Kenosha: Biden ignore les assassinats fascistes dans une intervention axée sur les politiques identitaires

Par Patrick Martin
9 septembre 2020

Le candidat démocrate à la présidence, Joe Biden, s'est rendu jeudi à Kenosha, dans le Wisconsin, pour faire une démonstration de sympathie à la famille de Jacob Blake, un homme noir de 29 ans qui a reçu sept balles dans le dos d'un policier de Kenosha le 23 août et qui est resté paralysé jusqu'à la taille.

L'apparition de Biden visait à créer un contraste avec le président Trump, qui a rencontré mardi des représentants de la police et de la Garde nationale ainsi que des petits entrepreneurs qui ont subi des dommages matériels mais n'a pas rencontré la famille Blake. Mais le voyage n'a fait que souligner le caractère de droite de la campagne démocrate et le fait qu'elle n'offre aucune alternative à la direction de plus en plus fasciste des appels de Trump.

L'ancien vice-président Joe Biden, candidat démocrate à la présidence, rencontre les habitants de Kenosha à l'église luthérienne Grace de Kenosha au Wisconsin, jeudi 3 septembre 2020. (AP Photo/Carolyn Kaster)

Biden a rencontré en privé la famille Blake à Milwaukee, puis s'est entretenu avec Jacob Blake au téléphone sur son lit d'hôpital, avant de se rendre à Kenosha pour un forum communautaire dans une église noire locale, où il a parlé et répondu aux questions pendant environ une heure.

Toutes les remarques de Biden s'inscrivaient dans le cadre d'une politique d'identité raciale, visant à dissimuler la fonction de classe des forces de police en tant que défenseurs armés de la propriété capitaliste contre la classe ouvrière. Ceci était tout à fait conforme à la dernière vague de publicités télévisées pour la campagne Biden, dans laquelle il dénonce le pillage et autres crimes contre la propriété, mais ne dit rien de la violence fasciste encouragée par la Maison-Blanche.

Biden a affirmé qu'il s'attaquerait au «péché originel du pays», l'esclavage, s'il était élu président, en traitant la pauvreté et la privation sociale endémiques qui affligent la population afro-américaine – ainsi que la classe ouvrière dans son ensemble – comme s'il s'agissait d'un héritage de l'esclavage, et non du produit du système capitaliste que Biden défend tout autant que Trump.

«Je vous promets, victoire ou défaite, que je vais me battre. Je vais me battre pour l'égalité raciale, l'équité sur toute la ligne», a-t-il déclaré. «Il y a certaines choses pour lesquelles ça vaut la peine de perdre, et c'est quelque chose qui en vaut la défaite, mais nous ne perdrons pas.»

Ce voyage est le deuxième que Biden effectue depuis la côte est depuis l'apparition de la crise du coronavirus en mars, et sa première apparition de l'année dans le Wisconsin, l'un des trois États de la région des Grands Lacs, avec le Michigan et la Pennsylvanie, qui a donné à Trump sa marge de victoire en 2016 au Collège électoral.

À la veille de l'arrivée de Biden, le maire de Kenosha, John Antaramian, un démocrate, a levé le couvre-feu imposé à la ville après que les protestations ont éclaté à propos de l'assassinat de Jacob Blake. Les estimations des dégâts publiées le même jour, sans grande fanfare, suggèrent que les affirmations de l'administration Trump concernant Kenosha en flammes, voire en ruines, ont été grossièrement exagérées. Le total des dommages matériels dans la ville s'est élevé à 1,95 million de dollars, soit environ 20 dollars par habitant pour une ville de 100.000 habitants.

L'aspect le plus révélateur de la visite de Biden a peut-être été son silence sur l'événement le plus sanglant de ces dix derniers jours à Kenosha, le meurtre de deux manifestants le 25 août et les graves blessures d'un troisième, perpétrées par un jeune homme de 17 ans, un justicier armé, salué comme un héros par la droite fasciste et ouvertement défendu par Trump et d'autres responsables républicains.

Le tireur, Kyle Rittenhouse, est toujours à Antioche, dans l'Illinois, juste en face de Kenosha, où son extradition vers le Wisconsin pour meurtre et tentative de meurtre a été retardée d'au moins 30 jours.

Biden n'a mentionné ni Rittenhouse ni ses trois victimes – Joseph Rosenbaum, 36 ans, Anthony Huber, 26 ans, tous deux tués par balle, et Gaige Grosskreutz, également 26 ans, gravement blessé – au cours de sa visite à Kenosha. Cela s'explique en partie, du moins, par le fait que tous trois étaient des hommes blancs de la classe ouvrière, et ne cadraient donc pas avec le récit racial que Biden cherchait à établir pour les événements de la semaine précédente.

De nouveaux reportages de presse indiquent que Rittenhouse s'était rendu à Kenosha à plusieurs reprises au cours des deux mois précédant sa fusillade contre les manifestants, au moins un de ces voyages ayant conduit à un affrontement violent. Les vidéos des médias sociaux montrent Rittenhouse engagé dans une bagarre dans le centre-ville de Kenosha le 1er juillet où il est montré en train de donner des coups de poing à une femme. Les dossiers du tribunal montrent qu'il a été cité dans le comté de Kenosha pour avoir conduit sans permis et avoir dépassé la limite de vitesse sur plus de 30 km moins d'une semaine avant les meurtres du 25 août.

Ce dernier fait peut expliquer les informations de jeudi selon lesquelles la mère de Rittenhouse, Wendy, faisait également l'objet d'une enquête, puisqu'elle aurait conduit son fils, armé d'un fusil semi-automatique AR-15, à 50 km de Kenosha et l'aurait déposé pour participer à l'opération d'autodéfense annoncée par un groupe de miliciens se faisant appeler la Garde de Kenosha.

(Article paru en anglais le 4 septembre 2020)