Ramener l'Afghanistan au pays:

L'armée canadienne lance une opération pour «façonner» l'opinion publique en pleine pandémie

Par Roger Jordan
14 août 2020

En se basant explicitement sur les méthodes qu'elle avait utilisées pendant l'occupation néocoloniale de l'Afghanistan, l'armée canadienne a élaboré et commencé à mettre en œuvre un plan «d'opérations d'information» dans le cadre de sa réponse initiale à la pandémie du COVID-19.

Le plan, selon un document qui a fuité des Forces armées canadiennes, visait à «façonner» et «exploiter l'information» dans le but de dissuader les troubles civils. Il prévoyait que le personnel militaire diffuserait de la propagande approuvée par le gouvernement par haut-parleurs et créerait des stations de radio temporaires; effectuerait des «évaluations» de villes où des agitations pourraient se développer; et rencontrerait les dirigeants communautaires et les responsables religieux.

Le plan «d'opérations d'information» a été activé par le Commandement des opérations interarmées du Canada, qui est un centre de commandement unifié pour les opérations de l'armée, de la force aérienne et de la marine au Canada, le 8 avril. C'était seulement deux semaines après que le chef d'état-major de la Défense, le général Jonathan Vance, avait annoncé le déploiement de quelque 24.000 membres et réservistes des Forces armées canadiennes (FAC) en réponse à la pandémie.

L'opération d'information a été temporairement suspendue cinq jours plus tard, au milieu de conflits entre les responsables militaires quant au rôle que les forces armées devraient jouer dans la création et la diffusion de la propagande étatique. Cependant, ce n'est que le 1er mai que Vance a ordonné la suppression de l'opération. Malgré la décision de Vance, «plusieurs» sources militaires ont été tellement troublées par l'opération et ses implications antidémocratiques qu'elles ont contacté l'Ottawa Citizen pour lui faire part de leurs préoccupations.

Les responsables militaires ont reconnu dans des entrevues avec l'Ottawa Citizen que le plan visait à maintenir le contrôle sur la population et à se préparer aux troubles civils. Interrogé par le Citizen si l'armée s'attendait à ce que des émeutes ou une désobéissance civile se produisent, le contre-amiral Brian Santarpia, qui était à l'époque chef d'état-major du Commandement des opérations interarmées du Canada, a déclaré: «C'était notre pire scénario… Notre pire cas. Le scénario pour la COVID était que la première vague serait bien pire et que certaines des 24.000 personnes que nous avions devraient être appelées à aider le pouvoir civil.»

Plusieurs responsables militaires ont déclaré que le plan s'inspirait des tactiques utilisées par les FAC en Afghanistan pour convaincre les villageois de soutenir l'occupation dirigée par les États-Unis plutôt que les talibans. L'armée canadienne a officiellement nié cela.

Le document de planification vu par le Citizen identifie sans ambages le renforcement de la confiance dans le gouvernement et la suppression de l'opposition sociale comme des objectifs clés. Les résultats souhaités comprenaient: «Le public canadien est dissuadé de participer à la désobéissance civile» et «la conformité du public canadien aux mesures de répression est renforcée».

Bien que Vance ait mis un terme à l'opération, Santarpia n'a laissé aucun doute sur l'intention des militaires de lancer des initiatives similaires de propagande et de renseignement pour «dissuader» et, si nécessaire, réprimer les troubles sociaux à l'avenir. «Nous développerons et ferons croitre cette capacité au cours des prochaines années», a déclaré Santarpia au Citizen, «car c'est vraiment important à la fois ici et à l'étranger».

Top of Form

Bottom of Form

Ces révélations, qui ont suscité une enquête interne, confirment pleinement l'analyse faite par le World Socialist Web Site sur la vraie raison de l'engagement du gouvernement libéral Trudeau d'environ un quart de l'effectif total des FAC à son déploiement anti-COVID-19. Attirant l'attention sur l'appel de Vance au personnel des FAC à être sur un «pied de guerre», nous avons averti dans un article publié le 8 mai: «Du point de vue de la classe dirigeante, les ennemis que l'armée devra "combattre" sont également chez eux comme à l'étranger. Les principales publications bourgeoises, dont le Financial Times britannique, ont soulevé le spectre de la pandémie produisant des troubles sociaux à grande échelle, motivés notamment par les énormes renflouements déjà accordés aux grandes entreprises et par le ralentissement économique dévastateur qui s'accélère à l'échelle internationale» (voir: «Pourquoi l'élite dirigeante du Canada déploie-t-elle l'armée dans le cadre de la pandémie de COVID-19?»).

Motivée par cette peur, une petite unité militaire associée aux troupes qui ont été déployées dans des établissements de soins de longue durée en Ontario en mai a été chargée de recueillir des renseignements sur le sentiment d'opposition au sein de la population. Une équipe de renseignement de précision (PIT) a parcouru des publications sur les médias sociaux sur des sujets d'actualité pertinents. Les messages recueillis par l'équipe comprenaient des expressions de préoccupation concernant les conditions catastrophiques dans les établissements de soins de longue durée de l'Ontario. L'équipe a transmis les informations qu'elle avait recueillies au gouvernement provincial de droite de Doug Ford avec l'avertissement qu'il représentait une «réaction négative» de la part du public.

Les FAC ont également dû ordonner une enquête sur l'espionnage de l'unité PIT. Mais les hauts responsables de la CAF l'ont défendu. «Nous ne gênons pas ce genre d'initiative», a déclaré Santarpia au Ottawa Citizen, car «les jeunes gens qui le font vont nous surprendre à chaque fois avec quelque chose qui s'avère être plus pertinent qu'aucun d'entre nous ne le pensait.»

Les efforts des forces armées pour utiliser chez eux les méthodes développées lors d'une guerre contre-insurrectionnelle au milieu d'une population afghane largement hostile ont été pratiquement ignorés par les médias traditionnels. Les seuls articles importants que l’on peut trouver sont les trois écrits par le journaliste qui a révélé l'affaire; le correspondant de la défense bien connecté du Ottawa Citizen, David Pugliese.

Pour sa part, le gouvernement libéral a cherché à minimiser l'affaire. Le ministère de la Défense a affirmé que le ministre de la Défense Harjit Sajjan n'avait jamais été informé des «opérations d'information» de l'armée, qu'un porte-parole a qualifiées d '«erreur». Vance a également affirmé ne pas avoir eu connaissance de l'opération jusqu'à ce qu'il soit intervenu pour l'arrêter.

Si ces affirmations sont vraies, elles soulèvent une foule de questions, qui sont toutes soigneusement évitées dans les comptes-rendus des activités militaires fournis jusqu'à présent. L'armée a-t-elle les mains libres pour mener toutes les opérations qu'elle juge appropriées au Canada sans l'autorisation du gouvernement? Si le gouvernement n'avait aucune idée du plan des militaires, qui a pris la décision de déployer des soldats conformément au plan «d'opérations d'information»? Le «pire scénario» qui aurait présumément éclairé l'opération comprenait-il des plans pour que l'armée assume des fonctions gouvernementales en cas de rupture de «l'ordre public» et, dans l'affirmative, lesquels et sous l'autorité de qui?

Au Canada, comme dans toutes les autres grandes puissances impérialistes, les deux dernières décennies ont vu un virage prononcé vers le militarisme, une vaste expansion du pouvoir et de la portée de l'appareil de sécurité nationale, une criminalisation croissante de l'opposition sociale et un virage vers l'autoritarisme.

Depuis qu'il a participé à l'invasion de l'Afghanistan en octobre 2001, le Canada s'est engagé dans une guerre presque perpétuelle en alliance avec Washington. Cela comprend le rôle de premier plan des Forces armées canadiennes pendant une décennie dans la guerre contre-insurrectionnelle afghane, sa participation au renversement de 2004 du président élu d'Haïti et la guerre de «changement de régime» en Libye en 2011, et ses opérations, en cours depuis 2014, en Irak et en Syrie. Le Canada est également profondément intégré dans les offensives militaires stratégiques américaines contre la Russie et la Chine.

Le premier ministre conservateur Stephen Harper a célébré le Canada comme une «nation guerrière». Les libéraux de Trudeau ont habillé la politique étrangère du Canada sous une forme plus «humanitaire». Mais les déploiements à l'étranger des FAC ont continué à se développer et le budget de la défense, à gonfler, avec une augmentation de plus de 70% à mettre en œuvre entre 2017 et 2026.

Tout cela a renforcé la proéminence politique de l'armée et nourri l'idée au sein de sections de l'élite dirigeante, et de l'establishment de la sécurité nationale en particulier, que la force militaire fournit un moyen de surmonter des problèmes croissants et de plus en plus insolubles. En février, juste avant que la pandémie n'éclate au Canada, les conservateurs, appuyés par une grande partie des grandes entreprises, réclamaient que l'armée soit déployée pour réprimer les barrages ferroviaires à l'appui des chefs héréditaires Wet'suwet'en.

L'expression la plus nocive de la promotion du militarisme et de la réaction de l'élite dirigeante est la croissance des forces d'extrême droite et même fascistes au sein de l'armée, comme l'a révélé la tentative ratée d'un réserviste des FAC d'assassiner le premier ministre Justin Trudeau le mois dernier (voir: «D'autres détails émergent sur les vues d'extrême droite sur un réserviste de l'armée canadienne qui a tenté de tuer Trudeau»).

La montée du militarisme et des formes autoritaires de gouvernement se produit dans les conditions d'une augmentation spectaculaire des inégalités sociales. En se basant sur des données de 2016, le Bureau parlementaire du budget a récemment révélé que le 1 pour cent des Canadiens les plus riches détenait plus d'un quart de la richesse du pays, soit à peu près la part des 80 pour cent les plus pauvres. Protéger les niveaux effrayants de richesse détenus par l'oligarchie super-riche du Canada dans des conditions d'une telle inégalité flagrante est de plus en plus incompatible avec les formes démocratiques de gouvernement.

La pandémie de coronavirus a creusé le gouffre social qui sépare l'élite capitaliste et la masse des travailleurs et accéléré le virage vers des formes de gouvernement autoritaires. Les gouvernements de droite de l'Ontario et de l'Alberta ont adopté des lois sur les pouvoirs d'urgence qui leur permettent de contourner les conventions collectives, d'interdire les manifestations et de punir les travailleurs qui résistent à la campagne imprudente de retour au travail. Ces pouvoirs visent tous à intensifier l'exploitation de la classe ouvrière pour payer le renflouement de plusieurs centaines de milliards de dollars des grandes entreprises, des banques et de l'oligarchie financière organisé par le gouvernement Trudeau en collaboration avec les syndicats et le NPD.

(Article paru en anglais le 12 août 2020)

L'auteur recommande également:

Canada: une nouvelle étude montre de profondes inégalités sociales [1er juillet 2020]

Pourquoi cette précipitation à mettre fin au déploiement de l'armée canadienne dans les résidences ravagées par le coronavirus? [1er juillet 2020]