Engels passé au hachoir

Le Parti de gauche allemand calomnie l'héritage de Friedrich Engels

Par Peter Schwarz
5 décembre 2020

Prenez le travail d'un ingénieux penseur de cinq décennies et demie, passez-le dans le hachoir à viande, choisissez une demi-douzaine de morceaux parmi les millions créés et présentez-les dans un contexte totalement faux! Telle était la recette suivie par la Fondation Rosa Luxembourg du Parti de gauche lors de son événement commémorant le 200e anniversaire de la naissance de Friedrich Engels.

Le produit était un Engels correspondant parfaitement au point de vue de ce parti profondément enraciné dans l'appareil d'État capitaliste: à un moment donné, il était un vert, à un autre un féministe, un autre encore un militariste impitoyable, voire un patriote allemand. Cela n'avait rien à voir avec le vrai Engels: le socialiste internationaliste, l'adversaire irréconciliable de la domination bourgeoise qui a éduqué des générations de travailleurs comme socialistes révolutionnaires. La tentative de réduire ce géant dans le domaine théorique à la taille des besoins politiques du Parti de gauche a pris des dimensions vraiment grotesques.

En raison de la pandémie de coronavirus, la commémoration a eu lieu en ligne dans la soirée du 27 novembre. La Fondation Rosa Luxembourg (RLS) a invité des politiciens du Parti de gauche, des militants associés au parti et des sociaux-démocrates à parler d'Engels ou à lire des extraits recueillis par Manfred Neuhaus et Michael Brie: deux «experts» de Marx et Engels de l'école stalinienne est-allemande.

Le premier intervenant était Petra Pau, députée parlementaire du Parti de gauche et vice-présidente du Parlement fédéral allemand. Elle a transformé Engels en écologiste. «Friedrich Engels un écologiste, un vert?» a-t-elle a demandé. «Il y a quelque chose là-dedans. Comme preuve, elle a cité la «Dialectique de la nature» d'Engels, qu'elle n'a jamais lue ou qu'elle n'a pas comprise. Engels ne discute pas de la conservation de l'environnement dans ce travail, mais plutôt de la justification du matérialisme dialectique. Il démontre que la nature et pas seulement la pensée «fonctionne dialectiquement», et que la pensée est le reflet de la nature.

Le but de la contribution de Pau est rapidement devenu évident. Elle a profité d’Engels pour préparer la voie à un éventuel gouvernement de coalition social-démocrate / Parti de gauche / vert, qui intensifierait encore les politiques de militarisme et les attaques contre les dépenses sociales. Au 21e siècle, les gens de gauche doivent être «socialement engagés (rouge), et verts et [du parti] Pirates en même temps», a-t-elle déclaré.

Peter Brandt (Ausschnitt RLS-Video)

L’intervenant suivant était Peter Brandt, membre de l'exécutif de la Fondation Friedrich Ebert des sociaux-démocrates. Il a fait l'éloge d'Engels comme «un philosophe, économiste et socialiste important», comme un «grand penseur allemand» et un «maître-réseauteur et grand communicateur des Internationales», mais pas comme un socialiste ou révolutionnaire. Il a également fait de lui le pionnier de la politique étrangère proguerre du père de Brandt, Willy Brandt, qui était chancelier entre 1969 et 1974, et des gouvernements ultérieurs du SPD.

L'intérêt théorique d'Engels pour les questions militaires était totalement «libre de toute idéologie», a affirmé Brandt. L'hostilité envers la Russie tsariste l'a accompagné comme une constante de politique étrangère jusqu'à la fin de ses jours. Avec le dirigeant du SPD de l'époque, August Bebel, il a proposé une «défense révolutionnaire de la patrie» en cas de guerre avec la Russie ou de conflit entre la Russie et son alliée, la France, a affirmé Brandt.

Brandt a relancé la vieille propagande utilisée par le SPD pour justifier sa trahison historique le 4 août 1914. Le parti a justifié son soutien à la Première Guerre mondiale en notant que Marx et Engels, à une époque historique antérieure, préconisaient une guerre contre la Russie, le centre de la réaction européenne. Rosa Luxembourg, Léon Trotsky et Vladimir Lénine ont catégoriquement protesté contre cette falsification historique d’alors, démontrant que l'Allemagne poursuivait des objectifs purement impérialistes avec sa guerre contre la Russie et la France.

Dans sa Guerre et l'Internationale, Trotsky a souligné que même l'organe central du SPD, Vorwärts, avait avancé la position exactement opposée un jour avant le vote du parti en faveur des crédits de guerre.

Vorwärts écrivit le 3 août 1914: «Mais depuis l'époque où les dirigeants de la social-démocratie évoqués (Bebel, Lassalle, Engels, Marx) réclamaient une guerre démocratique contre la Russie, la Russie a tout à fait cessé d'être le simple palladium de la réaction. La Russie est également le siège de la révolution. Le renversement du tsarisme est maintenant la tâche de tout le peuple russe, en particulier du prolétariat russe, et ce ne sont que les dernières semaines qui ont montré à quel point cette classe ouvrière en Russie s'attaque vigoureusement à la tâche que l'histoire lui a confiée ...»

Une semaine plus tôt, Vorwärts avait averti que si la guerre conduisait au renversement du régime tsariste, «les armées allemandes ne combattraient-elles pas une Russie révolutionnaire avec encore plus d'énergie, avec un désir plus vif de victoire, que la Russie absolutiste?» C'est précisément ce qui s'est passé. Le vote du SPD pour les crédits de guerre a renforcé le chauvinisme en Russie, et lorsque la classe ouvrière russe a finalement renversé le tsar, l'Allemagne, avec le soutien du SPD, a intensifié sa guerre.

L'historien Brandt, qui était membre du Groupe marxiste international pabliste (GIM) dans sa jeunesse, connaît très bien ces questions. Après la réunification allemande, il est alors apparu comme un virulent nationaliste. Lorsqu'il a défendu le publiciste de droite Wolfgang Venohr, qui était membre de la Waffen-SS dans sa jeunesse, dans le journal d'extrême droite Junge Freiheit en 2005, même les milieux sociaux-démocrates ont réagi avec dégoût. Si maintenant il est en train de relancer les vieilles sornettes d'Engels, «le défenseur de la patrie», il le fait pour poursuivre des objectifs extrêmement réactionnaires. L'impérialisme allemand mène un vaste programme de réarmement, soutenu par le SPD, les Verts et le Parti de gauche.

Depuis 1871, lorsque la guerre de l'Allemagne contre la France s'est transformée en guerre d'annexion et que les troupes allemandes ont réprimé la Commune de Paris après la prise du pouvoir par la classe ouvrière, Marx et Engels étaient des adversaires irréconciliables du militarisme allemand. Brandt, qui ne peut pas simplement ignorer ce fait, a tenté de les présenter comme des inventeurs de la «politique de paix et de désarmement» du SPD, qui n'a jamais été autre chose qu'un moyen de la politique étrangère impérialiste par laquelle Willy Brandt a ouvert la voie aux grandes entreprises allemandes à se développer en Europe de l'Est et en Russie.

Brandt s'est basé sur l'article d'Engels «L'Europe peut-elle désarmer?», paru dans Vorwärts en mars 1893. Selon Brandt, Engels a développé «la perspective du désarmement général européen à l'initiative de l'Allemagne, sans que les dirigeants aient à craindre de perdre leur puissance». Ceci est également une falsification historique du type le plus crasse.

En réalité, Engels plaide dans son article pour la transformation des armées permanentes, foyer de réaction politique, en «une milice basée sur l'armement général du peuple», une vieille revendication démocratique. À ce stade, la course aux armements en Europe avait atteint un tel rythme, selon Engels, que «le fardeau militaire (va) soit ruiner les peuples économiquement, soit éclater en une guerre générale d'anéantissement».

Engels a démontré dans son article que le refus des dirigeants de renoncer à leurs armées permanentes était purement politique. «Je tente simplement de souligner que d'un point de vue purement militaire, absolument rien ne s'oppose au démantèlement progressif des armées permanentes; et malgré cela, ces armées sont conservées, et cela ne se produit pas pour des raisons militaires, mais politiques, et donc en un mot, l'armée est censée protéger non pas tant contre l'ennemi externe que contre l'ennemi interne.»

La tentative de comparer cette ligne d'argumentation de principe, sur laquelle Bebel a fondé ses discours parlementaires influents, avec les rebondissements de politique étrangère de la «politique de paix» du SPD, est absurde.

Le dirigeant de longue date de la jeunesse sociale-démocrate (Jusos) et carriériste du SPD Kevin Kühnert, qui est également apparu à la fête d'anniversaire de la RLS, a avancé cette ligne. Il a également cité l'article de Vorwärts de 1893 et affirmé qu'Engels présentait le désarmement général comme une option réaliste pour la paix.

Pour épargner le lecteur, nous ne passerons pas en revue toutes les contributions de la réunion. Parmi eux, la critique par Ines Schwerdtner, la rédactrice en chef de l'édition allemande du magazine Jacobin américain installé confortablement au sein du Parti démocrate de Joe Biden, d'Engels d'un «point de vue féministe.»

Christa Luft (Ausschnitt RLS-Video)

Mais la présence de Christa Luft doit être abordée. En tant que ministre de l'Économie de la RDA en 1990, Luft a fondé le Treuhand, qui a démantelé l'économie de la RDA, vendu des milliers d'entreprises à des prix dérisoires et détruit des millions d'emplois. Elle a publié plus tard un livre dont le titre résumait l'humeur au sein de la bureaucratie stalinienne. C'était, pour reprendre les mots du ministre-président de l'époque, Hans Modrow, que «la voie vers l'unité (était) inévitablement nécessaire et (doit) être prise de manière décisive». Le livre de Luft s'intitulait «Passion pour la propriété».

Luft présente maintenant Engels comme un «patriote et internationaliste», qui a toujours défendu avec véhémence les intérêts allemands. Pour le prouver, elle a lu un long passage du livre La guerre des paysans en Allemagne, qui faisait référence aux différences culturelles entre les mouvements ouvriers allemands et britanniques, et a déclaré qu’elles «conservaient l'inclination théorique que les soi-disant éduqués en Allemagne ont tellement perdu». Cependant, aucune trace de patriotisme ne se trouve ici, si ce n’est dans l’imagination de Luft.

On est tenté d'écrire que face à tant de stupidité, Engels se retournerait dans sa tombe. Mais cela ne correspondrait pas à son caractère. Au lieu de cela, il éclaterait de rire et rédigerait une polémique cinglante comme il le fit en 1877 en réponse au charlatan théorique et réactionnaire politique Eugen Dühring.

Le fait qu'un parti aussi antirévolutionnaire et profondément ancré dans l'appareil d'État capitaliste que le Parti de gauche continue d'essayer de revendiquer Engels comme le leur prouve à quel point l'autorité d'Engels est importante et à quel point le Parti de gauche craint que les travailleurs et les jeunes ne se tournent vers le grand révolutionnaire. Son héritage a été défendu par l'opposition trotskyste au stalinisme et est représenté aujourd'hui par le Comité international de la Quatrième Internationale et sa section allemande, la Sozialistische Gleichheitspartei.

(Article paru en anglais le 1er décembre 2020)