'infections que de décès. Le Canada, dont la population représente environ un dixième de celle des États-Unis, a enregistré à la mi-avril un décès pour 25 décès dus au COVID-19 aux États-Unis. Mais, autre indication de la propagation du virus au Canada, ce ratio est maintenant tombé à un décès pour 15.

Dans ces conditions, les principaux experts médicaux canadiens se sont prononcés avec force contre la levée prématurée des restrictions.

«Nous risquons gros avec la réouverture», a déclaré le Dr Sandy Buchman, président de l'Association médicale canadienne, devant la commission sénatoriale des affaires sociales mercredi dernier. Il a souligné le manque d'infrastructures de test et de recherche des contacts avant d'ajouter: «On se précipite. À mon avis, nous ne sommes pas tout à fait prêts pour une deuxième vague».

Les chiffres montrent que le Canada n'utilise même pas la moitié de sa capacité de test extrêmement modeste de 60.000 par jour. Environ 28.000 tests COVID-19 sont effectués chaque jour, bien en deçà des objectifs que les gouvernements provinciaux ont eux-mêmes fixés. Ford avait promis qu'à la fin du mois d'avril, la province effectuerait 16.000 tests, mais mardi dernier, elle n'en a réussi que 7300.

M. Buchman a souligné que l'absence de tests à grande échelle signifie que les autorités ne savent pas où et comment le virus se propage.

Il a également évoqué la pénurie chronique d'équipements de protection individuelle (EPI) pour les travailleurs de la santé. Rien qu'en Ontario, plus de 4000 membres du personnel de santé sont infectés et, au 19 mai, neuf d'entre eux étaient décédés. «Nous ne permettrions jamais à un pompier d'entrer dans un bâtiment en feu sans une protection adéquate. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que nos travailleurs de la santé de première ligne se mettent en danger», a fait remarquer M. Buchman.

Les autorités sanitaires locales de l'Ontario tirent également la sonnette d'alarme pour assouplir les mesures de confinement alors que le virus continue de sévir. Le Dr Michael Gardam, un vétéran de l'épidémie de SRAS de 2003 et un spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital Humber River de Toronto a déclaré à la CBC: «C'est effrayant. Il y a là un grand sentiment d'inconnu. Et il n'y a pas moyen de contourner le fait que ce n’est pas agréable».

Le Dr Lawrence Loh, médecin en chef de Peel Region dans le Grand Toronto, a publiquement appelé à un report de la levée des restrictions de confinement en raison du nombre élevé de nouvelles infections. «Nous avons vu nos nouveaux cas commencer à plafonner, mais nous n'avons tout simplement pas vu de baisse conforme au cadre de réouverture de la province à ce stade», a déclaré le Dr Loh.

Ces avertissements ne concernent pas les autorités fédérales et provinciales, qui sont déterminées à appliquer la politique de retour au travail criminellement irresponsable de l'élite au pouvoir. Après avoir mis en œuvre des mesures de sauvetage pour les grandes banques, les marchés financiers et les grandes entreprises d'une valeur de plus de 650 milliards de dollars, la classe dirigeante veut renvoyer les travailleurs sur des lieux de travail dangereux pour qu'ils recommencent à faire des bénéfices en exploitant impitoyablement leur travail.

Alors que le premier ministre Justin Trudeau a vanté vendredi la nécessité d'une «action concertée forte» entre le gouvernement fédéral et les provinces pour «étendre les tests et la recherche des contacts», il n'a fourni aucun détail sur la manière dont ces mesures de base, que l'OMS réclame depuis les premiers jours de la pandémie, seraient mises en œuvre. La réalité est que les libéraux de Trudeau ont supervisé une réponse désastreuse au COVID-19 en dépit des avertissements répétés de la menace d'une pandémie et de la propre expérience du Canada avec le SRAS en 2003. (Voir: L'épidémie de SRAS de 2003: comment l'élite canadienne a gâché la chance de se préparer à la pandémie de COVID-19)

De plus, en déclarant que les décisions relatives à la réouverture de l'économie sont une «affaire provinciale», Trudeau a déjà donné le feu vert aux gouvernements de droite du Québec et de l'Ontario pour renvoyer des centaines de milliers de travailleurs à leur emploi sans que des mesures de sécurité de base soient mises en œuvre.

Trudeau et le reste de l'establishment politique canadien choisissent peut-être leurs mots plus soigneusement que Trump, mais la réalité est que les autorités canadiennes adoptent la même politique réactionnaire d'«immunité collective». C'est ce que montrent les remarques de Bonnie Henry, médecin en chef du gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique. «Nous allons examiner quelles sont les mesures qui ont le mieux fonctionné pour prévenir la transmission», a déclaré Henry, qui a concédé que la «réouverture» de l'économie rendait probablement une deuxième vague d'infections «inévitable», «et si nous commençons à voir une augmentation du COVID, ce sont les choses que nous pouvons mettre en place plutôt que de tout arrêter comme nous l'avons fait auparavant».

Dans l'Ontario, où Unifor, le plus grand syndicat industriel du Canada, a travaillé étroitement avec les principaux constructeurs automobiles pour renvoyer les travailleurs de l'automobile dans des usines peu sûres afin qu'ils travaillent coude à coude sur les chaînes de montage, l'élite dirigeante accepte également qu'une grande partie des travailleurs et de leurs familles soit infectée. Kristen Dziczek, vice-présidente pour l'industrie, l'économie et le travail au Centre de recherche automobile, un groupe de réflexion clé de l'industrie qui a aidé les trois grands à rouvrir leurs installations au Canada, au Mexique et aux États-Unis, a déclaré sans ambages à la CBC: «Je pense que nous allons voir des foyers continuer à apparaître et que cela va être l'un des facteurs de perturbation de la production automobile».

L'opposition de la classe ouvrière à cette politique qui place le profit privé avant les vies humaines s'accroît. Mardi dernier, le plus grand syndicat d'infirmières du Québec s'est senti obligé d'organiser une manifestation devant le bureau du premier ministre François Legault, qui a ouvertement déclaré le mois dernier le soutien de son gouvernement à une politique d'«immunité collective», afin d'attirer l'attention sur la violation des droits des infirmières par le gouvernement. Ces violations ont notamment consisté à forcer les infirmières à travailler dans les services de COVID-19 sans EPI adéquat et à imposer un régime d'heures supplémentaires forcées. (Voir: Le gouvernement du Québec menace des milliers de vies avec un retour précipité au travail)

Dans des remarques résumant l'attitude méprisante de toute la classe dirigeante envers les travailleurs, Legault, qui a fait carrière en politique en imposant des attaques sauvages aux travailleurs et en imposant l'austérité, a fait la leçon aux manifestants: «Cela me déçoit. Je ne pense pas qu'il soit temps d'être dans la rue devant mon bureau».

L'indifférence de la classe dominante à l'égard de la vie des travailleurs s'est également manifestée par son mépris impitoyable pour le sort des travailleurs du secteur de l'emballage des viandes et des soins de santé. En Ontario, près de 250 plaintes liées au coronavirus déposées par des travailleurs auprès de la Commission des relations de travail de la province n'ont pas abouti à une seule décision en faveur des travailleurs. (Voir: Canada: Le gouvernement de l'Ontario a ignoré les plaintes des travailleurs d'une usine de volaille touchée par l'épidémie mortelle de COVID-19)

(Article paru en anglais le 25 mai 2020)