La Commission des relations de travail de l'Ontario refuse d'entendre une affaire portée par les syndicats concernant la réouverture non sécuritaire des écoles

Par Roger Jordan
6 octobre 2020

La Commission des relations de travail de l'Ontario (CRTO) propatronale a refusé jeudi d'entendre une affaire portée par quatre syndicats de l'éducation concernant la réouverture dangereuse des écoles de la province par le gouvernement conservateur de l'Ontario.

Cette décision illustre l'indifférence criminelle de la classe dirigeante à l'égard de la vie des enseignants, des élèves et de leurs familles. Avec le soutien inconditionnel du gouvernement libéral fédéral de Justin Trudeau, les gouvernements provinciaux du Canada, toutes tendances politiques confondues, maintiennent les écoles ouvertes malgré la résurgence de la pandémie de COVID-19, afin que les parents puissent être obligés d'aller travailler et de faire des bénéfices pour le patronat.

La décision de la CRTO de ne même pas entendre le cas des écoles dangereuses – près d'un mois après son dépôt – est également une mise à nue accablante des syndicats, dont les dirigeants soutiennent que les enseignants ne doivent pas intervenir et fassent confiance à cet organisme d'État pour assurer des conditions de travail sûres.

Des dizaines de milliers d'enseignants ont manifesté devant l'Assemblée législative de l'Ontario lors d'une journée de grève provinciale le 21 février dernier

Le mépris de la CRTO pour les enseignants confrontés aux conditions mortelles créées par la réouverture des écoles en pleine pandémie a été souligné par le recours à une technicité juridique pour rejeter l'affaire. Le président Bernard Fishbein, qui a une longue expérience dans la rédaction de décisions anti-travailleurs, y compris l'interdiction d'une grève en 2015 pour des milliers d'enseignants, a repris les arguments avancés par les avocats du gouvernement, qui ont affirmé que parce qu'aucun ordre de santé et de sécurité n'avait été donné, la CRTO n'était pas compétente.

Dans le jargon juridique typique utilisé pour dissimuler une «justice de classe» brutalement anti-ouvrière, Fishbein a écrit: «(En fin de compte), quelle que soit mon opinion personnelle sur la conduite du gouvernement ou des syndicats ici, les prétendues lacunes du guide et la gravité sans précédent de la pandémie (que personne ne peut contester ou ne conteste), je crois que la position du gouvernement... est correcte. Le conseil n'a pas compétence pour faire ce que les syndicats veulent dans cette procédure».

La CRTO a insisté sur le fait que le seul recours pour les enseignants serait d'introduire des cas individuels liés à des problèmes de sécurité spécifiques dans chaque classe d'école. Cette approche absurde, que les syndicats ont rapidement approuvée, garantira qu'aucune décision juridique ne viendra entraver l’ouverture des écoles.

Cette décision a été rendue alors que les conditions catastrophiques produites par la réouverture des écoles dont les mesures de sécurité étaient totalement inadéquates devenaient de plus en plus évidentes. En date de vendredi, 483 infections par coronavirus avaient été signalées dans les écoles de la province. Soulignant que le rythme de l'infection augmente rapidement, 411 de ces cas ont été enregistrés au cours des deux dernières semaines seulement. Plusieurs écoles ont été contraintes de fermer temporairement en raison des épidémies.

C'est le résultat prévisible et inévitable de la politique de réouverture criminelle du gouvernement Ford. Les enfants et les enseignants sont contraints de prendre des transports en commun bondés pour se rendre dans les écoles où ils sont entassés dans des salles de classe surpeuplées et mal ventilées, créant ainsi des conditions parfaites pour la propagation du virus. Les quatre syndicats d'enseignants de l'Ontario – la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO), l'Association des enseignants catholiques anglophones de l'Ontario (OECTA), la Fédération des enseignants du primaire de l'Ontario (EFTO) et l'Association des enseignants franco-ontariens (AEFTO) – sont complices de cette politique désastreuse. Les responsables syndicaux ont rencontré les représentants du gouvernement tout au long du mois d'août pour mettre au point les modalités de la rentrée scolaire.

L'opposition à cette politique dangereuse a été forte parmi les enseignants et les travailleurs en général, comme le montrent les centaines de milliers de personnes qui ont signé des pétitions demandant une révision ou un renversement des plans de rentrée scolaire. Dans ces conditions, les syndicats sont intervenus pour étouffer et réprimer cette opposition. Après avoir admis que les conditions de travail des enseignants dans les écoles étaient dangereuses pour leur vie, le président de l'OSSTF, Harvey Bischof, a fait la déclaration tristement célèbre suivante: «Si la question est de savoir si nous prévoyons une action illégale en matière d'emploi, la réponse est un non catégorique».

Au lieu de cela, Bischof et ses collègues ont annoncé le dépôt du dossier à la CRTO début septembre, car il devenait de plus en plus impossible, même pour les bureaucrates syndicaux, de nier les résultats désastreux qu'aurait la réouverture des écoles. Le dépôt de leur dossier par les syndicats n'avait rien à voir avec le souci de protéger la vie des enseignants et des élèves. Il était clair dès le départ que même si la CRTO acceptait l'affaire, les audiences ne se tiendraient qu'un mois environ après la réouverture des écoles et que toute décision prendrait encore plus de temps à être rendue.

En d'autres termes, les syndicats ont donné au gouvernement Ford carte blanche pour créer des «faits sur le terrain» en forçant les écoles à ouvrir afin que leurs parents puissent être intimidés et subir des pressions pour retourner au travail, tout en prétendant se battre pour les droits des travailleurs dans un système de relations de travail truqué qui défend invariablement les intérêts de l'élite au pouvoir.

Il s'est avéré que la CRTO n'était même pas prête à accorder aux syndicats la mascarade d'une audience, et a rejeté leurs plaintes relativement timides sans même une considération.

Les syndicats n'ont pas l'intention de changer de cap, ce qui vise principalement à empêcher toute résistance organisée à la campagne de rentrée des classes.

Bien que Bischof et les autres dirigeants syndicaux aient exprimé leur «déception» et leur «préoccupation» face au refus de la CRTO de considérer le fond de l'affaire, le dirigeant de la FEESO a déclaré avec insistance qu'aucune action de protestation, et encore moins une grève, n'auraient lieu si son organisation obtient gain de cause. «Le traitement des cas de mesures de sécurité insuffisantes dans nos écoles devra désormais se faire au cas par cas, classe par classe, ce qui ne rassurera en rien les éducateurs, les élèves ou leurs parents sur le fait que ce gouvernement a préparé un plan de réouverture adéquat», a-t-il déclaré.

En d'autres termes, les enseignants, les élèves et leurs familles doivent rester assis et accepter la décision réactionnaire de la CRTO. De plus, la question pour Bischof et compagnie n'est pas que les écoles doivent être fermées pour l'enseignement en personne jusqu'à ce que la pandémie soit contenue, ou que la vie des enseignants et des étudiants doit être protégée, mais que chacun doit être «rassuré(e) ... que ce gouvernement a préparé un plan de réouverture adéquat».

Les événements survenus en Ontario ces dernières semaines ont confirmé que les enseignants et les travailleurs de l'éducation ne peuvent pas avancer d'un pouce dans leur lutte pour des conditions de travail sûres au milieu de la pandémie par le biais des syndicats. La FEESO, l'OECTA, l'EFTO et l'AEFTO, qui ont toutes accepté des reculs dans les conventions collectives il y a quelques mois à peine – des reculs qui augmentaient la taille des classes et imposaient un plafond annuel de 1 % aux augmentations de salaire et aux avantages sociaux pendant trois ans – ne représentent pas les intérêts de leurs membres. Ils cherchent plutôt, avant tout, à prouver leur loyauté envers l'État capitaliste et ses institutions en réprimant systématiquement la lutte des classes.

Les enseignants de l'Ontario et de tout le Canada doivent tirer les conclusions politiques nécessaires de ces expériences. Il n'est pas inévitable que des dizaines d'enseignants et d'étudiants soient infectés chaque jour, un résultat qui, tôt ou tard, entraînera une augmentation du nombre de décès.

Pour stopper la propagation de la pandémie et sauver des vies, les enseignants doivent agir maintenant en formant des comités de sécurité des enseignants pour exiger l'arrêt de tout enseignement en personne jusqu'à ce que la pandémie soit contenue, et des milliards de dollars pour rénover les bâtiments scolaires délabrés, embaucher plus d'enseignants et fournir la technologie aux étudiants afin qu'ils puissent participer à l'apprentissage en ligne. Ils devraient également exiger une indemnisation complète des travailleurs qui doivent rester à la maison pour s'occuper de leurs enfants pendant que les écoles restent fermées. Ces comités devraient élargir la lutte des enseignants en appelant au soutien à la grève d'autres sections de travailleurs confrontés aux mêmes problèmes en raison de la réouverture criminelle de l'économie.

Le soutien à ces politiques est de plus en plus important parmi les enseignants de l'Ontario. Un enseignant du secondaire de l'Ontario qui a récemment participé à la réunion en ligne du comité de sécurité des enseignants a écrit au World Socialist Web Site: «Les éducateurs ne sont généralement pas très politiques. Nous allons travailler et enseigner à nos enfants. Nous les aidons à devenir des êtres humains qui contribuent à la société ... Nous sommes maintenant en première ligne de cette lutte ... Il est de notre devoir de lutter pour les forces de la vie contre les forces de la mort et du profit ... Ce n'est que lorsqu’on serre les rangs et qu’on travaille ensemble qu’on se rend compte du pouvoir que l’on a.»

(Article paru en anglais le 5 octobre 2020)