L'Ontario prend en charge la gestion des foyers pour aînés où l'armée a constaté une négligence systématique

Par Roger Jordan
30 mai 2020

Le gouvernement de droite du premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a invoqué mercredi un pouvoir d'urgence pour prendre la direction de cinq foyers de soins de longue durée où des épidémies massives de coronavirus ont tué des centaines de résidents. Cette décision a été prise après la publication d'un rapport explosif par les Forces armées canadiennes qui a documenté les conditions horribles, la négligence et la cruauté dans ces établissements à but lucratif.

L'enquête militaire a commencé après que Ford ait été forcé de faire appel aux forces armées fin avril pour gérer les maisons de soins. Le personnel sous-payé et employé de façon précaire a été accablé par la pandémie, pour laquelle aucun préparatif sérieux n'avait été pris par l'establishment politique au niveau provincial ou fédéral.

Des décennies d'austérité, de privatisations, de pénurie d'équipements de protection et de réduction des salaires et des conditions de travail ont créé une situation dans laquelle la pandémie COVID-19 a provoqué des pertes de vie catastrophiques dans les établissements de soins de longue durée de tout le pays. Un observateur des conditions tragiques à la Résidence Herron à Montréal, qui a fait la une des journaux internationaux au début du mois d'avril après la mort de plus de 30 résidents, a comparé les conditions à celles d'un «camp de concentration».

Le bilan des cinq foyers, tous situés dans la région du Grand Toronto, désormais sous direction provinciale, est encore plus accablant. Orchard Villa à Pickering avait enregistré 77 décès avant lundi; Altamont Care Community à Scarborough, 52; Eatonville à Etobicoke, 42, avant samedi; Hawthorne Place à North York, 43; et Camilla Care Centre à Mississauga au moins 61 décès.

Ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Rien qu'en Ontario, des épidémies ont été confirmées dans plus de 250 des 626 foyers de soins de longue durée de la province. En Ontario, 1.587 décès, soit environ 75% du total provincial, étaient des résidents de maisons de soins. Au Québec, le nombre de décès parmi les résidents des établissements de soins de longue durée est de 2.700. Au Canada, environ 80% des décès dus au coronavirus ont eu lieu dans ces établissements.

Le rapport de l'armée documente avec des détails douloureux comment les cinq établissements de soins de longue durée sont devenus des champs de bataille. Des cas d'abus ont également été notés, les résidents s'étouffant parce qu'ils n'étaient pas correctement nourris et d'autres étant laissés dans des lits souillés pendant des jours.

Le matériel médical était systématiquement réutilisé pour les résidents positifs et négatifs au coronavirus, tandis que le personnel et les médecins faisaient un mauvais usage des équipements de protection individuelle. Les patients infectés étaient hébergés aux côtés des résidents qui n'étaient pas porteurs du virus. Des insectes, des cafards et des fourmis ont été trouvés dans les maisons. Tout cela a incité les auteurs du rapport à noter que «les protocoles en place ont un taux de contamination proche de 100% pour les équipements, les patients et l'ensemble des installations».

Les résidents ont souvent appelé à l'aide pendant deux heures sans recevoir de réponse. Lorsqu'ils recevaient un traitement, le personnel devenait agressif avec les patients pendant les procédures médicales.

Un rapport militaire séparé a fourni des détails horrifiants sur l'état déplorable de 25 maisons de soins dans le Québec voisin. Le rapport a identifié de nombreux cas de déplacement du personnel entre des zones dites «chaudes» et «froides», c'est-à-dire des zones désignées pour les patients COVID-19 et des sections de maisons où les résidents n'étaient pas infectés. Le manque chronique de personnel continue à poser problème, un foyer de Laval étant en grande partie géré par des bénévoles non formés. Au centre de soins prolongés Grace Dart de Montréal, où 61 résidents sont décédés, des membres du personnel s’absentaient pendant leurs quarts de travail.

Le traitement inhumain des résidents âgés documenté dans les deux rapports confirme brutalement l'indifférence criminelle de l'élite dirigeante canadienne à l'égard de la mort en masse dans le contexte de la pandémie de coronavirus. La réponse du gouvernement fédéral libéral Trudeau, avec le soutien des partis d'opposition, des grandes entreprises et des syndicats, a consisté principalement à renflouer les banques et les entreprises à hauteur de plus de 650 milliards de dollars, tout en fournissant le strict minimum au système de santé et aux travailleurs. Dès que ce vaste transfert de richesses dans les poches de l'oligarchie financière a été organisé, les gouvernements à tous les niveaux et les médias de la grande entreprise ont commencé à orchestrer une campagne de retour au travail imprudente, qui a maintenant atteint son point culminant avec le retour forcé de centaines de milliers de travailleurs sur des lieux de travail dangereux alors que le virus continue à se propager largement. Ce n'est donc qu'une question de temps avant que la mort et la souffrance à grande échelle comme celle qui a déjà ravagé les maisons de retraite de l'Ontario et du Québec ne refassent surface.

En réponse au rapport de l'Ontario, Ford a affirmé qu'il trouvait cela «déchirant». Il a ajouté: «Nous avons besoin de bottes sur le terrain. Je veux des yeux et des oreilles dans les maisons qui nous inquiètent le plus.»

Venant du chef du gouvernement conservateur d'extrême droite, les propos de Ford sont profondément cyniques. Après avoir remporté le pouvoir aux élections provinciales de 2018, Ford a imposé des budgets d'austérité impitoyables aux services sociaux et aux soins de santé. Une partie des coupes a consisté à limiter considérablement les inspections des établissements de soins pour personnes âgées. Selon Jane Meadus, une avocate du Advocacy Centre for the Elderly, seuls neuf des 626 établissements de soins de l'Ontario ont été soumis à une inspection complète en 2019. À un tel rythme, la province mettrait près de 70 ans à inspecter chaque établissement de soins de longue durée.

La responsabilité d'avoir laissé la tragédie actuelle se dérouler n'incombe cependant pas uniquement à Ford. Au cours des trois dernières décennies, l'ensemble de l'establishment politique canadien a adopté un programme d’austérité sauvage pour les services publics, la privatisation d'infrastructures sociales essentielles et une fiscalité réduite pour les entreprises et les super-riches. Dans les années 1990, le gouvernement libéral fédéral a imposé les plus importantes réductions des dépenses sociales de l'histoire du Canada, conjointement avec le gouvernement conservateur dirigé par Mike Harris en Ontario et avec Lucien Bouchard et son gouvernement du Parti Québécois au Québec. Les néo-démocrates ont montré qu'ils n'étaient pas moins déterminés à réduire les dépenses publiques sous la direction de Bob Rae en Ontario et de Roy Romanow en Saskatchewan, dont le gouvernement a équilibré le budget sur le dos des travailleurs de la santé et des hôpitaux. Jusqu'à l'arrivée de Ford au pouvoir en Ontario, la province a été dirigée pendant 15 ans par un gouvernement libéral qui a imposé des réductions des dépenses sociales, tout en réduisant encore les impôts des grandes entreprises.

Ce bilan montre l'hypocrisie de la tentative du premier ministre libéral Justin Trudeau de se présenter mercredi comme un défenseur de l'amélioration des soins aux personnes âgées. «Nous devons améliorer les soins aux personnes âgées. Ils nous ont élevés, ils ont construit ce pays, ils méritent mieux», a déclaré Trudeau, qui s'est engagé à aborder la question avec les premiers ministres lors de la réunion en ligne des premiers ministres fédéral et provinciaux jeudi soir.

La réalité est que depuis son arrivée au pouvoir en 2015, le gouvernement Trudeau a maintenu, avec de légères modifications, le régime fiscal draconien de Stephen Harper sur les transferts aux provinces pour la santé et les services sociaux. Les transferts en matière de santé n'ont augmenté que de 3% par an, un taux qui suit à peine l'inflation et ne couvre même pas l'augmentation des budgets de santé due au vieillissement de la population.

L'insistance répétée de Trudeau sur le fait que les soins aux personnes âgées sont une «affaire provinciale» souligne encore plus que ses fanfaronnades sur la réforme du secteur ne mèneront nulle part.

Si Trudeau a pu prendre position sur cette question, c'est surtout grâce au rôle des syndicats, qui ont récemment lancé une campagne cynique présentée comme une tentative de «transformer les soins de longue durée en un système de santé universel financé par l'État». En réalité, l'initiative pathétique du Syndicat canadien de la fonction publique revient à demander à ses 60.000 membres dans les établissements de soins de longue durée d'écrire des lettres «Cher Justin» au premier ministre et d'appeler les députés à changer de cap.

Le SCFP et le reste de la bureaucratie syndicale sont en vérité des adversaires acharnés de toute véritable lutte pour défendre ou étendre les services publics de quelque nature que ce soit. Chaque fois que de grandes luttes ouvrières se sont développées au cours des quatre dernières décennies en opposition aux réductions des dépenses sociales – du mouvement de masse contre le gouvernement de Mike Harris entre 1995 et 1997, à la vague de protestations contre la campagne d'austérité du gouvernement Campbell en Colombie-Britannique au début des années 2000 et à la grève des étudiants au Québec en 2012 – les syndicats sont invariablement intervenus pour y mettre fin.

Aujourd'hui, alors que la réponse de l'élite au pouvoir à la pandémie entraîne une vaste escalade des inégalités sociales et ouvre la voie à de nouvelles mesures d'austérité visant à faire payer aux travailleurs les énormes sommes versées pour le sauvetage des banques et des grandes entreprises, les syndicats ont scellé un partenariat corporatiste avec les libéraux de Trudeau et les principaux représentants du capital canadien.

Ces développements soulignent que pour combattre la pandémie de COVID-19 et pour défendre et développer les services publics, y compris les soins aux personnes âgées, les travailleurs doivent construire de nouvelles organisations de lutte qui mobiliseront leur pouvoir social et lutteront pour un programme socialiste.

(Article paru en anglais le 29 mai 2020)