10.000 travailleuses des garderies du Québec entament une grève illimitée

22 septembre 2020


Après trois semaines de grèves rotatives dans toute la province, 10.000 travailleuses des garderies à domicile du Québec ont entamé lundi une grève illimitée contre un misérable programme de compensation offert par le gouvernement de droite du premier ministre François Legault. Les négociations ont été rompues dimanche après que le ministère de la Famille de la province a présenté une offre salariale insultante aux travailleuses, membres de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec.

Les travailleurs, qui fournissent des services de garde d'enfants à domicile, reçoivent une allocation du gouvernement provincial en plus des frais perçus auprès des parents qui utilisent leurs services. Leur syndicat a estimé que la rémunération globale s'élève à seulement 12,42 $ (CA) de l'heure. Les travailleuses demandent une augmentation de salaire qui équivaudrait à 16,75 $ de l'heure. Dans le système québécois de garderies en milieu familial, les parents paient 8,35 $ par enfant par jour, les fournisseurs de services en reçoivent 7 $, le reste de la compensation étant versé sous forme d'un supplément gouvernemental.

Le secteur des garderies en milieu familial au Québec dessert environ 60.000 familles. Depuis mars 2019, 40 séances de négociation avec le gouvernement n'ont pas abouti à une entente. Des centaines de travailleuses ont déjà quitté l'industrie en raison des indemnités dérisoires et des craintes d'infection par le coronavirus.

En plus des demandes d'indemnisation, les travailleuses sont préoccupés par la recrudescence des cas de COVID-19 dans la province. Le gouvernement Legault est le fer de lance d'une campagne de retour au travail prématuré qui est menée au mépris des meilleures pratiques de santé publique afin d'augmenter les profits des entreprises québécoises. Les écoles ont ouvert leurs portes à la fin du mois d'août et restent ouvertes, bien que les commissions scolaires de toutes les régions de la province aient signalé des épidémies incessantes qui ont commencé immédiatement après les réouvertures.

Cent cinquante médecins et scientifiques ont publié une lettre ouverte soulignant que les écoles ne sont pas correctement préparées et mettant en garde contre les conséquences désastreuses. En outre, Legault a donné l'assurance aux grandes entreprises que si les cas de COVID continuaient à augmenter, il n'avait pas l'intention d'ordonner la fermeture du secteur des garderies.