Le FBI révèle que des «dizaines» de néonazis sous surveillance se sont rendus à Washington pour le coup de force du 6 janvier

Par Jacob Crosse
16 janvier 2021

Jeudi, le Washington Post a rapporté que des «dizaines» de personnes qui figurent actuellement dans la base de données du FBI sur le filtrage des terroristes se trouvaient à Washington D.C. pour participer au coup de force du 6 janvier. Une source anonyme a déclaré au Post qu’on soupçonne beaucoup d’entre eux d’être des tenants de la suprématie blanche et qu’on les a enregistrées dans la base de données suite à des interactions préalables avec des agents de l’État ou des informateurs.

La révélation que les agences de renseignement nationales savaient que des néonazis et des fascistes allaient être à Washington D.C. met davantage en évidence les affirmations mensongères de personnalités telles que le secrétaire de l’armée Ryan McCarthy, qui a déclaré le lendemain du coup d’État qu’«aucun renseignement» ne suggérait une menace pour le Capitole. Il ne fait aucun doute que des centaines de personnes au sein de l’appareil militaro-intelligent tentaculaire savaient qui allaient participer au rassemblement et quelles étaient leurs intentions.

La police du Capitole américain à la Cour suprême (Lorie Shaull/Wikimedia Commons)

Un autre fonctionnaire non nommé a déclaré au Post que certaines des personnes soupçonnées d’avoir participé au coup de force étaient des membres actuels et anciens de la police et de l’armée ainsi que des «cadres supérieurs et des propriétaires d’entreprises d’âge moyen».

La fuite de l’enquête au Post met en évidence le conflit qui fait rage au sein de l’État, dont une grande partie a sciemment dissimulé des informations et bloqué l'envoi de ressources de sécurité supplémentaires afin de faciliter la tentative de putsch du président Donald Trump. Jusqu’à présent, le ministère de la Justice et le FBI ont annoncé des accusations contre au moins 70 personnes et ont identifié 170 personnes. Ce n’est qu’une fraction des milliers qui ont marché sur le Capitole, dans l’espoir de renverser l’élection.

La foule comprenait des membres de groupes fascistes tels que Oath Keepers (Gardiens du Serment), Proud Boys (Fiers Garçons) et III Percenters (III pour cent). Dans une vidéo montrant une cellule du groupe en Arizona, les membres sont vus sans leurs polos noirs et jaunes facilement identifiables. Au lieu de cela, dans une tentative apparente de se cacher, les membres du groupe ont revêtu des bonnets de tricot orange flamboyant alors qu’ils se filmaient en train de se préparer à «prendre le foutu Capitole».

En plus d’un soutien substantiel aux plus hauts niveaux de l’État, à commencer par la Maison-Blanche, les recherches menées par Chainanalysis ont révélé que plus de 500.000 dollars en monnaie numérique bitcoin ont été distribués à 22 comptes en ligne fascistes et d’extrême droite le 8 décembre 2020. Ces comptes comprenaient le site web nazi Daily Stormer, le groupe haineux anti-immigrant VDARE, ainsi que le néonazi America First, Nick Fuentes.

Selon Chainanalysis, les dépôts semblent avoir émané d’un blogueur français aujourd’hui décédé qui déplorait en ligne le «déclin» de la civilisation occidentale en raison du «rejet de nos ancêtres et de notre héritage», expressions populaires auprès de la droite fasciste.

Il convient de noter que l’un des bénéficiaires des espèces numériques, VDARE, reçoit également un financement substantiel du gestionnaire de fonds spéculatifs milliardaire Robert Mercer et de sa fille, Rebekah Mercer. Les Mercer ont, sans surprise, fait de généreux dons au Parti républicain, dont 1,5 million de dollars aux comités d’action politique affiliés à la présidente du Parti républicain de l’Arizona, Kelli Ward. Ward, ainsi que les députés de l’Arizona Andy Biggs et Paul Gosar, ont ardemment soutenu la tentative de coup d’État en cours de Trump, notamment en organisant des rassemblements «Stop the Steal» (Empêchons le «vol» des élections) en Arizona et à Washington.

Rebekah Mercer est une proche collaboratrice de Steve Bannon, le fondateur du site Breitbart News, dont elle est l’un des principaux investisseurs. Jeudi, Bloomberg a rapporté que Bannon s’est entretenu à plusieurs reprises avec Trump, ce dernier ayant demandé conseil à Bannon sur la manière d’annuler sa défaite électorale.

Alors que Trump et ses conspirateurs milliardaires, ainsi que des sections de la police et de l’appareil militaire et du renseignement, continuent à préparer leur prochaine tentative de putsch, d’autres arrestations indiquent l’implication intime de membres actuels et anciens de la police et de l’armée dans la prise d’assaut du Capitole.

Après qu’il ait été identifié sur vidéo à l’extérieur du Capitole mercredi dernier, les procureurs de Philadelphie ont demandé la révocation de la caution du vétéran de la marine et fondateur de «Vets for Trump» Joshua Macias, 42 ans. Macias a été arrêté le 5 novembre pour de multiples délits et crimes liés au port d’armes après que le FBI ait été informé que lui et un complice, Antonio LaMotta, se rendaient en voiture dans la ville depuis leur résidence en Virginie afin de «mettre les choses au point» alors que le décompte des voix se poursuivait après l’élection présidentielle.

Après l’élection, Macias a fait plusieurs apparitions conjointes lors des rassemblements «Stop the Steal» avec la sénatrice de l’État de Virginie et candidate républicaine au poste de gouverneur pour 2022, Amanda Chase. Ardent défenseur de la théorie fasciste de la conspiration QAnon, Macias est apparu sur Facebook en direct avec Amanda Chase la veille du rassemblement. Chase a présenté Macias comme l’un des organisateurs du rassemblement, qui a ensuite diffusé des théories de conspiration fascistes, avertissant que «l’ennemi est ici, il n’est pas seulement à la porte, il est à l’intérieur, nous le voyons partout».

Deux officiers de police de Rocky Mount, en Virginie, ont également été arrêtés. Thomas Robertson et Jacob Fracker étaient tous deux à l’intérieur du Capitole et ont pris une photo ensemble. Robertson a partagé une déclaration avec WFXR le lundi 11 janvier, affirmant qu’il était un patriote, ajoutant: «La police du Capitole m’a laissé entrer, ils m’ont donné une bouteille d’eau et nous ont dit de rester à l’intérieur des zones délimitées». Robertson a déclaré être un vétéran blessé en Irak et en Afghanistan.

Kevin et Hunter Seefried, père et fils, ont été arrêtés jeudi dans le Delaware, après que Kevin ait été identifié comme l’homme qui marchait à l’intérieur du Capitole avec le drapeau de combat confédéré. Selon la police qui a parlé avec le New York Times, Hunter s’est vanté à un collègue que son père et lui se trouvaient à l’intérieur du Capitole le 6 janvier.

Robert Lee Sanford, 55 ans, pompier de Chester en Pennsylvanie, récemment retraité, s’est fait accusé jeudi d’entrave à des officiers, de désordre civil, d’intrusion et de comportement violent avec une arme dangereuse sur la colline du Capitole, pour avoir lancé un extincteur sur la police alors que la foule des partisans de Trump marchait sur le Capitole.

On a photographié le lieutenant-colonel Larry Rendall Brock Jr, officier de l’armée de l’air à la retraite dans la salle du Sénat. Il portait des gilets pare-balles et des cravates à fermeture éclair. On l’a arrêté également dimanche dernier. Lors d’une comparution devant le tribunal jeudi, l’assistant du procureur américain Jay Weimer a affirmé que Brock Jr. avait l’intention de «prendre des otages. Il veut kidnapper, retenir, peut-être essayer, peut-être exécuter des membres du gouvernement américain».

Un autre retraité récemment arrêté cette semaine pour son rôle dans la tentative de coup d’État est Adam Newbold, 45 ans, de Lisbonne, Ohio. La marine a confirmé que Newbold est un opérateur de guerre spécial SEAL retraité de la réserve. La nouvelle profession de Newbold consiste à former des civils et des policiers au «tir tactique». Dans un flux en direct sur Facebook, qu’on a supprimé depuis, après les événements de mercredi dernier, Newbold s’est vanté d’être «fier» de ses actions ce jour-là. Il a ajouté qu’il espérait que cela renverserait l’élection et que les personnes à l’intérieur du Capitole devraient «réfléchir à deux fois à ce qu’elles font».

L’action de Newbold reflète les paroles prononcées par le représentant républicain de Caroline du Nord Madison Cawthorn, qui portait une arme avec lui au Capitole le jour de l’insurrection. Madison Cawthorn, qui avait déjà déclaré que visiter la retraite d’Adolf Hitler à Eagles Nest dans les montagnes bavaroises était sur sa «liste de choses à faire pendant un certain temps», s’est exprimé le matin de la tentative de coup d’État, en remarquant que «cette foule a un certain combat à mener… Les républicains qui se cachent et ne se battent pas, ils essaient de faire taire votre voix».

Cawthorn s’est également exprimé lors d’un événement de Turning Point USA en décembre. Il a exhorté les participants à «menacer légèrement» les législateurs s’ils ne soutiennent pas les allégations sans fondement de Trump concernant la fraude électorale.

Une autre arrestation notable a été celle de Robert Keith Packer, le fasciste qui portait un maillot avec un crâne et des os croisés sur lequel était écrit «Camp Auschwitz». Le bas du maillot de Packer portait l’inscription «Le travail apporte la liberté», une traduction approximative de «Arbeit macht frei», la phrase allemande qui saluait le 1,1 million de Juifs tués dans le camp de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’armée américaine «enquête» toujours sur l’activité du capitaine Emily Rainey, 30 ans. Rainey a admis avoir organisé et dirigé 100 membres du «Moore County Citizens for Freedom» à Washington le 6, mais elle affirme ne pas être entrée au Capitole. Rainey est affectée au 4e groupe d’opérations psychologiques à Fort Bragg, selon un porte-parole du 1er commandement des forces spéciales. Rainey a gagné un nombre important d’adeptes en ligne après avoir posté des vidéos sur les médias sociaux en mai, se montrant en train d’arracher la bande d’avertissement d’un terrain de jeu qui avait été fermé en raison de restrictions sanitaires pour la COVID-19.