Lincoln, Dakota 38 et la falsification raciale de l'histoire

Par Renae Cassimeda
10 novembre 2020

Le 11 octobre, des manifestants de Portland, dans l'Oregon, ont démoli une statue d'Abraham Lincoln, laissant à sa base l'inscription «Dakota 38» peinte à l’aérosol. L'attaque a eu lieu au cours d'une manifestation appelée «Journée de la rage contre le colonialisme des peuples indigènes», organisée en opposition à la fête nationale de Colomb, le 12 octobre.

«Dakota 38» est une référence à la guerre de Dakota de 1862, qui a abouti à l'exécution de 38 Amérindiens sioux Dakota pour avoir lancé un soulèvement dans le Minnesota pendant la guerre de Sécession. Il s'agit de la plus grande exécution de masse de l'histoire des États-Unis. C'est également le plus grand acte de clémence de l'exécutif dans l'histoire des États-Unis. Bien que la guerre civile fasse rage et que le sort de la nation soit en jeu à l'automne 1862, Lincoln a personnellement examiné l'affaire et annulé les condamnations à mort de 265 autres hommes sioux. Il a subi d'amères récriminations politiques à la suite de cette décision.

La statue renversée de Lincoln (Source: Twitter/@GlbBreakNews)

Les exécutions ont eu lieu au cours d'une guerre qui allait abolir l'esclavage, au prix de plus de vies que toutes les autres guerres américaines réunies. Pour avoir mené la lutte révolutionnaire pour l'émancipation de 4 millions d'esclaves, Lincoln allait finalement le payer de sa vie le 15 avril 1865, six jours seulement après la reddition du général confédéré Robert E. Lee à Appomattox.

Arrachés de ce contexte historique, les événements tragiques qui se sont déroulés au Minnesota il y a 158 ans sont manipulés pour présenter Lincoln comme un raciste qui n'est pas différent de ceux qui ont appelé à l'extermination des populations indigènes. Cela fait partie d'une campagne plus large, menée par le Projet 1619 du New York Times, visant à saper l'héritage démocratique et égalitaire des deux premières révolutions américaines.

Une autre statue de Lincoln est aussi ciblée pour les mêmes raisons qu'à Portland. Le 29 septembre, le gouvernement étudiant de l'université du Wisconsin-Madison a voté à l'unanimité une résolution visant à retirer une statue historique de Lincoln d'une zone commune principale du campus, arguant qu'elle constitue un vestige «de l'histoire de la suprématie blanche de cette école».

Dans un courriel adressé à The College Fix, Robyn George, présidente de la commission des affaires législatives de l'association des étudiants de Madison (ASM), a soutenu que Lincoln ne devrait pas être commémoré en raison des «bonnes choses qu'il a faites pour l'Amérique, comme l'adoption du 13e amendement, [alors qu'] en fait, Lincoln a ordonné la plus grande exécution sur le sol américain: 38 Dakotas». Chrystal Zhao, coordinatrice de l'ASM pour les engagements divers, a déclaré que Lincoln est une «représentation du nettoyage ethnique des peuples autochtones» et a affirmé que voir sa figure sur le campus mettait les étudiants «mal à l'aise».

Il est significatif qu'aucune revendication sociale n'ait été avancée par les manifestants du 11 octobre ou par l'ASM. Elles ne font aucune référence à l'emploi, aux hôpitaux, au logement ou aux soins de santé pour les autochtones, la partie la plus opprimée de la population américaine.

Le WSWS condamne la destruction de la statue de Lincoln à Portland et l'attaque plus large contre le 16e président, et rejette le récit déformé mis en avant par les promoteurs petits-bourgeois de la politique identitaire. Comme toujours, la meilleure réponse à la falsification racisée de l'histoire vient d'un examen des faits historiques.

La guerre du Dakota: 17 août - 23 septembre 1862

Avant l'éclatement du conflit dans le sud-ouest du Minnesota, les tensions s'étaient accrues pendant des années en raison des injustices infligées aux Dakotas par le gouvernement national et celui de l'État, ainsi que par les spéculateurs fonciers et les intérêts commerciaux qui cherchaient à leur voler leurs terres ancestrales.

La pendaison de trente-huit Amérindiens Dakotas a eu lieu à Mankato, dans le Minnesota, le 26 décembre 1862. Ce dessin est tiré du Harper's Weekly du 17 janvier 1863

On estime à 150.000 le nombre de colons américains qui se sont installés sur le territoire des Dakotas au cours de la décennie précédant la guerre civile. Les traités passés entre les Sioux Dakotas et le gouvernement américain ont forcé les Amérindiens à renoncer aux neuf dixièmes de leurs terres. En 1858, la même année où le Minnesota a été admis aux États-Unis en tant qu'État, plus de 7.000 Sioux Dakotas étaient confinés dans une minuscule réserve sur une étroite bande de terre le long de la rivière Minnesota. Ils n'étaient plus en mesure de subvenir pleinement à leurs besoins de manière traditionnelle grâce à la chasse et à l'agriculture et étaient dépendants des biens, des services et des rentes promis dans les traités avec le gouvernement fédéral. Les Dakotas dépendaient de ces paiements pour leur survie, mais les agents fédéraux et les commerçants corrompus les escroquaient souvent.

En 1861, la récolte d'automne est mauvaise en raison d'une infestation de vers gris, et l'hiver suivant est rude. À la fin du printemps, de nombreux Amérindiens étaient affamés et contraints de se nourrir de racines. Lorsqu'ils se sont rassemblés pour recevoir leurs paiements de rente, les biens et l'argent étaient en retard. Les commerçants de la réserve réclamèrent la moitié de l'annuité pour le paiement des marchandises précédemment données aux Dakotas, même si le chef Wabasha n'avait jamais accepté ce transfert de fonds. On promettait une bonne récolte de maïs et de légumes à l'automne, mais des rumeurs ont circulé selon lesquelles il n'y aurait pas de rente du tout cette année-là.

Le 4 août, les Dakotas se sont introduits dans l'entrepôt de la colonie de Yellow Medicine Upper Agency pour obtenir de la nourriture et un petit groupe de miliciens du Minnesota, menaçant d'utiliser des canons, a repoussé le groupe affamé et désespéré. En outre, les agents et les commerçants de la colonie de Redwood Lower Agency ont refusé d'autoriser les Dakotas à acheter de la nourriture à crédit, alors qu'ils étaient confrontés à la famine. Andrew Myrick, un commerçant de la Lower Agency, a exprimé l'attitude de nombreux colons américains dans la région à l'époque, en remarquant: «en ce qui me concerne, qu’ils mangent de l'herbe». Cette déclaration insultante a déclenché la fureur de la bande Mdewakantonwan des Dakotas, qui recevait ses rentes des négociants de la Lower Agency.

Le 17 août, quatre hommes Dakotas qui revenaient d'une expédition de chasse ont tué cinq colons blancs à Acton, dans le Minnesota. En apprenant la nouvelle de ces meurtres, les dirigeants Dakotas se sont réunis pour discuter de la situation et ont décidé de passer à l'offensive.

[image] https://www.wsws.org/asset/5948baeb-812e-4e0b-b67e-3d2182fec44b?rendition=image1280 – La pendaison de trente-huit Amérindiens Dakotas a eu lieu à Mankato, dans le Minnesota, le 26 décembre 1862. Ce dessin est tiré du Harper's Weekly du 17 janvier 1863 [/image].

Le lendemain matin, le 18 août, un groupe d'hommes Dakotas dirigé par Taoyateduta (Little Crow), un chef d'une bande de Mdewakantonwan Dakota, a attaqué la colonie de la Lower Agency. Le soulèvement a été encouragé par l'absence d'hommes en âge de se battre parmi les colons. Environ un huitième de la population totale du Minnesota (180.000 habitants) a combattu pendant la guerre civile, soit plus que tout autre État de l'Union.

Une période de six semaines de combats s'ensuivit dans le Minnesota et aboutit au conflit le plus sanglant entre les Amérindiens et les colons américains depuis la période coloniale. Les combats ont touché des dizaines de milliers de civils et de non-combattants. Plus d'une centaine de colons, pour la plupart des femmes et des enfants, ont été capturés par les Dakotas. Terrifiés par l'explosion de violence, on estime que 20.000 fermiers ont abandonné leurs cultures et ont fui vers St-Paul avec leurs familles. Plus de 600 colons blancs, environ 200 soldats et pas moins de 300 Dakotas sont morts dans le conflit.

Confrontés à la force combinée de l'armée américaine et de la milice citoyenne, et confrontés à un soutien réduit à la guerre dans leurs propres rangs ainsi que dans les tribus voisines, les Dakotas se sont rendus le 23 septembre après une défaite sanglante à la bataille de Wood Lake. Les troupes américaines ont rassemblé des milliers de soldats Dakotas ainsi que des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants qui n'avaient rien à voir avec le conflit. Les soldats ont brûlé les récoltes, détruit les maisons et placé les Sioux Dakotas dans des camps d'internement barbares.

Environ 1.500 hommes, femmes et enfants Dakotas ont été placés en détention. Presque immédiatement, les militaires ont mené des simulacres de procès pour condamner à mort des centaines d'entre eux.

Les procès et exécutions des Dakotas: 28 septembre - 26 décembre 1862

Du 28 septembre au 5 novembre, près de 400 hommes Dakotas ont été jugés par une commission militaire de cinq hommes. Avant la décision finale de Lincoln dans cette affaire, la majorité des 392 personnes qui ont été condamnées – 303 hommes Dakotas – avaient été condamnées à mort.

Taoyateduta (Little Crow) était un chef de la bande de Mdewakanton Dakota et a dirigé des guerriers au combat pendant la guerre Dakota en 1862. Little Crow a battu en retraite en septembre 1862 et a été brutalement tué le 3 juillet 1863 par deux colons blancs. (Photographie prise en 1858 par A. Zeno Shindler, avec la permission du Smithsonian Institute)

Dans son étude de 2013 intitulée «I Could not Afford to Hang Men for Votes-Lincoln the Lawyer, Humanitarian Concerns, and the Dakota Pardons», le professeur Paul Finkelman de la faculté de droit d'Albany note que les procès des Dakotas ont violé les règles traditionnelles de la guerre puisque les combattants ont été jugés et condamnés à mort sur la base de la théorie selon laquelle ils n'avaient pas été impliqués dans une guerre légitime mais avaient plutôt participé à une activité violente illégale.

Finkelman écrit: «Le tribunal militaire a essentiellement jugé qu'il n'y avait pas de distinction significative entre ceux qui ont commis ce qui pourrait être considéré comme des crimes de guerre et ceux qui n'étaient que des soldats ou des compagnons de voyage dans l'armée de fortune de Little Crow... Le critère de culpabilité était assez simple: toute personne qui tirait avec un fusil dans une forme quelconque de combat était considérée comme coupable et passible de la peine de mort.»

Les procès des Dakotas ont été menés avec vengeance et précipitation par une commission militaire, nommée par le général Henry Hastings Sibley, et composée de résidents blancs du Minnesota qui ont jugé les Dakotas comme des meurtriers au lieu de belligérants engagés dans une guerre légitimement déclarée. Finkelman explique: «Le général Sibley n'avait manifestement aucun sens réel de l'équité des procédures ou des procès, car il a passé en revue les procès qui ont duré quelques minutes et a condamné des hommes à mort pour des délits autres que des crimes capitaux sur la base de pratiquement aucune preuve». En réponse à ce conflit sanglant, les Minnésotains ont exigé une exécution de masse.

Les procès étaient en cours depuis deux semaines avant que Lincoln ne reçoive des nouvelles des exécutions prévues. Le 14 octobre, le général américain John Pope, qui dirigeait alors le nouveau département de la guerre du Nord-Ouest, a envoyé à Lincoln un rapport sur les procès en cours et les exécutions prévues, qui a été lu à haute voix lors d'une réunion du cabinet à Washington, DC. Lincoln et son cabinet ont été profondément perturbés par la nouvelle et ont rapidement pris des mesures pour empêcher toute action précipitée dans le Minnesota.

Le secrétaire de la marine Gideon Welles a noté dans son journal: «J'ai été dégoûté par toute cette affaire; le ton et les opinions de la dépêche sont indignes... sur la nature de la provocation, rien n’est dit». Welles soupçonnait que les atrocités infligées aux Dakotas faisaient partie d'un plan plus vaste visant à expulser tous les Amérindiens de l'État. Son inclination se révélera correcte dans les années qui suivront les procès.

Après la bataille d'Antietam, «The Sunken Road», un sentier bien connu, utilisé principalement par les fermiers pour contourner Sharpsburg et usé au fil des ans par la pluie et la circulation des chariots, en est venue à être appelée «Bloody Lane» (voie sanglante), reflétant le carnage de cette unique bataille la plus meurtrière de la guerre civile. (Bibliothèque du Congrès)

Le compte-rendu détaillé des procès et des exécutions de la guerre des Dakotas présenté par Finkelman donne un aperçu du soin extrême apporté par Lincoln dans son examen des transcriptions des procès. Le 17 octobre, le général Pope écrit au général Sibley, alors chef du département de la guerre du 2e district du Minnesota, que «le président ordonne qu'aucune exécution ne soit faite sans sa sanction».

Les procès ont pris fin le 5 novembre. Le 10 novembre, juste après que le général Pope ait transmis les noms des condamnés, Lincoln a immédiatement ordonné que toutes les preuves lui soient envoyées directement, demandant «le dossier complet de leurs condamnations» et «une déclaration minutieuse» indiquant «les coupables les plus fautifs et les plus influents».

Pendant près d'un mois, alors même que la guerre civile faisait rage, Lincoln et ses assistants ont examiné minutieusement les transcriptions du procès. Ils ont découvert un manque de preuves incriminantes contre la plupart des accusés. Les commissaires qui ont prononcé les condamnations collectives sont les mêmes responsables militaires qui ont combattu dans la guerre contre les Dakotas. Dans ces circonstances, un verdict objectif et impartial était impossible.

Carol Chomsky, professeur de droit à l'université du Minnesota, note dans son étude de 1990, souvent citée, «The United States-Dakota War Trials: A Study in Military Injustice», que Lincoln a dû faire face à une pression immense pour approuver l'exécution massive des 303 hommes Dakotas. De nombreux rapports transmis à Lincoln avertissaient que s'il n'y avait pas d'exécutions, des bandes de colons procéderaient à des meurtres en masse non seulement des 300 accusés, mais aussi des femmes et des enfants. En réponse aux rapports selon lesquels Lincoln n'aurait pas exécuté l'ordre complet, le Stillwater Messenger a exigé du sang. Son titre du 11 novembre criait: «MORT AUX BARBARES! est le sentiment de notre peuple».

Le gouverneur du Minnesota, Alexander Ramsey, et les officiers militaires impliqués dans le conflit ont menacé de déclencher la loi de la populace si les exécutions n'avaient pas lieu. «J'espère que l'exécution de chaque Indien sioux condamné par le tribunal militaire sera immédiatement ordonnée», a déclaré Ramsey, «Ce serait une erreur de principe et de politique que de refuser cela. Une vengeance privée se substituerait, sur toute cette frontière, au jugement officiel sur ces Indiens».

En transmettant les transcriptions du procès au général Lincoln, Pope a également demandé que toutes les exécutions soient approuvées. La lettre de Pope, explique Chomsky, «avertissait [Lincoln] que les habitants du Minnesota, peut-être combinés à certains des soldats, prendraient les choses en main et tueraient ‘tous les Indiens - hommes, femmes et enfants -’ si le président n'autorisait pas l'ensemble des 303 exécutions. Si le président se montrait réticent à prendre une décision, il suggérait que les condamnés soient remis au gouvernement de l'État».

Première lecture de la Proclamation d'émancipation par Lincoln à son cabinet le 22 juillet 1862. Lincoln publiera la Proclamation d'émancipation préliminaire le 22 septembre 1862. Peinture de Francis B. Carpenter. Bibliothèque du Congrès.

Le sénateur républicain du Minnesota Morton Wilkinson et les représentants Cyrus Aldrich et William Windom ont écrit à Lincoln en récitant des histoires de viols et de mutilations «bien connues de notre peuple» et en protestant contre toute décision de pardon ou de sursis des Dakotas. Si Lincoln n'autorisait pas les exécutions, disaient-ils, «le peuple indigné du Minnesota se débarrasserait de ces misérables hors-la-loi. Ces deux peuples ne peuvent pas vivre ensemble. Nous ne souhaitons pas voir la loi de la populace inaugurée au Minnesota, comme elle le sera certainement, si vous y forcez le peuple».

Même le Sénat américain – contrôlé par les républicains – a adopté une résolution présentée par le sénateur Wilkinson début décembre, exigeant que Lincoln procède aux exécutions.

Le révérend Henry Whipple, un membre du clergé épiscopal du Minnesota qui compatit au sort des Dakotas, a rendu visite au président à la Maison-Blanche alors que le conflit faisait rage en septembre et a brossé un tableau de la brutalité à laquelle la tribu était confrontée. Lincoln aurait répondu que sa rencontre avec Whipple l'avait ébranlé jusqu'au plus profond de lui-même, notant que le révérend «m'a parlé de la racaille de cette affaire indienne jusqu'à ce qu’elle me trouble dans tout mon être».

Après un examen approfondi de l'affaire, Lincoln a décidé de commuer les peines de 265 Dakota et de ne pas annuler les exécutions ordonnées par le tribunal militaire de 39 autres, en écrivant leurs noms dans diverses interprétations phonétiques pour s'assurer qu'il n'y aurait pas d'erreurs. En outre, reconnaissant la menace réelle de violence des justiciers dans le Minnesota, Lincoln a ordonné que les prisonniers restants soient détenus, «sous réserve d'autres ordres, en veillant à ce qu'ils ne s'échappent pas et ne soient pas soumis à des violences illégales».

Dans une lettre au Sénat datée du 11 décembre 1862, décrivant sa décision sur la question, Lincoln écrit: «Soucieux de ne pas agir avec tant de clémence à encourager une nouvelle épidémie d'une part ni avec tant de sévérité qu'il s'agisse d'une véritable cruauté d'autre part, j'ai fait procéder à un examen minutieux des procès-verbaux des procès, en vue d'ordonner d'abord l'exécution de ceux qui avaient été reconnus coupables d’avoir violé des femmes». Lincoln a déclaré que seuls deux hommes Dakotas pouvaient être reconnus coupables d'avoir violé des femmes d’après des preuves suffisantes. Il a ensuite expliqué qu'il a tenté de distinguer ceux qui ont participé à des «massacres» de ceux qui ont participé à des «batailles», ce qui a considérablement réduit le nombre de condamnations à mort. Un autre homme Dakota sera commué quelques jours avant les exécutions du 26 décembre sur la base de preuves supplémentaires, ce qui porta le nombre de personnes exécutées à 38.

Les colons du Minnesota fuient le soulèvement Dakota en 1862. (Photographe : Adrian J. Ebell, avec l'aimable autorisation de la Minnesota Historical Society)

Dans le livre phare Bury My Heart at Wounded Knee, Dee Brown note que des informations ont été publiées plus tard selon lesquelles deux des hommes pendus ne figuraient pas sur la liste de Lincoln, et que beaucoup avaient clamé leur innocence jusqu'à la fin. L'un d'entre eux était un jeune Dakota, Rdainyanka, gendre du chef Wabasha, qui avait encouragé leur reddition, en promettant qu'elle n'entraînerait aucune perte de vie à l'avenir. Dans une dernière lettre adressée à son beau-père, le chef Wabasha, Rdainyanka a écrit:

«Wabasha - Vous m'avez trompé, vous m'avez dit que si nous suivions les conseils du général Sibley et nous livrions aux blancs, tout irait bien; aucun innocent ne serait blessé. Je n'ai pas tué, ni blessé, ni fait de mal à un homme blanc ou à des personnes blanches. Je n'ai pas participé au pillage de leurs biens; et pourtant, aujourd'hui, je suis mis à part pour être exécuté... Quand mes enfants seront grands, faites-leur savoir que leur père est mort parce qu'il a suivi le conseil de son chef et sans avoir le sang d'un homme blanc à justifier au Grand Esprit.»

La distinction faite par Lincoln entre la participation des Dakotas aux «batailles» et aux «massacres» a également démantelé tout le récit public des guerres contre les peuples autochtones et a reconnu, par le biais des lois de la guerre, la légitimité de la cause des Dakotas.

Dans ce contexte, sa décision de considérer les défendeurs amérindiens comme des «personnes» ayant droit à la présomption d'innocence illustre une approche bien plus humaine que celle des partis politiques, des tribunaux, des colons et des spéculateurs fonciers qui, dans l'ensemble, ont à chaque tournant de l'histoire américaine soutenu l’expulsion des Amérindiens de leurs terres sans aucune considération pour leurs droits.

La lignée de présidents qui a précédé Lincoln, depuis Andrew Jackson, a soutenu comme politique d'État quelque chose qui serait aujourd'hui défini comme le nettoyage ethnique. Cette politique allait réapparaître avec une intensité accrue avec la croissance explosive du capitalisme américain après la guerre de Sécession. L'approche de Lincoln s'est avérée n'être qu'une pause dans cette chaîne de dépossession et de violence.

Les premières expériences de Lincoln avec les Amérindiens

Ses expériences personnelles avec les Amérindiens donnent un aperçu de la décision prudente de Lincoln concernant les Dakotas.

Lincoln a grandi dans un climat d'énormes préjugés à l'égard des Amérindiens. Il était lui-même originaire de l'arrière-pays de la frontière trans-Appalaches, étant né dans le Kentucky et ayant déménagé dans le sud de l'Indiana en 1816, puis à la frontière de l'Illinois en 1830. L'incertitude et le danger de vivre dans l'arrière-pays et à proximité des Amérindiens étaient toujours présents.

Lincoln et le général McClellan sur le champ de bataille de Sharpsburg, Maryland, en octobre 1862 après la bataille d'Antietam le 22 septembre 1862, la bataille la plus sanglante de la guerre civile. Photographié par Alexander Gardener.

Ce fut très certainement le cas pour la famille de Lincoln, puisque son grand-père, Abraham Lincoln Sr, fut tué par un petit groupe d'Amérindiens Shawnee lors d'une attaque sur leur ferme dans le Kentucky en 1786. Le père de Lincoln, Thomas, avait huit ans lorsqu'il a vu son père mourir aux mains des Shawnees et son frère aîné Mordecai abattre un Amérindien. L'événement a eu un impact profond sur la famille.

En écrivant à un parent en 1863, Lincoln a écrit que de toutes les histoires relatives à son ascendance, «l'histoire de la mort de mon grand-père et de mon oncle Mordecai, alors âgé de quatorze ans, qui a tué un des Indiens est la légende qui est la plus fortement imprégnée dans mon esprit et ma mémoire».

À 23 ans à peine, Lincoln s'est engagé dans la milice de l'Illinois pour combattre dans la guerre du Black Hawk en 1832. Il a été nommé commandant de son unité, et bien que préparé à combattre la tribu Sauk, il a pu s'assurer que sa compagnie ne s'engagerait jamais dans le combat. Il a été témoin des atrocités de la guerre ainsi que du déplacement des Sauks du nord-ouest de l'Illinois vers une réserve de l'Iowa.

Lincoln a rencontré les conséquences des batailles et a donc vu de ses propres yeux le style brutal de la guerre avec les Sauks. Après les défaites américaines à Stillman's Run et la deuxième bataille à Kellogg's Grove, Lincoln et sa compagnie se virent confier la sombre et macabre tâche de rassembler et d'enterrer les morts. Près d'Ottawa, dans l'Illinois, Lincoln et son unité ont également été confrontés au résultat sanglant d'un massacre au cours duquel des soldats, des femmes et des enfants avaient été mutilés et tués.

La statue de Lincoln sur Bascom Hill à l'université du Wisconsin-Madison, récemment enlevée par le gouvernement étudiant. (Photo de Riley Steinbrenner)

Vers la fin de la guerre, la compagnie de Lincoln a enterré un groupe d'éclaireurs qui avait été attaqué. Lincoln se souvient: «Je me souviens de l'aspect de ces hommes... alors que nous montions la petite colline où se trouvait leur camp. La lumière rouge du soleil matinal les enveloppait alors qu'ils étaient allongés, se dirigeant vers nous, sur le sol, et chaque homme avait une tache ronde et rouge sur le sommet de la tête, grosse comme un dollar, à l'endroit où les Peaux-Rouges avaient pris leur scalp. C'était effroyable, mais c'était grotesque, et la lumière rouge du soleil semblait peindre tout.»

Malgré ses horribles expériences pendant la guerre du Black Hawk, Lincoln a reconnu la complexité des relations avec les Amérindiens et a maintenu une appréciation de leurs cultures et de leur humanité individuelle.

En une occasion, pendant la guerre du Black Hawk, l'unité de Lincoln campait dans le comté d’Henderson, dans l'Illinois, lorsqu'un vieil homme de la tribu Potawatomi est arrivé et a présenté une lettre d'introduction et de passage sécurisé du secrétaire américain à la Guerre Lewis Cass. Les hommes de Lincoln ont pris l'homme pour un espion et étaient prêts à le tuer.

William G. Greene, milicien de l'Illinois et ami proche de Lincoln, se souvient de cette rencontre: «M. Lincoln, dans la bonté et la gentillesse, l'humanité et la justice de sa nature, se tenait entre l'Indien et les hommes révoltés, disant: ‘Messieurs, cela ne doit pas être fait, il ne doit pas être abattu par nous.’ Certains des hommes ont fait la remarque suivante: ‘L'Indien est un espion maudit.’ Pourtant, Lincoln se tenait entre l'Indien et la vengeance des soldats revoltés – Brave, bon et honnête.» La compagnie menaça d'attaquer Lincoln, mais recula après qu'il les eut mis au défi de choisir leurs armes et de le combattre.

La guerre des Dakotas dans le contexte de la guerre civile: juillet à décembre 1862

En 1862, il était clair que la guerre civile serait longue et sanglante. À la fin de l'année, les pertes de l'Union dépassaient les 100.000, la dette nationale s'accumulait et beaucoup – même au sein du propre parti de Lincoln – commencèrent à qualifier la guerre de «guerre de Lincoln» et à appeler à une trêve avec le Sud, même si cela signifiait la poursuite de l'esclavage.

La bataille de Shiloh, en avril 1862, a stupéfié la nation. Elle a fait 13.000 victimes et 1.750 morts en quelques jours de combat. Au cours de l'été 1862, le général George B. McClellan échoue dans sa tentative de prendre Richmond, en Virginie, la capitale de la Confédération. L'armée de l'Union est humiliée lors de la deuxième bataille de Bull Run en Virginie à la fin du mois d'août, alors même que le soulèvement des Sioux se déroule dans le Minnesota, subissant 14.000 autres pertes. Puis, en septembre, le général confédéré Robert E. Lee lance sa campagne dans le Maryland, envahissant le Nord et menaçant Washington, DC même.

L'administration Lincoln était en crise. Plus la guerre se prolongeait, plus le Parti démocrate du Nord, qui soutenait la paix avec la Confédération, gagnait des appuis.

Partie des prisonniers Dakota condamnés par Lincoln, 1862. (Société historique du Minnesota)

C'est dans ce contexte que la guerre des Dakotas a éclaté. Les suppositions de conspiration étaient courantes. Le New York Times a écrit que «les Indiens sont de mèche avec les rebelles», rapportant que l'explosion de violence au Minnesota était le produit de la manipulation confédérée à travers toute la frontière. Les commandants militaires ont averti que des milliers d'Amérindiens prendraient les armes et livreraient l'Ouest à la Confédération. En octobre 1861, le gouvernement confédéré avait officiellement reconnu une faction des Cherokees comme une nation distincte en Oklahoma. Lincoln a écrit que «les relations du gouvernement avec les tribus indiennes ont été fortement perturbées par l'insurrection».

Alors que la guerre des Dakotas faisait rage, Lincoln a mis en œuvre un changement essentiel. Le 22 septembre, cinq jours après que l'Armée de l'Union ait mis fin à l'invasion du Maryland par Lee à Antietam – ce qui reste le jour le plus sanglant de l'histoire américaine – Lincoln a publié la Proclamation préliminaire d'émancipation proclamant «comme acte de justice» et «nécessité militaire», la liberté des esclaves dans tous les États ou parties d'États en rébellion contre les États-Unis à compter du 1er janvier 1863. À partir de ce moment, Lincoln mènera une lutte sans compromis et de plus en plus violente contre la Confédération pour restaurer l'Union et rayer définitivement l'esclavage de la carte.

Les procès du Dakota ont eu lieu à la veille des élections nationales de 1862, qui sont devenues un référendum sur la politique de guerre de Lincoln. Les démocrates, qui ont mené une campagne ouvertement raciste contre Lincoln et le «Parti républicain noir», ont remporté une victoire de 27 sièges à la Chambre des représentants sur un programme de paix. Les républicains ont perdu le contrôle des assemblées législatives des États cruciaux de l'Ohio, de la Pennsylvanie, de l'Illinois et de New York en raison de la lassitude de la guerre et de l'opposition à la proclamation d'émancipation. Lincoln avait besoin du soutien des colons dans les fiefs républicains comme le Minnesota.

Le 11 décembre, le jour même où Lincoln annonçait au Sénat sa décision concernant les exécutions des Dakotas, les forces de l'Union sous les ordres du général Ambrose Burnside se sont engagées dans un âpre conflit de quatre jours avec les troupes confédérées sous les ordres du général Lee à Fredericksburg, ce qui a entraîné une autre défaite écrasante pour l'Union le 15 décembre. Ce fut la plus grande bataille de la guerre civile à ce jour, avec environ 200.000 soldats présents, et elle fit 12.000 victimes parmi l'Union et 5.400 parmi les Confédérés, portant un coup dévastateur à la confiance de l'Union dans la guerre. Lorsque Lincoln a entendu parler de l'issue de la guerre, il aurait dit: «S'il y a un endroit pire que l'enfer, alors j’y suis».

Dans ce contexte historique, Lincoln a fait preuve d'un niveau d'humanité dans le cas des Dakotas que peu d'autres dans sa situation auraient été capables d'atteindre.

S'il avait été guidé par des calculs politiques à court terme, Lincoln aurait eu toutes les raisons de permettre simplement l'exécution de l'ordre du tribunal militaire pour les 303 hommes Dakota. Lincoln était conscient du retard culturel et du racisme qui existaient à l'égard des Amérindiens, tout comme il était conscient du racisme à l'égard des Noirs. Pourtant, il n'a pas fait de concessions à ces tendances, même au sein de son propre parti. La grande stratégie de Lincoln consistait à sensibiliser la population. Son but, tout au long de la guerre, était d'atténuer avec tact les puissantes tendances racistes qui existaient et qui constituaient un obstacle objectif à sa politique de guerre.

Au vu de ces faits, nous nous associons pleinement à l'évaluation de Marx, rédigée au nom de l'Association internationale des travailleurs aux nouvelles de l'assassinat de Lincoln, selon laquelle il était «l'un des rares hommes qui réussissent à devenir grands, sans cesser d'être bons».

Conclusion

Ceux qui dénoncent Lincoln pour l'exécution des 38 hommes Dakotas, ordonnée et exécutée par le tribunal militaire du Minnesota, le font sur la base d'absolus moraux abstraits de l'histoire et de la lutte des classes.

C'est le même genre d'approche du passé qu'Engels a critiqué il y a longtemps: «Sa conception de l'histoire, dans la mesure où elle en a une, est donc essentiellement pragmatique; elle divise les hommes qui agissent dans l'histoire en nobles et en ignobles et constate ensuite qu'en règle générale, les nobles sont escroqués et les ignobles sont victorieux».

L'attaque moralisatrice contre Lincoln est en réalité une attaque contre la grande lutte qu'il a menée: la guerre civile, la seconde révolution américaine. Pour les marxistes, la haine de classe instinctive de la petite-bourgeoisie pour les révolutions de l'histoire n'est pas nouvelle. Les moralisateurs s’opposent également à la guerre civile anglaise, aux Lumières, à la Révolution américaine, à la Révolution française et, surtout, à la Révolution russe.

Dans son essai de 1938 «Leur morale et la nôtre», Léon Trotsky s'est opposé à ceux qui, sous la bannière de la morale, assimilaient la révolution d'Octobre au stalinisme et associaient les actions de Trotsky et de Lénine aux crimes de la bureaucratie stalinienne. De tels arguments ont été utilisés pour discréditer la Révolution russe de 1917. Trotsky a fait référence à la guerre civile américaine et à Lincoln et a ainsi souligné que les événements et les personnages historiques ne peuvent être jugés uniquement sur la base de la morale bourgeoise:

«Laissons à un Emil Ludwig et à ses pareils le soin de nous faire des portraits d'un Abraham Lincoln orné de petites ailes roses. L'importance de Lincoln vient de ce que, pour atteindre le grand but historique assigné par le développement du jeune peuple américain, il ne recula pas devant l'application des mesures les plus rigoureuses quand elles furent nécessaires. La question n'est même pas de savoir lequel des belligérants subit ou infligea les plus lourdes pertes. L'histoire a des mesures différentes pour les cruautés des sudistes et des nordistes dans la guerre de Sécession des États-Unis. Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes!»

Les événements du Minnesota se sont déroulés dans le contexte immédiat de la guerre civile et de la lutte révolutionnaire contre la puissante oligarchie esclavagiste qui dirigeait le Sud. Lincoln, en tant que dirigeant de cette lutte révolutionnaire, a dû subordonner toutes les autres questions à la guerre, qui s'est déroulée sur le fil du rasoir à l'automne et à l'hiver 1862. Il est tout à l'honneur de Lincoln que, même dans ce scénario désespéré, il n'ait pas cédé à la soif de sang des politiciens et des militaires du Minnesota.

Le peuple des Dakotas était tout à fait justifié de s'opposer à la saisie des terres par les colons du Minnesota. Ils ont été dépossédés de leurs terres et, à la suite de leur défaite, ils ont été largement chassés par l'État. Les immenses crimes commis contre les Dakotas et toutes les autres populations autochtones d'Amérique du Nord, une histoire qui remonte à l'époque coloniale, ne pourront jamais être effacés.

Pourtant, cette tragédie historique ne peut être comprise à travers le prisme de la moralisation petite-bourgeoise. L'histoire des conflits entre les Américains et les autochtones est liée à l'émergence du capitalisme. Les peuples indigènes ne pouvaient pas se réconcilier avec la propriété privée de la terre, et ils ont donc été dépossédés. Lorsqu'ils ont riposté, ils ont dû faire face à des représailles brutales, encore et encore.

L'histoire de l'oppression capitaliste des Amérindiens se poursuit jusqu'à aujourd'hui. Le renversement de la statue de Lincoln à Portland ne profite en rien aux Amérindiens, qui constituent le segment le plus pauvre et le plus opprimé de la population américaine. Ils sont confrontés à l'espérance de vie la plus courte, aux taux les plus élevés de toxicomanie, de violence domestique et de chômage dans le pays, ainsi qu'à un manque général d'accès aux soins de santé et aux produits de première nécessité dans les réserves.

La reconnaissance des crimes du passé ne peut se faire que par la lutte pour le socialisme dans une lutte contre le capitalisme et ses nombreux apologistes politiques. Cela nécessite une défense sans faille de l'héritage révolutionnaire de l'Amérique, y compris d'Abraham Lincoln.

(Article paru en anglais le 9 novembre 2020)