Covid-19: Révolution Permanente (NPA) s’aligne sur la rentrée scolaire voulue par Macron

Par Anthony Torres
17 septembre 2020

Alors que l’opposition monte parmi les enseignants et les travailleurs à l’international contre la réouverture des écoles en pleine pandémie, le site Révolution Permanente du NPA se rend complice de la politique officielle. Tout en faisant quelques critiques tactiques des dispositifs sanitaires, il soutient tacitement une rentrée mortifère. Ses revendications sont toutes compatibles avec les manœuvres des organisations syndicales pour organiser la réouverture des écoles voulue par l’État.

Or, les syndicats sont à l'avant-garde des efforts pour pousser les travailleurs à retourner dans les usines, et les élèves à retourner dans les écoles, au risque de leurs vies. Les syndicats soutiennent le plan de relance européen proposé par Macron et la chancelière allemande Angela Merkel. Dans une déclaration du 20 mai, la Confédération syndicale allemande (DGB) et les confédérations françaises CFDT, CGT, FO, CFTC et UNSA «se félicitent expressément de l'initiative franco-allemande de relance économique en Europe après la crise du coronavirus présentée par le président français et la chancelière allemande le 18 mai 2020.»

La rentrée scolaire et les subventions massives aux banques sont au cœur de ces plans de relance. La réouverture des écoles accélère la propagation de la pandémie, qui a déjà fait presque un million de morts dans le monde. Partout, cette politique suscite une énorme opposition. Des centaines de manifestations l’ont dénoncée; plus d’une centaine de groupes Facebook se sont formés pour s’opposer à la réouverture des écoles, attirant des centaines de milliers de membres.

C’est dans ce contexte que Révolution Permanente (RP) sort une série d’articles sur la réouverture des écoles en France. L’article «Rentrée sous Covid: ‘l’école n’est pas prête’ dénonce un collectif de médecins», avoue que la réouverture des écoles a «constitué un moteur important de l’épidémie» comme en Israël ou au Chili. En fait, on sait à présent que l’État allemand compte sur une perte d’un million de vies dans la seule Allemagne sans l’imposition de mesures énergiques.

Toutefois, selon RP, le danger provient non pas d’une rentrée en pleine pandémie, mais de la «confusion» et d’un protocole sanitaire «à géométrie variable»: «La rentrée 2020 a eu lieu le 1er septembre, et déjà, des classes ont fermé dans 5 établissement en métropole et un à la Réunion. Mais il y a plus inquiétant encore que les fermetures de classes: un protocole sanitaire à géométrie variable, reflet de la grande confusion qui règne dans cette rentrée au contexte si particulier.»

Les contaminations au Covid-19 au sein des établissements scolaires et l’absence de mesures sanitaires entraînent une opposition parmi les enseignants et les parents d’élèves qui inquiète RP. Dans l’article «Une rentrée scolaire chaotique: on veut des masques gratuits, des tests massifs et des embauches!», RP écrit: «Protocoles sanitaires insuffisants, manque de moyens humains et matériels pour accueillir les élèves dans de bonnes conditions sanitaires, les raisons de la colère des enseignants ne manquent pas.»

Un gouffre sépare les revendications des enseignants et des travailleurs qui veulent légitimement se mettre à l’abri et RP, qui refuse d’appeler les travailleurs et les enseignants à se mobiliser contre la réouverture des écoles. Le danger pour les enseignants et les travailleurs ne provient pas des détails des protocoles sanitaires mis en place par les gouvernements, mais de la rentrée en soi.

Le WSWS et le Parti de l’égalité socialiste (PES) ont appelé les enseignants à se mobiliser aux côtés des travailleurs pour préparer une grève générale internationale contre la réouverture des écoles et la reprise du travail, qui exposent des millions de personnes en Europe à un danger mortel.

Aux Etats-Unis, depuis la réouverture des collèges et universités à la fin de l'été, plus de 51.000 cas positifs ont été documentés sur plus de 1.000 campus à travers les États-Unis, dont 35.000 au cours des trois dernières semaines. En France, la situation est très préoccupante. Alors que le pays compte environ 10.000 nouvelles contaminations par jour, 32 établissements et 524 classes sont fermés après deux semaines d’école.

RP donne une couverture de «gauche» à l’imposition de la rentrée scolaire par les syndicats et les classes dirigeantes. RP n’est pas opposé à la réouverture des écoles et la reprise du travail, au contraire. Malgré ses des revendications d’apparence militantes, telle la gratuité des masques et des tests, RP n’a que quelques différends mineurs avec l’État compatibles avec la ligne des syndicars.

RP essaie de canaliser l’opposition à la réouverture des écoles derrière une perspective d’amélioration des protocoles sanitaires, alors que c’est contre la rentrée scolaire et la reprise du travail que les enseignants et travailleurs doivent lutter.

Les enseignants, les élèves et les travailleurs sont exposés à un danger mortel. RP couvre cette politique en refusant d’y voir un complot: «Nul complotisme à trouver dans les mesures sanitaires et économiques prises par les puissants. Ce serait s’imaginer une noirceur d’esprit (une morale qu’il serait alors possible de changer?) là où il n’est que question d’intérêt de classe: il faut savoir ne pas gâcher une crise, comme l’ont répété les patrons de l’aéronautique.»

En fait, il n’est pire «noirceur d’esprit» que d’accepter de sacrifier des millions de vies au intérêts de classe des capitalistes. La pandémie a montré le mépris des institutions existantes pour la vie des travailleurs. Durant des mois, les gouvernements à travers le monde étaient informés de la létalité du virus par leurs agences de renseignement et par les autorités chinoises. Mais ils ont longtemps refusé de prendre des mesures efficaces comme des confinements contre le virus, et les partis petit-bourgeois comme le NPA se sont rendus complices de cette politique réactionnaire.

La seule stratégie viable pour les travailleurs dans ces circonstances de danger extrême est de se mobiliser pour imposer un confinement dans des conditions décentes pour tous, dans le contexte d’une lutte internationale des travailleurs pour prendre le pouvoir. Ceci nécessite une rupture sans merci avec les organisations comme le NPA, liées aux appareils syndicaux et à l’establishment politique.

Conscient de la radicalisation des travailleurs qui se développe en dehors des syndicats, RP propose «que des comités d’enseignants, de parents d’élèves, de personnels et d’élèves, indépendants des directions d’établissements et de l’État, émergent dans la situation pour proposer une alternative à la gestion capitaliste de la rentrée scolaire et de ses suites.»

RP avance sournoisement l’idée de la création de comités d’enseignants et de travailleurs. Toutefois, ce site ne met pas en avant, comme le PES, le fait que les organisations créées par les travailleurs doivent être rigoureusement indépendantes des organisations syndicales. C’est parce que RP, qui est aussi étroitement lié à la CGT que le reste du NPA, veut en fait subordonner ces comités aux bureaucraties syndicales et ainsi à la politique de l’Union européenne.

Le NPA dans son ensemble représente des fractions des classes moyennes aisées liées aux appareils syndicaux et aux universités. Son soutien pour la politique menée par l’UE n’a rien d’accidentel. A travers les plans de relance de l’UE, l’aristocratie financière injecte des milliers de milliards dans les banques et les marchés financiers européens. D’un côté, ceci pousse les États à faire rentrer les travailleurs et les élèves à l’école, pour refaire des profits sur ces vastes capitaux; de l’autre, cette manne financière arrose aussi les syndicats et les avoirs en bourse des petit-bourgeois.

Les enseignants et les travailleurs ne peuvent rien attendre de Révolution Permanente. La tâche des travailleurs et des enseignants est de créer leurs propres organisations indépendantes à travers une rupture avec les syndicats et leurs alliés politiques comme RP et le NPA, et de les coordonner en lutte indépendante contre la pandémie et contre le capitalisme.